Accueil > Ebooks gratuits > Herbert George Wells > H.-G. Wells : L’homme volant

H.-G. Wells : L’homme volant

La Science Illustrée N°808 & 809 — 23 & 30 mai 1903

samedi 11 août 2018, par Denis Blaizot

PNG - 29.9 ko
Ebooks gratuits
Des Epub et Pdf faits avec soin pour vous faire redécouvrir des œuvres anciennes tombées dans le domaine public

L’ethnologue considéra pensivement la plume de Bhimraj.

— Il semblait ne guère tenir à s’en séparer, dit-il.

— Elle est sacrée pour les chefs, répondit le lieutenant, comme la soie jaune est sacrée pour l’empereur de Chine.

L’ethnologue ne répondit pas. Il hésitait ; puis entrant brusquement en matière, il demanda :

— Quel est ce conte à dormir debout, qu’ils racontent à propos d’un homme volant ?

Le lieutenant eut un faible sourire.

— Que vous ont-ils dit ?

— Je vois, fit l’ethnologue, que vous êtes au courant de votre renommée.

Le lieutenant se mit à rouler une cigarette.

— J’aimerais bien entendre une fois de plus cette histoire, fit-il, pour voir où elle en est maintenant.

— Elle est si stupidement enfantine ! reprit l’ethnologue quelque peu irrité. Comment leur avez-vous joué ce tour-là.

Le lieutenant garda le silence et, toujours souriant, se renversa dans son fauteuil.

— Voici donc que j’ai fait un détour de cinq cents kilomètres pour recueillir le folklore que ces gens ont pu conserver, avant qu’ils ne soient complètement démoralisés par les missionnaires et les militaires, et je ne trouve qu’un tas de légendes impossibles au sujet d’un diable de lieutenant d’infanterie à tête rousse. Competitment il est invulnérable, comment il peut sauter par-dessus les éléphants, comment il peut voler ! Et bien d’autres sottises ! Un respectable vieillard m’a décrit vos ailes disant qu’elles étaient d’un plumage noir, mais pas tout à fait aussi long qu’une mule. Il prétend qu’il vous a vu souvent au clair de lune voltiger au-dessus des collines vers le pays de Shendon. Que le diable vous emporte !...

Le lieutenant éclata de rire gaiement.

— Continuez, dit-il, continuez...

L’ethnologue continua jusqu’à ce qu’il en eût assez.

— En faire accroire pareillement à ces enfants des montagnes encore ingénus ! Comment avez-vous pu faire cela ?

— J’en suis très fâché, dit le lieutenant, maisvraiment j’y fus bien obligé. Je puis vous affirmer que la chose s’imposait et je n’avais pas alors, la moindre idée de la façon dont l’imagination de ces gens la prendrait.

« Pas la moindre curiosité non plus. Je puis seulement invoquer que ce fut une indiscrétion et nullement la malice qui m’a fait remplacer le folklore par une nouvelle légende. Mais comme vous semblez chagriné, je vais essayer de vous expliquer l’affaire.

« C’était à l’époque de l’avant-dernière expédition contre les Lou-Chaï, et Walters croyait que ces gens que vous venez de visiter étaient animés pour nous d’intentions amicales ; aussi, avec une allègre confiance dans mes capacités à me tirer d’affaire, il m’envoya là-haut, dans la gorge, à vingt kilomètres d’ici, avec trois soldats européens, une douzaine de cipayes, deux mules et sa bénédiction, pour me rendre compte des sentiments populaires du village que vous avez visité. Une troupe forte de dix hommes sans compter les mules, vingt kilomètres à faire et en temps d’hostilité ! Vous avez vu la route ?

— La route ! fit l’ethnologue.

— Elle est meilleure maintenant qu’elle ne l’était autrefois. Il nous fallut suivre le lit de la rivière pendant quinze cents mètres à l’endroit où la vallée se rétrécit. Il y avait un courant rapide qui écumait autour de nos genoux et roulait sur des pierres aussi glissantes que de la glace. C’est là que je laissai tomber ma carabine. Plus tard, les sapeurs firent sauter le rocher à la dynamite pour faire la voie plus commode que vous connaissez. Dans ce temps-là, on suivait par le bas, au long des hauts rochers à pic et il fallait sans cesse contourner la rivière, sans compter qu’on devait la traverser une douzaine de fois sur une longueur de trois kilomètres.

« Nous arrivâmes en vue de la place le lendemain matin de bonne heure. Vous savez où elle se trouve ! Sur un contrefort à mi-chemin entre les hauteurs, et comme nous commencions à apprécier la trompeuse tranquillité du village ensoleillé, nous nous arrêtâmes pour tenir conseil.

« Alors en guise de bienvenue, ils nous envoyèrent un morceau d’idole de cuivre : le bloc descendit la pente droite, passa à un pouce de mon épaule et tamponna la mule qui portait les provisions et les ustensiles.

« Jamais, ni avant cela, ni depuis, je n’entendis de pareil vacarme. A ce moment nous aperçûmes un certain nombre de gentlemen portant des fusils à pierre, revêtus d’espèces de torchons à carreaux de couleurs, et faisant un détour au long d’un sentier entre le village et les hauteurs, vers l’est.

— « Volte-face ! commandai-je, et espacez-vous.

« Avec cet encouragement, mon expédition de dix hommes fit demi-tour et se mit à redescendre la vallée d’un trot leste. Nous ne nous attardâmes pas à sauver la moindre chose de la charge de notre mort, — mais, par un sentiment d’amitié, nous emmenâmes avec nous la seconde mule, qui portait ma tente et diverses hardes.

« Ainsi se termina la bataille — sans gloire ! Jetant un coup d’œil en arrière, je vis la vallée toute parsemée de vainqueurs qui poussaient des cris et nous tiraient dessus. Mais personne ne fut atteint. Ces gens ne sont guère à craindre avec leurs fusils ; ils ne savent toucher qu’un but fixe. Il leur faut se mettre en joue et viser pendant des heures, et quand ils tirent en courant, c’est simplement pour faire du tapage, Hooker, l’un de mes soldats blancs, se croyait bon tireur, et il s’arrêta une demi-minute pour risquer la chance d’en abattre un, mais il nous rattrapa bredouille.

« Je ne suis pas un Xénophon pour débiter une longue histoire sur mon armée en retraite. Pendant les deux ou trois kilomètres qui suivirent, il nous fallut par deux fois arrêter l’ennemi qui nous pressait un peu trop, et échanger quelques coups de feu. Mais l’affaire fût, en somme, assez monotone — on s’essoufflait seulement — jusqu’à ce que nous fussions parvenus à l’endroit où les hauteurs descendent vers la rivière et resserrent la-vallée en un simple défilé. Là, fort heureusement, j’aperçus une demi-douzaine de têtes noires qui venaient nous prendre en écharpe du haut des rochers, sur la gauche — à l’est, en réalité.

« À cette vue, je commandai halte.

« — Attention maintenant. Qu’allons-nous faire ? dis-je à Hooker et aux autres, en indiquant les têtes noires.

« — Je veux bien être nègre, si nous ne sommes pas chipés, dit l’un des hommes.

« — Nous le serons, répondit un autre. Tu connais les façons de ces bougres, hein, Georges ?
« — Ils vont nous tirer au gîte à cinquante mètres, déclara Hooker, à l’endroit où la rivière s’étrangle. Autant se suicider que de continuer à descendre.

« Je regardai la hauteur à notre droite. Elle tombait presque à pic au bas de la vallée, mais elle paraissait pouvoir être escaladée et tous les ennemis que nous avions vus jusqu’ici étaient de l’autre côté de l’eau.

« — C’est cela, ou s’arrêter ! fit l’un des cipayes.

« Nous nous mîmes à grimper obliquement la colline. Il y avait une sorte de vague sentier qui montait en biais et nous le suivîmes. Bientôt, quelques ennemis parurent en vue vers le haut de la vallée, et j’entendis quelques coups de feu. J’aperçus alors un des cipayes qui s’était assis à trente mètres plus bas. Il s’était arrêté, sans- un mot, pour ne pas donner d’inquiétude apparemment. De nouveau, je commandai halte. Je dis à Hooker d’essayer d’abattre quelques ennemis et je retournai vers l’homme qu’une balle avait atteint à la jambe. Je le pris dans mes bras et le portai jusqu’à la mule sur laquelle je l’installai,

— la pauvre bête était déjà suffisamment chargée avec la tente et les autres fourbis que nous n’avions pas le temps de détacher. Quand j’eus rejoint le reste de la troupe, Hooker avait sa carabine vide à la main et indiquait, en riant, vers le haut de la vallée, une tache noire immobile. Tous les autres ennemis s’étaient dissimulés derrière des roches ou avaient fui au delà de la courbe.
« — À cinq cents mètres, fit Hooker ; et je parie que je l’ai touché en pleine tête.

« Je l’engageai à recommencer un aussi beau coup, et nous nous remîmes en route.

« La pente maintenant devenait plus abrupte, et le sentier moins marqué à mesure que nous montions. Bientôt, au-dessus et au-dessous de nous, ce furent plus que des falaises.

« C’est le plus beau chemin que j’aie vu dans ce pays de Lou-Chaï, dis-je pour encourager les hommes, mais, en moi-même, je redoutais ce qui allait arriver.

« Au bout de quelques minutes, le chemin tournait court autour de la falaise. Puis c’était tout : le sentier se terminait là.

« En se rendant compte de la position, l’un des hommes se mit à jurer et à maudire le piège dans lequel nous avions donné. Nous nous trouvions sur une sorte de plate-forme qui devait être, au plus, large de dix mètres. Les rochers s’élevaient en surplombant au-dessus de nous de sorte qu’on ne pouvait nous fusiller d’en haut, et devant nous s’ouvrait un précipice de deux ou trois cents pieds de profondeur. En nous couchant contre le sol, nous étions invisibles pour ceux qui auraient été de l’autre côté du ravin.

« La seule approche que nous pussions craindre était au long du passage, et un homme bien embusqué à l’entrée valait une armée. Nous étions dans une forteresse naturelle, avec un seul désavantage : nos uniques provisions contre la faim et la soif était une mule vivante. Cependant, nous étions éloignés de douze ou quinze kilomètres du gros de l’expédition, mais sans doute, quand ils nous verraient absents un jour ou deux, ils enverraient à notre recherche si nous ne rentrions pas. Au bout d’un jour ou deux... » Le lieutenant se tut soudain.

« — Avez-vous jamais eu soif, Graham ?

« — Jamais de cette façon-là, répondit l’ethnologue.

« — Hum ! nous avons eu soif pendant toute cette journée, pendant la nuit suivante et tout le lendemain avec seulement quelques gouttes de rosée obtenues en tordant divers linges et la tente. Au-dessous de nous, la rivière coulait avec des glouglous contre un rocher qui se dressait au milieu du courant. Jamais je n’ai vu une pareille absence d’incidents et une pareille intensité de sensation. Le soleil obéissait sans doute encore à l’ordre de Josué, car il ne bougeait guère ; il flamboyait Comme une fournaise ardente. Vers le soir du premier jour, l’un des deux soldats blancs marmotta quelque chose que personne ne comprit, et il s’en alla en suivant le chemin par où nous étions venus. Nous entendîmes des coups de feu, et quand Hooker alla voir à l’entrée du passage, l’homme avait disparu. Le lendemain matin le cipaye blessé eut le délire et il sauta, ou il tomba, dans le ravin ; alors nous abattîmes la mule et elle aussi dégringola, dans ses dernières secousses, au bas du précipice, et nous restâmes huit.

« Nous apercevions, tout au fond du gouffre, le corps du cipaye, dont la tête plongeait dans l’eau. Il était à plat ventre, et autant qu’on pouvait s’en rendre compte il paraissait fort peu meurtri. Malgré tout le désir de l’ennemi d’avoir cette tête, il n’osèrent pas s’approcher avant la nuit.

« D’abord, nous parlâmes des chances qu’il y avait que le gros de la troupe ait entendu notre fusillade, et nous tâchions de supputer à quel moment ils remarqueraient notre retard, et mille autres choses. Mais nous nous desséchions réellement à mesure que les heures passaient. Les cipayes jouèrent entre eux avec des cailloux, puis racontèrent des histoires. La nuit fut assez froide. Le second jour personne ne parla. Nos lèvres étaient noires et nos gosiers en feu : et nous restions étendus sous la roche, nous regardant les uns les autres. L’un des réguliers se mit à tracer sur le rocher avec un morceau de tuyau de pipe des blasphèmes et des invectives comme une sorte de testament et je dus le faire cesser. Tandis que je regardais, au fond de la vallée, la rivière couler et bouillonner, j’étais presque tenté de suivre le cipaye. Cela semblait attirant et désirable de dégringoler le long de la pente, avec au bas quelque chose à boire — ou, du moins, plus de soif du tout. Cependant, je me souvins à temps que je commandais le détachement et que mon devoir était de donner le bon exemple, et cela m’empêcha de commettre une sottise.

« C’est en pensant à cela qu’une idée me vint. Je me levai et examinai la tente et, ses cordes, et je m’étonnai de n’y avoir pas pensé plus haut. Puis, j’allai jusqu’au bord de la falaise mesurer de l’œil la distance. Cette fois la hauteur me sembla plus grande et la pose du cipaye quelque peu plus pénible. Mais il n’y avait que ce moyen ou rien... et, pour vous le dire sans plus de détour, je descendis en parachute.

« Je pris un grand cercle de toile de la tente, environ trois fois grand comme ce tapis de table. Je fis un trou dans le milieu, je liai huit cordes autour qui se réunissaient au centre pour former un parachute. Les autres me regardaient, croyant sans doute à quelque nouveau genre de délire. Alors j’expliquai mon plan aux deux réguliers, et, aussitôt que le rapide crépuscule fut devenu nuit pleine, je risquai l’expérience. Les deux hommes tinrent l’instrument élevé et je pris mon élan de toute la longueur de la plate-forme. Mon parachute s’emplit d’air comme une voile, mais je dois avouer qu’arrivé au bord j’eus la venette et je m’arrêtai court.

« Mais j’eus aussitôt honte de moi-même ; je retournai à-l’extrémité de la plate-forme et me lançai de nouveau, Cette fois, je sautai — avec une sorte de sanglot, je me le rappelle — je sautai en plein dans le vide, avec la grande voile, blanche qui se gonflait au-dessus de moi.

« Mes pensées durent se précipiter avec une vitesse effrayante. Il sembla s’écouler un long moment avant que je pusse être sûr que mon instrument resterait droit. D’abord il se balança de côté-et d’autre. Puis, je remarquai la muraille de rocs qui semblait monter devant mes yeux, pendant que je me figurais rester immobile. Je regardai au-dessous de moi, et je vis les eaux sombres de la rivière et le cadavre du cipaye qui venaient, à ma rencontre. Mais dans l’indistincte clarté, je discernai aussi trois ennemis, ahuris de me voir arriver, et le cipaye décapité. À cette vue j’aurais bien voulu pouvoir remonter. Au même instant, ma botte entrait dans la bouche d’un des ennemis, et lui et moi ne formions plus qu’un seul tas avec la toile qui s’abattait sur nous en se dégonflant. Sans doute, j’avais dû faire jaillir la cervelle de l’homme sous mon pied. Je n’attendais rien d’autre que d’être à mon tour massacré, mais les pauvres païens, qui n’avaient jamais entendu parler de Baldwin, prirent immédiatement la fuite.

« Je me dépêtrai de la toile et du cadavre et jetai un regard autour de moi. À environ dix pas se trouvait la tête du cipaye, les yeux fixes, au clair de lune. Puis, j’aperçus l’eau et je courus boire. Il n’y avait d’autre bruit au monde que celui de la retraite précipitée des ennemis, un faible cri qui me parvint d’en haut et le murmure du courant. Dès que j’eus bu tout mon soûl, je descendis au long de la rivière.

« Telle est l’explication de l’histoire de l’homme volant. Pendant les douze kilomètres que je fis pour rejoindre l’expédition, je ne rencontrai âme qui vive. J’arrivai au camp de Walters vers dix heures et le stupide imbécile qui était de faction eut le toupet de me tirer dessus lorsque je surgis au trot hors des ténèbres. Aussitôt que je fus parvenu à faire entrer mon récit dans le crâne épais de Walters, cinquante hommes se mirent en route pour aller débarrasser la vallée des ennemis et ramener nos hommes. Mais j’avais eu pour ma part suffisamment soif pour ne pas aller la provoquer de nouveau en les accompagnant.

« Vous avez entendu quelle sorte de légende ils ont fabriquée avec cela. Des ailes grandes comme une mule, hein ? et des plumes noires ? Le bon lieutenant transformé en oiseau. Bon ! bon ! »

Un instant le lieutenant resta plongé dans quelque joyeuse méditation, puis il ajouta :

— Vous ne le croiriez pas, mais quand ils arrivèrent à la plate-forme, deux cipayes avaient sauté en bas.

— Le reste allait bien ? demanda l’ethnologue.

— Le reste allait bien, à part la soif. Et à ce souvenir le lieutenant se versa un nouveau Verre de whisky et de soda.

H.-G. Wells  . Traduit par Henry-D.Davray