Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Abraham Merritt : La musique des sphères

Abraham Merritt : La musique des sphères

samedi 9 octobre 2021, par Denis Blaizot

Auteur : Abraham Merritt Abraham Merritt Abraham Merritt, né le 20 janvier 1884 à Beverly au New Jersey et mort le 21 août 1943 à Indian Rocks Beach en Floride, est un auteur et un éditeur de science-fiction et de fantasy américain qui publia dans les magazines Argosy All-Story Weekly, Fantasy Mag, The Avon Fantasy Reader ou Weird Tales.
Titre français : La musique des sphères
Titre original : Rhythm of the spheres(1936 1936 )
Traducteur : Denis blaizot
Éditeur : Gloubik éditions
Année de parution : 2021 2021
ISBN : 9781387537969

Quatrième de couverture :

La musique des sphères a un statut à part dans l’œuvre d’Abraham Merritt Abraham Merritt Abraham Merritt, né le 20 janvier 1884 à Beverly au New Jersey et mort le 21 août 1943 à Indian Rocks Beach en Floride, est un auteur et un éditeur de science-fiction et de fantasy américain qui publia dans les magazines Argosy All-Story Weekly, Fantasy Mag, The Avon Fantasy Reader ou Weird Tales. . À l’origine écrite pour être l’un des chapitres d’un roman à la structure originale puisqu’il compte autant d’auteurs que de chapitres, elle a acquis une vie propre et a été publiée à plusieurs reprises dans des magazines et dans le recueil La femme du bois et autres histoires. Le texte que vous allez lire est la traduction de la version légèrement différente publiée dans Avon Fantasy Reader. Peut-on parler de la trame sans la révéler et gâcher le plaisir du lecteur ? Rien n’est moins sûr quand il s’agit d’une nouvelle. Juste un indice : elle dénote dans l’œuvre Merritt puisqu’il s’agit de Science-fiction. Par contre Le bassin du dieu de pierre est une nouvelle fantastique parue pour la première fois dans l’American Weekly du 23 septembre 1923 1923 sous le titre The pool of the stone god. Si elle n’a jamais été reprise dans les recueils français de nouvelles de son auteur, c’est très certainement parce qu’elle a été signée du pseudonyme de W. Fenimore.

Mon avis : Découvrant les copies numériques de la défunte revue Avon Fantasy Reader, j’ai eu la surprise d’y trouver des nouvelles d’Abraham Merritt Abraham Merritt Abraham Merritt, né le 20 janvier 1884 à Beverly au New Jersey et mort le 21 août 1943 à Indian Rocks Beach en Floride, est un auteur et un éditeur de science-fiction et de fantasy américain qui publia dans les magazines Argosy All-Story Weekly, Fantasy Mag, The Avon Fantasy Reader ou Weird Tales. . Alors ni une ni deux, je m’atèle à la lecture d’au moins une d’entre elles. Et dans la foulée, une petite traduction à la clé.

J’avoue, à ma grande honte, que je pensais être tombé sur une nouvelle inédite en français. Malheureusement non. Toutefois, ce n’est pas exactement le même texte que j’avais lu dans le recueil La femme du bois et autres histoires. Ce fut quand même un grand plaisir de la relire et d’en proposer une traduction (accompagnée d’une nouvelle rarement éditée en français : Le bassin du dieu de pierre.).

Cette nouvelle de Merritt est d’autant plus à déguster que cet écrivain est réputé pour ses romans et nouvelles fantastiques et que, là, il s’agit d’une nouvelle franchement SF. Un petit spoil ? Non, promis, pas plus que ce que vous pourriez lire en quatrième couverture :
Dans un futur pas très lointain(quoi que), les robots s’apprêtent à contrôler le monde, mais un homme s’y oppose. Sa science bien supérieure lui permet d’espérer les détruire ; Ça va ? Je n’en ai pas trop dit ?

En bref : Cette nouvelle de Merritt, au même titre que celle qui l’accompagne, mérite d’être lue.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio

Portfolio