Accueil > Ebooks gratuits > William Livingston Alden (1837 - 1908) > Les inventions du professeur Van Wagener > W. L. Alden : La ligne de pêche fatale

W. L. Alden : La ligne de pêche fatale

vendredi 4 mars 2022, par Denis Blaizot

Auteur : W. L. Alden W. L. Alden William Livingston Alden, né à Williamstown (Massachusetts, USA) le 9 Octobre 1837 et décédé le 14 Janvier 1908.

Titre : La ligne de pêche fatale

Titre original : The Fatale Fishing Ling (1895 1895 )

Traduction : Denis Blaizot

Année de parution : 2022 2022

Cette nouvelle de W. L. Alden W. L. Alden William Livingston Alden, né à Williamstown (Massachusetts, USA) le 9 Octobre 1837 et décédé le 14 Janvier 1908. a été publiée pour la première fois en novembre 1895 1895 sous le titre The Fatale Fishing Line. La traduction qui suit a été réalisée à partir du texte paru dans The Pall Mall Magazine de novembre 1895 1895 (Vol. VII. N°31) puis intégrée à Van Wagener’s ways.

Si elle ne fait pas partie de la série Told by the colonel, l’histoire n’en est pas moins racontée par ce personnage.

Pêcher, remarquait le colonel, c’est comme apprendre une langue étrangère. Plus un homme a de cervelle, plus il lui est difficile de pêcher ou d’apprendre une langue. Prenez un enfant et mettez-le dans une école française, et en six mois il parlera le français comme un natif, alors que l’homme le plus intelligent d’Angleterre pourrait travailler le français pendant six ans, et même alors il ne le parlerait pas bien. Pour ce qui est de la pêche, le meilleur pêcheur que j’ai jamais connu était un garçon noir à moitié idiot. Il pouvait attraper plus de poissons en une heure que six des principaux citoyens de New Berlinopolisville en une journée. Il y avait mon vieil ami et voisin, le professeur Van Wagener. Il était à certains égards l’homme scientifique le plus doué que j’aie jamais rencontré, mais il n’a jamais attrapé un poisson de sa vie, sauf un vairon occasionnel. De temps en temps, une truite mordait à l’hameçon, mais dès que cette truite était sortie suffisamment de l’eau pour voir l’homme qui l’avait attrapée, elle se disait « Excusez-moi », se dégageait de l’hameçon et allait se cacher sous un rocher pour le reste de la journée, comme si elle avait honte d’avoir prêté attention à l’appât de Van Wagener.

Parler de pêche me rappelle le fil de pêche électrique que le professeur Van Wagener a inventé. Lui et moi avions pêché ensemble un jour, et aucun de nous n’avait attrapé quoi que ce soit de valable. Sur le chemin du retour, Van Wagener me dit :

« Si nous n’attrapons aucun poisson, c’est à cause de la façon tout à fait non scientifique dont nous procédons. Quand un poisson s’accroche à mon hameçon, je le perds toujours avant d’avoir pu le sortir de l’eau. Maintenant, si j’avais une ligne métallique, reliée à une petite batterie, et que je pouvais donner un choc au poisson au moment où il prend l’hameçon dans sa bouche, je pourrais le ramener à terre sans le moindre problème ».

« Très probablement », ai-je dit. « Mais où serait le plaisir de jouer avec le poisson ? »

« Je ne me soucie pas du sport », répondit le professeur. « Quand je vais à la pêche, je veux attraper quelque chose, et je vous dis tout de suite que je vais inventer un appareil qui attrapera du poisson à tous les coups. Vous vous en tenez à votre vieux matériel et vous avez tout le sport que vous voulez. J’aurai ma ligne de pêche électrique, et j’attraperai toutes les truites du ruisseau. Si j’étais parieur, je vous parierais que la première fois que j’irai pêcher avec mon appareil scientifique, je ferai la plus grosse prise jamais connue dans l’État de l’Illinois ».

Et c’est ce qu’il fit, même si ce n’était pas le genre de prise qu’il voulait faire.

Environ une semaine plus tard, Van Wagener me convoqua chez lui, qui, comme je vous l’ai déjà dit, était voisin du mien, et me montra ce qu’il avait fait. Il avait une canne à pêche à laquelle il avait attaché une longue ligne en fil tressé fin et flexible. Au lieu d’un moulinet, il avait une petite batterie attachée à la canne, et en appuyant sur un bouton avec son pouce, il pouvait envoyer un courant à travers la ligne qui étonnerait tout poisson qu’elle pourrait toucher. J’ai oublié de dire qu’il avait une demi-douzaine d’hameçons attachés à sa ligne, et il m’a expliqué que si ces hameçons étaient appâtés correctement, il était sûr d’attraper une demi-douzaine de truites à la fois. Il y avait une chose dans cet appareil que je ne pouvais m’empêcher d’admirer La ligne était aussi souple qu’une ligne de soie, mais elle était à peu près aussi solide qu’un câble de bateau. Van Wagener m’a montré qu’il était impossible de la rompre en la tirant ou en la tordant, et qu’elle pouvait émousser le fil de n’importe quel couteau avec lequel on essayait de la couper. Je savais bien que sa batterie électrique n’avait aucun sens, mais j’avais l’impression qu’il avait inventé un fil de pêche de première qualité, même si, bien sûr, il ne pouvait pas en apprécier les véritables mérites.

Van Wagener voulait que je l’accompagne au ruisseau à truites le plus proche pour essayer son nouvel appareil, mais j’ai refusé. Je savais qu’il ne parviendrait pas à attraper le moindre poisson, qu’il serait naturellement déçu et qu’il s’exprimerait dans un langage scientifique qui ne serait peut-être pas aussi facile à supporter. C’était un homme bien, mais quand les choses allaient mal, il utilisait des termes scientifiques d’une manière quatre fois plus irritante que n’importe quel juron non scientifique ordinaire. Je lui ai donc dit qu’il ferait mieux d’essayer son appareil tout seul, et que si cela ne répondait pas à ses attentes, il pourrait venir chez moi et se libérer l’esprit une fois l’expérience terminée. Il n’a pas apprécié que je refuse de l’accompagner, et lorsqu’il s’est mis en route, avec sa canne à pêche sur l’épaule et un grand panier sous le bras, il m’a dit que je ne devais pas m’attendre à ce qu’il me ramène des truites, car il avait l’intention de vendre toute sa prise au poissonnier.

L’endroit le plus proche pour la pêche à la truite était un étang situé à environ deux miles de l’endroit où vivait le professeur, et à environ un demi-mile de toute maison. J’avais parlé de cet étang à Van Wagener, car c’était l’endroit où j’avais perdu la plus grosse truite que j’avais jamais attrapée ; mais je ne lui avais pas dit que l’étang était la propriété du diacre Sammis, et que le diacre ne permettrait à aucun homme d’y pêcher sans payer pour ce privilège. Il se trouve que le diacre Sammis était absent de la maison ce jour-là, et que le professeur se rendit à l’étang à truites, apposa ses hameçons — il n’a jamais essayé de pêcher à la mouche — s’assit sur la berge et se mit à pêcher, sans être inquiété. Mme Sammis, cependant, l’avait vu traverser le champ avec sa canne à pêche et son panier, et, comme elle était une femme qui s’occupait avec soin des intérêts de la famille, elle décida de descendre à la mare et de dire au professeur qu’il devait payer ou partir.

Mme Sammis était une jeune femme, la troisième épouse du diacre, et une femme remarquablement belle. Lorsqu’elle arriva derrière le professeur et lui dit :
« Aucune intrusion n’est autorisée ici, monsieur ! Vous ne pouvez pas pêcher dans cette mare à moins de payer cinq dollars d’abord ! »
Il lève les yeux vers elle et s’exclame :
« Dieu du ciel ! Quelle jolie femme ! »
Il ne voulait rien dire par là, ayant une sorte d’habitude de parler tout haut à lui-même, mais cela a eu son effet sur Mme Sammis tout de même. Elle savait qui était le professeur et était très heureuse d’être complimentée par un homme aussi distingué. Alors elle dit :
« Je ne savais pas que c’était vous, professeur ! Bien sûr, vous êtes le bienvenu pour pêcher ici autant que vous le souhaitez. Mon mari dit qu’il n’y a aucun risque que vous attrapiez quelque chose. »
Puis elle demanda à Van Wagener quel appât il utilisait et, heureux d’avoir l’occasion d’expliquer sa nouvelle invention, il lui demanda de s’asseoir à côté de lui pour voir ce que donnerait une pêche à la truite vraiment scientifique.

Mme Sammis était une femme intelligente, et la ligne de pêche électrique l’intéressait beaucoup. Elle s’est approchée du professeur pendant qu’il lui expliquait la batterie et elle a dit qu’elle espérait qu’il attraperait quelque chose, juste pour montrer comment la batterie fonctionnerait. Tout à coup, une grosse truite a sauté hors de l’eau. Cela excita Van Wagener, et il décida d’attraper cette truite sur le champ, afin de donner à Mme Sammis une preuve convaincante du grand mérite de son appareil. Il commença donc à lancer sa ligne juste au-dessus de l’endroit où la truite avait sauté, s’assurant que le poisson l’attendait. Van Wagener ne savait pas plus lancer une ligne qu’un bébé. Il a balancé les hameçons au-dessus de sa tête jusqu’à ce qu’ils reposent sur l’herbe derrière lui, puis il a essayé de les renvoyer dans le bassin, avec autant de jugement et de délicatesse que s’il avait travaillé avec un fléau. Le résultat fut qu’un hameçon attrapa Mme Sammis dans la partie supérieure de l’oreille droite, et un autre attrapa le professeur dans la nuque, et ils étaient là, attachés l’un à l’autre par un bout de ligne d’environ un pied de long, qui ne pouvait être coupé que par la plus fine sorte de lime en acier.

Bien sûr, Mme Sammis a poussé un cri lorsque le crochet est entré dans son oreille ; et à cause de cela, et de la douleur dans sa propre nuque, le professeur a perdu sa présence d’esprit, et a accidentellement appuyé sur le bouton de la batterie. Mme Sammis poussa un autre cri, car il y a peu de choses plus surprenantes qu’un bon choc électrique. Ensuite, le professeur jeta la canne à pêche, ce qui donna une nouvelle position à l’hameçon et l’amena à utiliser quelques termes scientifiques. Il était stupide d’essayer de casser la ligne, sachant qu’elle était beaucoup trop solide pour être cassée ; mais il essaya tout de même de la casser et, ce faisant, tira sur l’oreille de Mme Sammis jusqu’à ce qu’elle éclate en sanglots et le supplie de la laisser mourir là où elle était. À ce moment-là, il commença à se rendre compte qu’il était dans une très mauvaise situation, mais il s’y attaqua comme l’homme intelligent qu’il était toujours, c’est-à-dire quand il eut le temps de se calmer un peu.

Il reprit la canne avec précaution et réussit à détacher la ligne. Puis il enroula la ligne en une petite boule serrée, de sorte qu’elle ne puisse pas traîner sur le sol ou s’accrocher à quoi que ce soit. Pendant ce temps, il suppliait Mme Sammis de rester calme et lui assurait qu’il l’emmènerait immédiatement chez le médecin pour lui retirer l’hameçon de l’oreille. Mme Sammis pleura encore un peu, puis elle s’arrêta et dit que le plus tôt ils verraient le médecin, le mieux ce serait, et qu’elle espérait que le diacre ne rentrerait pas à la maison avant qu’elle et le professeur aient été libérés. Vous voyez, le diacre, bien qu’il soit l’un des meilleurs hommes, était un peu hâtif dans son tempérament, et deux ou trois fois il avait tiré sur un homme dans des circonstances qui n’exigeaient pas vraiment une action aussi énergique, comme il l’a admis lui-même par la suite.

Eh bien, le professeur et Mme Sammis se mirent en route pour la maison du docteur, qui se trouvait à un bon kilomètre du bassin à truites. La ligne qui reliait les deux malheureux était si courte que presque chaque pas qu’ils faisaient éveillait les hameçons à une nouvelle activité, et arrachait de nouveaux cris à Mme Sammis. Finalement, le professeur lui dit qu’elle devait lui permettre de passer son bras autour de sa taille, et qu’elle devait poser sa tête sur son épaule. De cette façon, ils pouvaient marcher sans secouer la ligne.

Au début, Mme Sammis ne voulait pas entendre parler d’un tel plan, mais après quelques minutes, la douleur était trop forte pour elle et elle accepta la proposition du professeur. Cela devait être un beau spectacle de les voir traverser lentement le champ si près l’un de l’autre, et si j’avais été plus jeune, je ne sais pas si j’aurais refusé de prendre la place du professeur, avec ses hameçons.

Avant qu’ils ne soient sortis du champ, la mère de la première femme du diacre, qui vivait avec lui, les vit de sa fenêtre et appela la servante pour qu’elle l’aide à faire ses bagages et à quitter la maison où vivait une femme aussi abandonnée et sans scrupules. Mme Sammis connaissait une sorte de chemin de traverse, par lequel elle et le professeur pouvaient atteindre le cabinet du médecin sans emprunter la rue principale ; et bien sûr, ils prirent ce chemin de traverse, ne s’attendant pas à rencontrer quelqu’un. Mais vous savez tous comment cela se passe. Si vous vous trouvez dans une situation où vous ne souhaitez pas être vu, tous les amis et tous les ennemis que vous avez jamais eus sont sûrs de se montrer en moins de vingt minutes. J’ai connu un jeune Américain qui voulait avoir une conversation tranquille avec une jeune Américaine ici à Londres. Ils venaient d’arriver sur le même bateau à vapeur, et les parents de la jeune fille n’aimaient pas le jeune homme, et ne voulaient pas que la jeune fille le voie s’ils pouvaient l’éviter. Il lui donna rendez-vous à la cathédrale Saint-Paul, en calculant que s’ils montaient dans la petite coupole, personne ne les verrait, sauf le guide, et ils ne se souciaient pas de lui. Bien sûr, ils n’avaient pas encore atteint la galerie la plus haute qu’ils rencontrèrent un groupe de neuf Américains, qui étaient de vieux amis de la jeune fille et qui étaient ravis de la voir. Ils lui ont dit qu’ils allaient rendre visite à ses parents le soir même. Je pense que si le prophète Jonas avait pris rendez-vous avec sa meilleure amie dans le ventre de la baleine, il aurait trouvé une douzaine d’amis adossés aux côtes et l’attendant avec des lanternes sourdes à la main.

Mais je m’éloigne du sujet. Ce que je voulais dire, c’est que dès que le professeur et Mme Sammis se sont engagés sur le chemin, ils ont commencé à rencontrer des gens, surtout des garçons. Les adultes se contentaient de les regarder avec tristesse et de les éviter pour ne pas contracter leur méchanceté, mais les garçons les huaient généralement, insultaient le professeur et disaient qu’ils allaient le dire au diacre Sammis. C’était assez difficile à supporter, mais il n’y avait rien à faire. Le professeur voulait s’arrêter et expliquer l’état des choses à tous ceux qu’il rencontrait, mais Mme Sammis ne lui permettait pas de faire quoi que ce soit. Elle lui a dit qu’il ferait mieux de garder son souffle jusqu’à ce qu’il vienne expliquer les choses au diacre, ce qui, selon elle, serait une tâche assez difficile. Malgré le fait qu’elle avait sa tête sur l’épaule du professeur et que celui-ci avait son bras autour de sa taille, elle était aussi furieuse contre lui qu’une femme puisse l’être, et lui a dit cinquante fois qu’il était le pire spécimen d’idiot bavard qu’elle ait jamais rêvé.

Quant au professeur, il était juste assez scientifique pour se demander pourquoi elle faisait tant de bruit pour une si petite affaire, et il n’avait pas la moindre idée que le diacre se sentirait ennuyé, même s’il les rencontrait sur le chemin du docteur. Il continua donc à marcher, parlant de son nouvel appareil de pêche, et essayant de son mieux de consoler Mme Sammis. Lorsqu’ils arrivèrent chez le médecin, les deux hameçons furent extraits sans trop de difficultés, et le professeur rentra chez lui et expliqua à sa femme pourquoi il n’avait pas attrapé de truites.

Ce fut le début du grand scandale qui divisa toute la ville de New Berlinopolis en deux parties : ceux qui croyaient l’histoire du professeur et ceux qui ne la croyaient pas. Je suis désolé de dire que ce dernier parti était le plus important, et que Mme Van Wagener en faisait partie. Le professeur est venu chez moi ce soir-là et m’a dit qu’il pensait qu’il ferait mieux de rester avec moi pendant un certain temps, ce qu’il a fait. De temps en temps, Mme Van Wagener venait à ma porte et disait qu’elle voulait voir ce misérable, mais je ne l’ai jamais laissée entrer, sachant qu’elle aurait des ennuis si je le faisais. De même, le diacre Sammis est venu un jour avec un grand fouet et a demandé à voir « ce chien scientifique », mais je lui ai expliqué que s’il voulait interroger quelqu’un avec un fouet, j’étais à son service, mais qu’aucun chien, scientifique ou autre, ne devait se trouver chez moi. Cela n’a rien donné, car le diacre n’avait pas apporté son pistolet avec lui et il n’a jamais pensé qu’il valait la peine de venir une deuxième fois. Le procès en divorce du diacre a été un échec, car le témoignage du médecin qui avait coupé les hameçons a convaincu le jury, qui a rendu un verdict exonérant entièrement Mme Sammis et le professeur. Mais bien sûr, cela n’a eu aucun effet sur le public. Les gens s’étaient fait une idée de l’affaire bien avant que le procès n’ait lieu, et ils ne se laissaient pas influencer par une petite chose comme un verdict.

Il était si évident pour moi que le professeur n’était plus utile à New Berlinopolisville que je l’ai incité à accepter une chaire à Chicago, qui lui a été offerte alors qu’il était en visite chez moi. Avec Mme Van Wagener qui l’attendait jour et nuit pour le chauffer, et avec le diacre qui jurait de le tuer à vue, New Berlinopolisville n’offrait pas le calme et l’isolement dont un scientifique a besoin s’il veut faire un travail scientifique valable. Le résultat de tout cela est qu’une nuit, j’ai conduit le professeur hors de la ville, et je l’ai emmené à une gare où il a pris le train pour Chicago. Je l’ai perdu de vue par la suite, mais comme il n’a jamais eu de difficultés surprenantes à Chicago, je suppose qu’il est mort ou qu’il a cessé d’inventer des choses. En tout cas, j’aurais aimé qu’il me donne la recette pour fabriquer son fil de pêche métallique. Il y aurait eu beaucoup d’argent dans cette invention si elle avait été traitée correctement.