Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > John Flanders : En fuite vers Bradford. Suivi de Les compagnons de la (...)

John Flanders : En fuite vers Bradford. Suivi de Les compagnons de la tempête

jeudi 27 juillet 2017, par Denis Blaizot

JPEG - 372.7 ko

Titre : En fuite vers Bradford. Suivi de Les compagnons de la tempête
Collection : Les Inédits de Jean Ray/John Flanders
Éditeur : Terre de brume
pages : 167
dimensions : 140 X 240
ISBN : 9782843626326
Prix : 17.50 €

Quatrième de couverture :

C’est l’Angleterre du XVIIIe siècle qui sert de décor aux deux romans rassemblés dans ce volume. Une Angleterre chère au cœur de Walter Scott ou de Conan Doyle ; une Angleterre aux forêts sombres et profondes, aux monastères perdus et aux bandits de grands chemins ; une Angleterre aux villages fortifiés et aux monastères en ruine ; une Angleterre de la superstition, des gibets et des grandes épidémies…

Mais, comme toujours chez Jean Ray/John Flanders, c’est la terreur et l’angoisse qui prédominent, la terreur des faibles et l’angoisse des opprimés face aux puissants — et aux créatures qui les servent — qui ne souhaitent qu’une chose : asseoir et faire perdurer, par les plus sombres desseins, leur pouvoir…

Mon avis : Ça me fais toujours plaisir de découvrir des textes de Jean Ray/John Flanders que je ne connaissais pas. Cette fois encore je ne suis pas déçu même si j’ai trouvé quelques faiblesses aux deux textes présentés ici.

Il s’agit pour l’un comme pour l’autre de littérature pour adolescents redécouvertes dans des vieilles revues belges oubliées de tous. Ils ont à peu prés la même longueur, mais si en fuite vers Bradford est une bonne grosse nouvelle qui aurait mérité un peu plus de développement et de mystère, Les compagnons de la tempête, lui, m’a donné le sentiment d’être un abrégé de roman. En effet, l’auteur finit un chapitre sur un départ précipité de nos héros partant au secours d’un troisième personnage. Deux chapitres plus loin, nous retrouvons en prison, menacés d’une condamnation à mort. Ce même personnage joue alors le rôle de Deus Ex Machina qui vient tout résoudre comme par magie.

Si ces deux textes ne sont pas mauvais, on ne peut pas non plus les classer dans les incontournables de l’auteur. Peut-être faut-il les réserver aux inconditionnels de l’auteur ou à un lecteur jeune qui prendra très certainement plaisir à la lecture de ces novellas dont les personnages principaux ont 14/15 ans.

En bref : Le prix de ce volume ne se justifie que par le caractère d’inédit en librairie de ces textes. Par contre les amateurs inconditionnels savent que l’amicale Jean Ray proposent ces inédits depuis un moment déjà en édition bilingue à des prix raisonnables.

JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict

PNG - 13 ko