Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Anthologies > Nouvelles d’outre-mort

Nouvelles d’outre-mort

vendredi 27 novembre 2015, par Denis Blaizot

JPEG - 59.7 ko
  • Éditions de l’OEIL DU SPHINX
  • Collection / Série : Les Manuscrits d’Edward Derby ; 14
  • Prix de vente au public (TTC) : 16 €
  • 234 pages ; 23 x 15,5 cm
  • ISBN 979-10-91506-37-3
  • EAN 9791091506373

Quatrième de couverture : La « vie après la vie » est tout sauf un long fleuve tranquille....

17 nouvelles inédites réunies par Richard D. Nolane

Sommaire :

  • Préface, par Richard D. Nolane
  1. Le syndrome de Pan, par Morgane Caussarieu
  2. La quête, par Lydie Blaizot
  3. Guide du musée de l’En-deçà, par François Fierobe
  4. Première victime, par Morgane Caussarieu
  5. Le ressuscitué, par Fabert Cendreville
  6. Un sang impur, par Jean-Jacques Jouannais
  7. RIP M.Delpierre, par Jess Kaan
  8. Tous ensemble, par Jean Pézennec
  9. Le bruit des os, par Robert Darvel
  10. Hell 2.0, par Léo Lallot
  11. La peur de sa vie, par Jean-Pierre Planque
  12. Nettoyeurs, par Pierre Quevaine
  13. Mort active, par Pierre-Louis Mongrain
  14. Un étage avant l’enfer, par Sylvain Boïdo
  15. Jusqu’à ce que la mort nous sépare,par Guillaume Mézin
  16. Kannerezed Noz, par Eva Aernout
  17. La Madelon, par Didier Reboussin
  18. La terrible expérience du Dr C. Bell, par Gaston Ch.Richard

Mon avis : Hormis la première nouvelle de Morgane Caussarieu qui s’étale sur 34 pages, la longueur moyen est de 10 pages dont une première souvent occupée en grande partie par une présentation de l’auteur. Ce qui correspond à mes attentes.

  1. Le syndrome de Pan, de Morgane Caussarieu, est trop longue à mon goût. J’ai le sentiment que les deux premiers tiers étaient consacrés à la mise en place. Ce qui est beaucoup trop. Je ferais remarquer par ailleurs que le titre faire référence, sous cette forme, au dieu Pan. Le lecteur serait dans ce cas en droit d’attendre une nouvelle qui traite plus ou moins directement de cette divinité. Il n’en est rien. Il s’agit ici de Peter Pan. Bref, cette nouvelle m’aurait vraiment plus si on entrait plus rapidement dans le vif du sujet.
  2. Peut-être est-ce par contraste que La quête, de Lydie Blaizot, m’a paru trop rapide. La fin surtout. Quoiqu’il en soit. J’ai trouvé très bonne cette idée de l’homme qui ne peut mourir tant qu’il n’aura pas tuer son assassin. Ce qui n’est pas une tâche aisée quand on en sait que deux choses : son patronyme et la région dans laquelle il vit.
  3. François Fierobe nous sert, avec Guide du musée de l’En-deçà, un très beau texte, plein d’imagination. Mais pour moi ce n’est pas une nouvelle puisqu’il n’y a pas d’histoire. Il s’agit en fait d’un article d’encyclopédie ou de guide touristique traitant d’un musée très particulier dont la visite n’est pas sans danger.
  4. Première victime, de Morgane Caussarieu (hé oui ! Encore elle. :-) ) nous ramène en territoire connu quand il s’agit de la vie après la mort : les vampires. Ici, dans un cours et dynamique, nous vivons la première chasse d’un nouveau vampire. L’approche est intéressante, même si je ne suis pas fan des histoires qui mélangent fantastique et sexe.
  5. Le ressuscitué, de Fabert Cendreville, est un ermite guérisseur victime de l’ordre établi qui ne tolère pas l’adoration que lui voue le bas peuple. On cherche donc à le détruire. Mais les chose ne sont pas plus simple après sa mort. Très belle histoire, même si je n’ai pas totalement adhéré à la conclusion.
  6. Un sang impur, de Jean-Jacques Jouannais, nous narre de manière très convaincante les malheurs d’un homme qui a servit un vampire pendant de nombreuses années. Cette nouvelle est plaisante. Je suis heureux de découvrir cet auteur.
  7. Jess Kaan ne m’avait pas convaincu avec Au Temps des Aurochs publiée dans Dimension Préhistoire. Mais on peut dire que RIP M.Delpierre change la donne. Cette nouvelle est très réussie et j’en redemande.
  8. Avec Tous ensemble, Jean Pézennec traite une vision très originale de la réincarnation : devenir, après sa mort, une patte de mille-patte. Originale, bien écrite, mais pas très passionnante.
  9. Avec Le bruit des os, Robert Darvel tient une excellente idée : l’immortalité à condition de tuer et d’être tuer en retour de façon violente et vindicative. Mais toutes les bonnes choses ont une fin. L’auteur a su mener son affaire. Cette nouvelle est très réussie.
  10. Je suis quelque peu déçu de l’exploitation que Léo Lallot a fait de l’idée de base àHell 2.0, mais je ne saurais dire en quoi exactement. Les hommes réussissent à mettre au point un moyen de se connecter avec l’enfer pour y jouer le rôle de démons. Très bonne idée qui m’a refait penser aux Enfers virtuels de Iain M. Banks. Quoi qu’il en soit la lecture en est très agréable. Juste une impression de sujet sous-exploité.
  11. Là, rien à redire. La peur de sa vie, de Jean-Pierre Planque, est une très bonne nouvelle. Bien sombre. J’en veux encore.
  12. Nettoyeurs commençait bien. Ce gars chargé, pendant la première guerre mondiale, d’achever les mourants. Pierre Quevaine a très bien débuté sa nouvelle. Mais quand notre héros arrive chez lui en perm. le rythme et le ton change. Le point de vue aussi : Après qu’il tente d’agresser son épouse, c’est elle qui devient l’héroïne. Là, j’ai rien à dire. Ce qui m’a déplu, c’est le passage d’une nouvelle très sombre et convaincante à une « vulgaire » histoire de zombies qui marchent les bras tendus et n’ont qu’un objectif : tuer tout le monde... Je vous ai dit que je détestais les histoire de zombies à la « Walking Dead » ?
  13. Avec Mort active, Pierre-Louis Mongrain nous sert une petite histoire de l’au-delà très sympathique et poétique qui prouve bien qu’on peut parler de la vie après la mort sans foutre des cadavres ambulants à tous les coins de pages.
  14. Dans Un étage avant l’enfer, Sylvain Boïdo développe de très bonnes idées même s’il y a quelques maladresses. Entre autres, le héros asperge le sol devant lui sur un rayon de 5 m avec l’alcool d’un bidon sans bouger de sa place. 5 m ? Wouah ! Perso, à ce genre de jeu, je n’ai jamais dépassé 2 m. Et les dimensions de la morgue me paraissent invraisemblables. À par ça, voilà une histoire de zombie qui est pas mal ficelée... Pour une fois que j’apprécie une histoire de zombies.
  15. Jusqu’à ce que la mort nous sépare,par Guillaume Mézin. Ah ! Cette petite histoire de passage après la mort est très bien ficelée. Et la chute, très amenée. Il est tentant de crier encore !
  16. Kannerezed Noz, par Eva Aernout (J’ai déjà eu l’occasion de découvrir cette auteure avec La main du musée, publiée dans l’anthologie Momies, aux éditions Cauchemars) est très bien menée. C’est une très bonne idée que de reprendre le thème d’une légende pour l’intégrer une histoire moderne traitant de l’infanticide.
  17. La Madelon, de Didier Reboussin, est une locomotive à vapeur qui était déjà en service pour les mobilisations générales de 1914 et 1939. C’est l’occasion pour son mécanicien d’un voyage dans le passé. Très belle histoire soutenue par une bonne connaissance du milieu ferroviaire. Voilà un texte de bonne qualité qui me satisfait mais sera rejeté par les amateurs de gore.
  18. Gaston Ch.Richard a publié La terrible expérience du Dr C. Bell en 1910. Visiblement dans le style des textes de Lovecraft ou de Maurice Renard, elle peut être l’occasion pour les lecteurs de (re)découvrir une littérature de l’imaginaire riche et de bonne qualité.

En bref : Ceux qui ont déjà lu certaines de mes chroniques d’anthologie ont sans doute remarqué que je n’ai fait que très peu de critiques négatives. Eh oui ! Pour une fois. Globalement — bien que peu motivé par les histoires de zombies — j’ai apprécié ces nouvelles et vous les recommande.

PNG - 13 ko

JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict

JPEG - 36.9 ko