Accueil > Polars, Thrillers et romans noirs > Jim Thompson : L’assassin qui est en moi

Jim Thompson : L’assassin qui est en moi

vendredi 11 décembre 2015, par Denis Blaizot

Jim Tompson : L’assassin qui est en moi
Rivage/noir ISBN : 9782743624132

Quatrième de couverture :

Cela ne me viendrait pas à l’idée de te menacer, Lou, mon chéri, mais je suis bien décidée à ne jamais renoncer à toi. Jamais, jamais, jamais. Si tu es trop bien pour moi, alors je ferai ce qu’il faut pour que tu ne le sois plus." Je l’embrasse - un long baiser, brutal. Car Joyce ne le sait pas, mais elle est déjà morte, et d’une certaine façon, je ne pourrais pas l’aimer davantage. Un classique de Jim Thompson Jim Thompson dans une nouvelle traduction intégrale.

D’abord publié dans la collection Série Noire Série Noire La collection Série Noire A été crée en 1945 avec un véritable démarrage en 1948. Depuis tous les grands noms du roman policier français et étranger y sont publiés. Limitée pendant de nombreuses années au format poche et à 250 pages, elle a longtemps accueilli des romans raccourcis pour l’occasion. Cette contrainte a été abandonnée il y a maintenant quelques années.

Pour le plaisir, voici la liste des 55 premiers volumes :

  1. Peter Cheyney : La môme vert-de-gris
  2. Peter Cheyney : Cet homme est dangereux
  3. James Hadley Chase : Pas d’orchidées pour miss Blandish
  4. Horace Mac Coy : Un linceul n’a pas de poches
  5. Don Tracy : Neiges d’antan
  6. James Hadley Chase : Eva
  7. Peter Cheyney : Vous pigez ?
  8. Raymond Chandler : La dame du lac
  9. Peter Cheyney : De quoi se marrer
  10. James Hadley Chase : La chair de l’orchidée
  11. James Cain : Dans la peau
  12. Raymond Chandler : Adieu, ma jolie
  13. Raymond Chandler : Le grand sommeil
  14. Don Tracy : Tous des vendus
  15. Peter Cheyney : Comment qu’elle est !
  16. Raymond Marshall : Miss Shumway jette un sort
  17. W. H. Burnett : Le petit César
  18. Terry Stewart : La mort et l’ange
  19. James Hadley Chase : Douze Chinetoques et une souris
  20. Raymond Marshall : En trois coups de cuiller à pot
  21. Peter Cheyney : À toi de faire, ma mignonne
  22. Peter Cheyney : Les femmes s’en balancent
  23. Dashiell Hammett : La clé de verre
  24. Raymond Marshall : Le requiem des blondes
  25. Robert Finnegan : Des monstres à la pelle
  26. Jonathan Latimer : Quadrille à la morgue
  27. Robert Finnegan : Les spaghettis par la racine
  28. Henry Kane : Un fauteuil en enfer
  29. Bill Goode : Micmac maison
  30. Kenneth Millar : À feu et à sang
  31. James Hadley Chase : Garces de femmes !
  32. Virgil Scott : Jusqu’à la gauche
  33. William Stuart : Passage à tabac
  34. Donald Henderson Clarke : Un nommé Louis Beretti
  35. James Hadley Chase : Le corbillard de Madame
  36. Paul Cain : À tombeau ouvert
  37. Stanley Ellin : La peur au ventre
  38. Samuel W. Taylor : Comme un frère
  39. Horace Mac Coy : Adieu la vie, Adieu l’amour...
  40. Jonathan Latimer : Les morts s’en foutent
  41. James Hadley Chase : Méfiez-vous fillettes !
  42. Jonathan Latimer : La corrida chez le prophète
  43. James Hadley Chase : Tu seras tout seul dans ton cercueil
  44. Geoffrey Homes : Pendez-moi haut et court
  45. Raymond Chandler : La grande fenêtre
  46. Raoul Whitfield : Vivement mes pantoufles !
  47. Harold Q. Masur : Les pieds devant
  48. Richard Sale : Lazare N°7
  49. Richard Ellington : Vide ton sac
  50. James Gunn : Tendre femelle
  51. David Dodge : Trois tondus et un pelé
  52. James Hadley Chase : Lâchez les chiens
  53. John Amila : Y’a pas de Bon Dieu
  54. Jim Thompson : Cent mètres de silence
  55. James Hadley Chase : qu’est-ce qu’on déguste
, ce roman avait subit quelques coupes pour entrer dans le format de celle-ci. Les éditions Rivage nous proposent ici une nouvelle traduction complète.

Il est à noter également qu’il a fait l’objet de deux adaptations cinématographiques :

  • En 1976 1976  : Ordure de flic (The Killer Inside Me), réalisé par Burt Kennedy, avec Stacy Keach, dans le rôle de Lou Ford, Susan Tyrrell et Keenan Wynn.
  • En 2010 2010  : The Killer Inside Me, réalisé par Michael Winterbottom, avec Casey Affleck, dans le rôle de Lou Ford, Kate Hudson, Ned Beatty, Simon Baker et Jessica Alba.

Mon avis : Jusque-là, je n’ai jamais été déçu par les roman de Jim Thompson (1906 — 1977). Je ne m’attendais pas à ce que ça change et ça ne change pas. Et du coup, comme d’habitude, j’ai du mal à faire une chronique qui tienne la route. Surtout qu’il est hors de question que je vous raconte l’histoire. N’avez qu’à le lire si vous voulez la découvrir. :P

C’est du bon polar noir... très noir. Avec un héros psychotique qui enchaîne les meurtres comme d’autres enfilent des perles ; toujours à chercher une solution pour éviter d’être démasquer. Cette solution est typiquement un nouveau meurtre. Un point m’a gêné quand même : l’histoire est racontée à la première personne du singulier. Ce ne serait pas grave si le héros/narrateur ne mourait à la dernière page. Mais ça, c’est une critique que je fais à tous les romans et nouvelles racontés à la première personne du singulier. Passons, ça vient de moi. À noter, un petit truc qui m’a dérangé : on amène chez le coupable une de ses victimes qui a survécu pour une confrontation sans vraiment prendre les précautions requises pour assurer sa protection. Il a donc l’opportunité de tenter une deuxième fois de l’assassiner. À moins que toute la fin ne soit qu’un délire dans lequel le héros est englouti avant de mettre fin à ses jours. Ce n’est pas très clair.

En bref : Encore du bon Jim Thompson Jim Thompson qu’il ne faut surtout pas rater quand on aime le polar. Je vais donc continuer à rechercher les romans de cet écrivain pour continuer à me régaler de ses histoires bien glauques pleines de personnages improbables et complètement barrés.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict


Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio