Accueil > Polars, Thrillers et romans noirs > David Goodis : Cauchemar

David Goodis : Cauchemar

mardi 10 août 2021, par Denis Blaizot

Auteur : David Goodis David Goodis David Goodis, né le 2 mars 1917, à Philadelphie où il est mort le 7 janvier 1967, est un écrivain américain de roman noir.
Titre français : Cauchemar
Titre original : Dark passage (1946)
Éditeur : Gallimard (Coll. Série Blême Série blême Série à la vie courte des éditions Gallimard. )
Année de parution : 1949 1949

Quatrième de couverture :

Que pourrait-il vous arriver de pire que d’être injustement accusé du meurtre de votre femme et condamné à perpétuité dans la prison de San Quentin ? Mal nourri, sans gin, sans femme et sans foyer, loin de tout ce qu’il aime, Vincent Parry vit un véritable cauchemar en contemplant les barreaux...

Jusqu’au jour où il se révolte, s’évade et engage une lutte désespérée contre les flics et le destin.

— Je suis un lâche, dit Parry. La souffrance me fait peur.
— Nous sommes tous lâches, dit Coley. Le courage est une chose qui n’existe pas. Seule, la peur existe. La peur de souffrir et la peur de mourir. C’est pour cela que l’espèce humaine a duré si longtemps.

Mon avis : Situation amusante ! J’ai découvert il y a quelques temps un exemple de la revue Mon film proposant une novellisation des « Passagers de la nuit », un film adapté de ce roman. Et là ! Passage chez un autre bouquiniste de ma ville, je découvre un exemplaire du roman de David Goodis David Goodis David Goodis, né le 2 mars 1917, à Philadelphie où il est mort le 7 janvier 1967, est un écrivain américain de roman noir. . Alors... Bien obligé :-) Et à part ça ? Me direz-vous.

Hé bien... à part ça, Le lecteur retrouve dans le roman la trame développée dans la novélisation du film. J’en déduit que le film respectait le roman. Une suite d’événements bien en accord avec le genre : un évadé de prison, un assassinat attribuable à l’évadé, un maître-chanteur, une jeune femme riche qui cherche l’âme sœur, etc. Que dire d’autre sans dévoiler la trame ? Que si vous ne vous intéressez qu’aux grandes lignes de l’histoire, la nouvelle vous suffit. Mais si vous aimez les détails pas forcément indispensables, c’est le roman qu’il vous faut. Vous y apprendrez que le héros porte un costume gris avec un peu de violet. Car la personne qu’il lui offre ces vêtements adore le gris, le violet et le jeune. Et à l’opposé, l’autre femme du roman adore le orange... à l’excès. L’une et l’autre usent tellement de leur couleur fétiche que je ne me verrais pas côtoyer ce genre de personne même à petite dose. :-) Ah ! Y a-t-il un personnage qui ne fume pas ? Aucun des personnages principaux. Et à l’opposé, les personnages secondaires, qu’on ne voit que quelques pages, ne fument pas. Aucun. Monde manichéen s’il en est.

Mais la trame ! Hé bien ! la trame est bonne. Cohérente et très dans l’esprit du roman noir des années 50.

En bref : Je vais continuer à lire du David Goodis David Goodis David Goodis, né le 2 mars 1917, à Philadelphie où il est mort le 7 janvier 1967, est un écrivain américain de roman noir. en commençant par relire La blonde au coin de la rue (The blonde on the street corner) présent dans ma bibliothèque depuis 1986 1986 . Puis lire ses autres romans ou recueils de nouvelles que je pourrai chiner dans les vide-greniers, brocantes, et autres bouquineries. Et vous ? Vous, je vous invite à découvrir ou redécouvrir cet écrivain américain.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio