Accueil > Mes auteurs favoris > Charles Williams (1909 - 1975)

Charles Williams (1909 - 1975)

dimanche 17 novembre 2013, par Denis Blaizot

JPEG - 31.3 ko

(1909 San-Angelo, Texas - 1975 disparu dans le Golfe du Mexique, à son domicile de Los Angeles d’après la page anglaise de wikipédia ou suicide en France ? )

Petite biographie
Charles Williams est né à San-Angelo, Texas, le 13 aout 1909. Après ses études, il s’engage dans la marine marchande en 1929. Il quitte cette activité au bout de 10 ans pour épouser Lasca Foster. Son expérience de Radio dans la marine marchande lui permet de devenir technicien de maintenance en électronique pour RCA à Galveston, Texas puis pour la marine nationale américaine (Puget Sound Navy Yard dans l’état de Washington) jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. Il part alors, accompagné de son épouse, s’installer à Los Angeles où il travaille pour Mackay Radio jusqu’à la publication de son premier roman, Hill Girl, en 1951. C’est un grand succès et Charles williams devient alors écrivain professionnel. Il publie alors 21 autres romans et participe à la rédaction de nombreux scénarios de cinéma. Le couple change souvent de résidence et passe, semble-t-il, beaucoup de temps en France où Charles Williams jouit d’une bonne réputation. A la mort de son épouse en 1972, il se retire en Californie à la limite de l’Oregon. où il vit seul. Il revient sur Los Angeles ( quartier de Van Nuys). Il se suicide dans son appartement au début avril 1975. Suicide en France et Disparition dans le Golfe du Mexique ne sont apparemment que des rumeur infondées.


Voici la liste des œuvres de Charles Williams en langue française classée dans l’ordre chronologique de leur copyright U.S.


JPEG - 10.7 ko
Hill girl
1951

La fille des collines
Il était évident qu’elle était nue sous sa vieille robe de coton et qu’elle s’en fichait éperdument. Lee la regardait. Elle pouvait voir ce qu’il voulait. Je sentais le col de ma chemise m’étrangler.
— « elle devrait être interdite par la loi » dit Lee en tremblant.
— « elle l’est » dis-je. « Et son père te tuera. »

JPEG - 32.6 ko
Rivage/noir N°2 (1986)
JPEG - 27.4 ko
Rivage/noir N°2
JPEG - 48.9 ko
La Fille des collines
film de Robin Davis (1990)

Adaptation cinématographique avec :

    • Nathalie Cardone
    • Florent Pagny
    • Tchéky Karyo
    • Jean-Pierre Sentier

Bye-bye, Bayou !
JPEG - 28.6 ko
Série Noire N°867 (1964)
JPEG - 25.8 ko
Folio N°2773
JPEG - 270.8 ko
Rivage/noir N°807 (2011)
Nouveau titre : La fille des marais
Nouvelle traduction non tronquée.

(The Catfish Tangle / River Girl - 1951)
On appelle ça le bayou. C’est un marécage, c’est un fleuve, c’est un lac, c’est lourd de forêts, de nénuphars et de fourrés.
C’est aussi un piège et un sortilège. Gare au citadin, dégoûté de la chasse au bifteck, qui s’y enfonce pour échapper au soleil. Il y rencontrera l’ondine. Elle a des cheveux fous, un regard étrangement calme. Qu’il se dépêche de regagner la ville.
Sinon, en un tournemain, il se retrouvera amoureux, assassin, homme traqué et, tel un maelström, le gouffre du bayou le précipitera à sa perte.


L’ange du foyer (Big City Girl — 1951)

Un cadavre de flic, c’est toujours encombrant, surtout si c’est vous qui l’avez refroidi, et si vous n’avez pas la clé des menottes qui vous retiennent à lui. Mais si vous avez la chance de trouver un canif dans sa poche, il ne vous reste plus qu’une chose à faire… C’est long, et si vous avez l’estomac fragile, il risque de chavirer plus d’une fois au cours de l’opération. Mais vous êtes libre… comme un lapin le jour de l’ouverture de la chasse.

Série Noire N°977 (1965)
JPEG - 25 ko
Carré Noir N° 423 (1982)
JPEG - 28.3 ko
Folio Policier N° 317 (2003)

Je t’attends au tournant (Hell Hath No Fury - 1953)

Dès mon premier matin de boulot, il m’appela dans le bureau et me chargea d’aller récupérer une bagnole dans un coin de campagne.
— J’en ai marre de cet oiseau-là, dit-il ; alors pas de discussion. Ramenez la voiture. Miss Harper va vous accompagner. Elle conduira l’autre bagnole au retour.
J’étais à la commission et ce genre de truc ne me rapportait rien. J’allais lui dire de confier ses courses à quelqu’un d’autre quand la fille entra, ce qui me fit changer d’avis.
Il nous présenta
— Miss Harper. Madox, notre nouveau vendeur.
— Enchanté, dis-je.
Elle portait une robe légère en coton elle avait des bras bien ronds, légèrement brunis. Elle ressemblait à une rose thé à longue tige.
Elle me sourit, mais quand il lui parla d’aller cher-cher la voiture, je m’aperçus que cela ne lui plaisait guère.
— On ne pourrait pas attendre un peu ? demanda-t-elle. J’arriverai peut-être à encaisser l’arriéré. Il vaudrait mieux que j’aille trouver M. Sutton moi-même.
— Non, Gloria. Nous avons autre chose à faire que de lui courir après tous les mois. Reprenez la voiture.

JPEG - 24.8 ko
Série Noire N° 246 (1955)
JPEG - 19.1 ko
Poche Noire n°74 (1969)
JPEG - 36.9 ko
Carré Noir n°303 (1979)

Adaptation cinématographique : Hot Spot

Film de Dennis HOPPER (1990)
avec :

  • Don JOHNSON
  • Virginia MASDEN Jennifer Connelly
JPEG - 37.8 ko
Hot spot
Jaquette du DVD
JPEG - 95.7 ko
Hot spot
Jaquette de la VHS

JPEG - 35.6 ko
Peaux de Bananes
Série Noire N°294
1956

Peaux de Bananes (Nothing in Her Way -1953)

Quand un faisan rencontre un autre faisan, qu’est-ce qu’ils se racontent ? Des histoires de faisans…
Encore s’ils se bornaient à parler boutique, il n’y aurai pas de casse, mais voilà : Wolford Charles s’associe avec Mike Judd, pour escroquer Goodwin, qui se fait royalement empaumer, Charles laisse tomber son associé, qui le rattrape, le fait cracher, quand quelqu’un intervient inopinément et roule tout le monde…
Mais pas du tout comme on pouvais s’y attendre…

Adaptation cinématographique avec :
GIF - 14.3 ko
Peau de Banane
film de Marcel Ophüls (1963)



  • Jean-Paul BELMONDO
  • Jeanne MOREAU
  • Claude BRASSEUR
  • Jean-Pierre MARIELLE

JPEG - 37.8 ko

Le Pigeon (A Touch of Death /Mix Yourself a Redhead -1954)

C’était un pavillon à quatre appartements, non loin de la plage. J’arrêtai ma voiture, consultai de nouveau l’annonce et m’engageai dans l’allée. Sur les quatre boîtes aux lettres, deux seulement portaient une indication de nom ; ni l’un, ni l’autre n’étaient celui que je cherchais.
C’était pourtant bien l’adresse indiquée sur le journal ; il fallait donc que ce soit l’un des deux autres locataires. Au hasard, j’appuyai sur l’un des deux boutons de sonnette anonymes. Sans résultat. J’essayai de nouveau et pus entendre une vague sonnerie, au premier étage.
J’attendis une ou deux minutes et essayai l’autre bouton, sans plus de succès. J’allumai une cigarette et me retournai pour jeter un coup d’oeil dans la rue : elle était parfaitement tranquille sous le chaud soleil d’été. Quelques voitures passèrent sur la digue tandis qu’au loin, dans le golfe, un bateau de pêcheurs de crevettes semblait ramper comme une mouche sur un miroir.

JPEG - 29.7 ko
Série Noire N°259 (1955)
JPEG - 17.9 ko
Poche Noire N°66 (1969)
JPEG - 20.1 ko
Carré Noir N°359 (1980)
JPEG - 50.8 ko
Folio Policier N°205 (2001)

JPEG - 46.9 ko
Rivage/noir N°73 (1989)

Go Home Stranger (Go Home Stranger-1954)
Dès qu’il avait pris connaissance du message, il était remonté d’Amérique du sud, le plus vite possible. Il aurait pu se raser entre deux avions à Miami, mais il avait passé son temps dans une cabine téléphonique étouffante à donner des coups de fil longue distance, n’arrêtant pas de glisser des pièces dans une fente, posant sèchement des questions à des milliers de kilomètres, tandis que grandissait la boule glacée de la peur qui lui nouait le ventre.
Le troisième jour après son départ de la jungle péruvienne, il montait les marches du poste de police de Waynesport, où sa sœur était incarcérée pour le meurtre de son mari. Il lui restait à prouver son innocence…
Mais toute la ville était déjà contre lui.


La Mare Aux Diams
JPEG - 21 ko
Série Noire N°334 (1956)
JPEG - 18.9 ko
Carré Noir N°296 (1979)
JPEG - 46.6 ko
Poche Noire N°122 (1970)
JPEG - 35.4 ko
Folio N°1954
JPEG - 42.8 ko
Folio policier N° 372 (2005)

(Scorpion Reef / (Gulf Coast Girl -1955)

Le spectacle avait quelque chose de fantomatique… Le second et les deux matelots, qui étaient montés à bord, s’entre-regardaient, n’en croyant pas leurs yeux.
Pas la moindre trace de violence ou même de maladie sur le bateau. Le golfe lui-même était d’humeur débonnaire depuis des semaines.
Les voiles du bâtiment se gonflaient légèrement dans la brise du soir. La roue du gouvernail était aiguilletée et le bateau glissait sans heurts, cap au sud, vers le détroit de Yucatan. Son youyou coiffait toujours le toit du rouf et, malgré l’absence de tout être vivant, il régnait à bord un ordre absolu. Le voilier avait été abandonné, mystérieuse-ment, comme cet autre vaisseau-fantôme, la Marie-Céleste. La réserve de vivres semblait à peine entamée, ainsi que la provision d’eau. Les deux couchettes étaient faites et la cabine balayée. Des blue-jeans et quelques cirés pour le gros temps pendaient aux cloisons et, sur l’une des couchettes, traînait un soutien-gorge de maillot de bain. Subtilement mêlé à l’inévitable odeur des voiliers — vernis et eau de mer — flottait un parfum à peine perceptible. En fait, on ne l’aurait même pas décelé, s’il n’avait été aussi insolite à bord de ce bateau. La table n’était pas mise, comme sur la Marie-Céleste, mais elle portait deux gobelets, l’un encore plein de café.


Fantasia chez les ploucs
JPEG - 24.4 ko
Série Noire N°400 (1957)



JPEG - 32.2 ko
Carré Noir
JPEG - 6.3 ko
Série Noire N°400



JPEG - 46.1 ko
Carré Noir
JPEG - 36.6 ko
Le Livre de Poche N°1725 (1966)
JPEG - 55.1 ko
Folio Junior N°284



JPEG - 53.3 ko
Folio Junior N°284
JPEG - 45.7 ko
Folio policier N°312 (2003)



JPEG - 19.4 ko
Collection PIMENT
France loisirs

(The Diamond Bikini / Blue Moon Series -1956)

Ah ! ça, pour un été, c’était un fameux été !

Comme dit Pop (Pop, c’est papa), les fermes, c’est fortifiant, et pour ce qui est d’en trouver une plus fortifiante que celle à mon oncle Sagamore, on peut chercher. Il y avait un lac où on pouvait attraper des poissons vivants, j’avais un chien, et puis il y avait tous les chasseurs de lapins avec leurs mitraillettes, et aussi Miss Harrington. Elle était rudement gentille et c’est elle qui m’a appris à nager.
Miss Harrington ? Eh bien ! c’est elle qu’avait le liseron qu’a été la cause de tout ce raffut. Vous savez bien ! C’est passé dans tous les journaux. Un liseron tatoué, avec des petites feuilles bleues, qui grimpait tout autour d’une de ses poitrines, comme un sentier grimpe après la montagne, avec une rose en plein milieu. Pop a fait un foin du diable parce que je ne lui en avais pas parlé avant, mais zut alors ! comment j’aurais pu savoir que tout le monde n’en avait pas ? Moi je pensais tout naturellement que les dames des bonnes œuvres en avaient aussi, un liseron tatoué dessus, mais jamais je leur ai de-mandé, vu que quand j’étais avec elles, je ne connaissais pas encore Miss Harrington, ni son liseron.
Mais tout ça, ça vient après. Vaut mieux que je commence par le commencement …

Une chronique

Fantasia chez les ploucs
JPEG - 35.2 ko
Fantasia chez les ploucs
Jaquette du DVD



JPEG - 50.7 ko
Fantasia chez les ploucs
Affiche cinéma



Film de Gérard PIRÈS (1970)
avec

  • Lino Ventura
  • Mireille Darc
  • Jean Yanne
  • Jacques Dufilo
  • Alain Delon (dans ce qui est peut-être sa première apparition au cinéma)

Avec Un Élastique
JPEG - 30.7 ko
Série Noire N°388 (1957)
JPEG - 36.9 ko
Poche Noire N°137 (1971)
JPEG - 32.9 ko
Folio Policier

(The Big Bite -1956)
Ils m’avaient assuré qu’elle serait exactement comme avant, mais ce n’était pas vrai. Je m’en aperçus dès la fin de la première semaine d’entraînement. Ils avaient recollé les morceaux, d’accord, et cela ressemblait bien à une guibolle, mais il y manquait quelque chose. McGilvray, sans doute le meilleur trois-quarts arrière de formation T, me passait régulièrement le ballon une demi-foulée trop en avant. On avait joué tous deux ensemble, à l’Université d’abord, et depuis cinq ans comme professionnels, aussi savait-il parfaitement où j’aurais dû me trouver. Moi aussi, mais je n’arrivais pas à m’y tenir. Après s’être extirpé pour la dixième fois de dessous le tombereau de barbaque empilée sur nous après la mêlée, il recracha un peu de terreau et me dit :
— On est encore un peu rouillé, Harlan. Peut-être que je force trop ?
— Possible, ma vieille.
Mais je savais bien que non.
A la passe suivante, il m’expédia la balle à l’endroit où j’étais, au lieu de là où j’aurais dû être, et je me fis écrabouiller derrière la ligne par deux bleusailles. Et pas des gars de l’équipe des « Browns », de Cleveland, …

Adaptation cinématographique avec :
JPEG - 17.5 ko
Le Gros coup
un film de Jean Valère (1964)



  • Emmanuelle Riva
  • Hardy Krüger
  • Francisco Rabal
  • Roger Couderc
  • Jean-Louis Maury

JPEG - 87.3 ko

Une Femme Là-Dessous (Girl Out Back / The Operator - 1957)

Le jour où Barney Godwin encaisse trois billets de vingt dollars tachés de rouille, il ne se doute pas qu’il vient de mettre le doigt dans un terrible engrenage. Le FBI, son épouse trop riche, la naïve Jewell Nunn et son mari jaloux, mais aussi la cupidité et la bêtise, tout semble vouloir faire échouer ce qui aurait pu être un beau coup, un très beau coup…

JPEG - 19.5 ko
Série Noire N°888 (1964)
JPEG - 30.2 ko
Série Noire N°888
JPEG - 31.5 ko
Folio Policier N°303 (2003)

Allô ! l’assassin vous parle (All the Way / The Concrete Flamingo -1958)

Elle parla pendant plus d’une demi-heure et quand elle eut fini, j’étais heureux que ce ne fût pas moi qu’elle détestait. Chapman n’avait pas une chance de s’en tirer. Son plan était diaboliquement ingénieux, et il était mortel. Je ne voyais nulle part le moindre défaut. Personne ne saurait jamais qui l’avait assassiné. Et lorsqu’il disparaîtrait, elle serait à Thomaston, à plus de mille kilomètres de là.

JPEG - 27.9 ko
Minerve (1990)
JPEG - 34.6 ko
Marabout N°278
The third Voice / Allô ! L’assassin vous parle
JPEG - 94.1 ko



un film de Hubert Cornfield (1960)

avec

  • Edmond O’Brien
  • Julie London
  • Laraine Day
  • Olga San Juan

Mieux vaut courir (Man in Motion / Man on the Run -1958)

Les chefs de la police promettaient une arrestation prochaine. Si on me mettait la main dessus, j’y avais droit ! J’avais tué un inspecteur et ridiculisé la police pendant quatre jours. Le journal ne parlait d’aucun autre suspect. Pour les flics, il n’y avait aucun doute, c’était moi le coupable. Il ne leur restait qu’à me mettre la main dessus pour considérer l’affaire comme classée, et il n’y avait entre eux et moi qu’une fille que mon histoire distrayait de son ennui.

Série Noire N°521 (1959)
JPEG - 28.8 ko
Carré Noir N°458 (1982)
JPEG - 23.3 ko
Folio Policier N°272 (2002)
Adaptation cinématographique : Mieux vaut courir
film de Élisabeth Rappeneau (1989)

avec :

  • Christian Clavier
  • Carmen Maura
  • Lydia Andrei
  • Jean-Marie Winling
  • Richard Leduc

Celle qu’on montre du doigt
JPEG - 30 ko
Série Noire N° 513
JPEG - 40.3 ko
Folio Policier N°271 (2002)

(Talk of the Town / Stain of Suspicion- 1958)
Au bout de la ligne le flot d’injures se tarit et la voix chuchota :
— « Tu m’entends, trésor ? T’aimes ça ? »
Plaquant la main sur le récepteur, je me penchai sur la femme.
— « Répondez ! » Lui ordonnai-je.
Elle cria dans l’appareil :
— « Pourquoi me faire ça ? Pourquoi ? »
— « Parce que c’est toi qui l’as tué, dit la voix. »


Aux Urnes, les ploucs !
Série Noire N° 602 (1960) Carré Noir N°396 (1981) Poche Noire N°122 (1970)
JPEG - 32.5 ko
Folio Policier N° 208 (2001)

(Uncle Sagamore and His Girls- 1959)

Tabac à chiquer, whisky de contrebande et super créatures vêtues de probité candide et de nylon. C’est l’oncle Sagamore qui régale. C’est sa campagne électorale.

Ceux qui aiment les boissons fortes et les faibles femmes voteront pour lui !


Péri en mer
JPEG - 27.4 ko
Série Noire N°616 (1961)
JPEG - 43.4 ko
Carré Noir

(The Sailcloth Shroud -1959)

Même s’il était mort foudroyé, sur une estrade, au cours d’une réunion publique, sous les yeux de dix mille témoins, personne n’aurait voulu le croire.

Alors, comment convaincre les gens qu’il avait bel et bien péri en mer, quelque part sous les tropiques, et que son corps reposait par trois mille mètres de fond ?

Adaptation cinématographique : The Man Who Would Not Die
JPEG - 11.2 ko



un film de Robert Arkless (1976)

avec

  • Dorothy Malone
  • Keenan Wynn
  • Aldo Ray
  • Alex Sheafe
  • Joyce Ingalls

JPEG - 29.6 ko
Ont-ils Des Jambes ?
Série Noire N°659 (1961)

(Aground -1960)

Il pataugeait dans le lac d’essence qui occupait le fond de la cabine quand soudain une voix retentit :

  • « Lance-moi ton pétard, hé, tordu ! » Ingram se retourna. Un malabar était adossé à l’échelle, une cigarette au bec. Il tenait à la main une allumette de cuisine qu’il était prêt à craquer sur l’ongle de son pouce. Paralysé par la surprise autant que par les vapeurs d’essence, Ingram ne répondit pas.
  • « Le pétard, reprit l’autre. Sinon je fais tout sauter… »
JPEG - 34.2 ko
L’arme à gauche
Jaquette du DVD
JPEG - 55.1 ko
L’arme à gauche
Affiche du film
JPEG - 21.3 ko
L’arme à gauche
Affiche du film

Adaptation cinématographique : L’arme à gauche

film de claude SAUTET (1964)

avec :

  • Lino VENTURA
  • Sylva KOSCINA
  • Leo GORDON

JPEG - 44.1 ko

Vivement dimanche ! (The Long Saturday Night / Finally, Sunday - 1962)

Que se passe-t-il dans la tête des gens qui donnent des coups de téléphone anonymes ? La voix que j’entendais était celle d’une femme, et elle m’accusait tout bonnement d’avoir assassiné son petit ami par jalousie.

  • « Quelqu’un a perdu un briquet chez lui. Un briquet plaqué or avec des initiales de fantaisie F et W. C’est un Dunhill. Ça ne vous rappelle rien ? » Elle raccrocha. Je frissonnai. Le briquet qu’elle venait de décrire était celui de Frances, ma femme.
JPEG - 32.1 ko
Série Noire N°816 (1963)
JPEG - 13.3 ko
Carré Noir N°437 (1982)
JPEG - 20.4 ko
Folio N°1816 (1987)
JPEG - 31.8 ko
Folio Policier N°30(1998)



JPEG - 28.1 ko
Adaptation cinématographique : VIVEMENT DIMANCHE !
JPEG - 26.2 ko



Film de François TRUFFAUT (1983)

avec :

  • Fanny Ardant
  • Louis Trintignant
  • Jean-Pierre Kalfon
  • Philippe Laudenbach

Calme blanc / De sang sur mer d’huile (Dead Calm -1963)

Que faire quand un fou vous a volé votre bateau et que vous errez sur l’océan Pacifique, à bord d’un yacht prêt à couler ? Pomper, écoper ? Mais l’eau gagne plus vite qu’on l’écope. Mettre les gaz ? Mais il n’y a plus d’essence. Naviguer à la voile ? Le rafiot chavirerait. Attendre la noyade ? Ce serait le plus raisonnable.

Mais John Ingram n’est pas un garçon raisonnable…

JPEG - 20.5 ko
Série Noire N°929 (1965)



JPEG - 14.8 ko
JPEG - 20.9 ko
Folio Policier N°306(2003)
Adaptations cinématographiques :
The Deep, projet inachevé de Orson Welles (1970)

avec

  • Michael Bryant
  • Laurence Harvey
  • Oja Kodar
  • Jeanne Moreau
  • Orson Welles
DEAD CALM, film de Phillip Noyce (1989)
JPEG - 64.8 ko



avec

  • Nicole Kidman
  • Sam Neill
  • Billy Zane

JPEG - 25 ko
The Wrong Venus
Signet books
1970

Pas encore disponible en français.

Début : Lawrence Colby, avant même l’âge de trente ans, avait été parachutiste en Corée, étudiant en art, chargé de relations publiques, scénariste, marchand de faux en art et journaliste, et avait écrit,en tant que nègre, l’autobiographie d’un maniaque homicide ; il avait été marié deux fois, une fois avec une actrice italienne cleptomane et une fois à une femme d’âge mûr riche qui jetait des pierres sur les ambassades et assommait les flics avec des pancartes de protestation lors des manifestations ; il avait été battu dans des émeutes, blessé d’une balle dans la jambe à Houston, Texas, par une femme qui essayait de tuer son mari, et avait été sur la Cresta Run [1] à Saint-Moritz à trois reprises ; mais depuis, il avait tendance à regarder toute cette partie de sa vie, avant qu’il ait rencontré Martine Randall, comme une époque où rien ne s’était passé.
Ils se sont rencontrés juste une semaine après son trentième anniversaire, sur un vol de Genève à Londres…

Adaptation cinématographique : Don’t just stand there, film de Ron Winston (1968)
JPEG - 91.4 ko



avec :

  • Robert Wagner
  • Mary Tyler Moore
  • Glynis Johns
  • Harvey Korman

JPEG - 30.7 ko
Rivage/Noir N°82 (1990)

Et la mer profonde et bleue ( And the Deep Blue Sea -1971)

Un naufragé, un navire battant pavillon panaméen, de drôles de passagers, dont deux femmes. Une traversée sans histoires, jusqu’au jour où un passager en tue un autre, dans un accès de folie. Mais le meurtre semble trop parfait pour deux témoins. ils ont l’impression que se déroule, devant leurs yeux, un scénario criminel qui ne cesse de s’emballer. Et lorsque le feu éclate à bord, les passions et la violence explosent également, transformant le bateau en un lieu clos infernal. Autour des hommes qui s’entre-tuent, la mer profonde et bleue…

JPEG - 59.3 ko
Man on a Leash
1973

Un Quidam Explosif

JPEG - 28 ko
Série Noire N°1702( 1975 )

Il n’y a pas que les chiens qu’on promène en laisse. Les hommes aussi, parfois. Tel mon père, ce cavaleur, ce vieux loup de mer, ce dure à cuire que des ordures avaient promené en laisse, jusqu’à l’assassiner, et après l’avoir soulager de toutes ses économies. Mais de quoi était faite cette laisse mystérieuse, invisible, incompréhensible ? C’est ce que je résolus de découvrir au risque de me faire piéger à mon tour.

Charles Williams a également écrit ou co-écrit des scénarios :

Les Félins, un film de René Clément (1964)
JPEG - 11.3 ko
Les Félins
un film de René Clément (1964)
Scénario et dialogues :

  • René Clément
  • Pascal Jardin
  • Charles Williams



D’après le roman Joy House de Day Keene

avec

  • Alain Delon
  • Jane Fonda
  • Lola Albright
  • Sorrell Book
  • Carl Studer

The Pink Jungle (1968), de Delbert Mann (informations trouvées sur http://www.us.imdb.com/title/tt0063429/ )


Il ne faut pas confondre Charles Williams et Charles Williams.

Charles Williams est également le nom d’un écrivain anglais [2], d’un écrivain anglais, d’un compositeur américain ayant travaillé pour le cinéma américain, le nom d’un acteur américain qui vient de se lancer dans la réalisation et il existe un poète répondant au nom de Charles Kenneth Williams. Voir la page d’homonymie Charles williams sur wikipedia


[1Cresta Run est une piste en glace naturelle de 1212,5 m

[2un seul de ses romans a été traduit en français : Charles Williams : La guerre du Graal