Accueil > Bande dessinée > Le donjon de Naheulbeuk > Le donjon de Naheulbeuk, tome 13 : Quatrième saison, partie 4

Le donjon de Naheulbeuk, tome 13 : Quatrième saison, partie 4

jeudi 26 décembre 2013, par Denis Blaizot

JPEG - 58.6 ko

Éditions Clair de Lune (Sortilèges) — 2013

Quatrième de couverture (qui, contrairement à un synopsis, ne nous révèle rien de l’histoire racontée dans ce livre) :

Le jour se lève sur la Terre de Fangh et il faut se rendre à l’évidence : c’est fini, on n’entendra plus parler des statuettes de Gladeulfeurha, de la Couette de l’Oubli ni de Gontran Théogal, le sorcier véreux. C’est peut-être grâce aux compétences du Ranger, à la hache de jet d’occasion du Nain, aux flèches de l’Elfe ou aux sortilèges étonnants de la Magicienne ? Ou c’est peut-être un coup de chance ? Quoi qu’il en soit, la compagnie au nom incertain a décidé d’arrêter les frais : les baroudeurs veulent rentrer chez eux, car l’aventure ça n’est finalement pas aussi marrant que les descriptions des brochures. On s’ennuie, c’est salissant, ça pue, c’est l’arnaque, on doit faire du camping, il pleut et les gens n’écoutent jamais le chef du groupe. Mais que va devenir l’Elfe ? Et que peut-on faire de Gluby ? Et comment sortir vivant des collines d’Altrouille sans se faire piétiner par les géants ? Autant de problèmes au réveil, ça peut donner la migraine au guerrier le plus endurci, et ça pourrait bien emmener nos aventuriers bien loin de leur destination première...

Mon avis : Voici le quatrième et dernier volet de la version BD du roman de John Lang : L’orbe de Xaraz. Comme d’habitude, dans l’univers du Donjon de Naheulbeuk, il arrive à nos héros tout et son contraire. Sont-ils imbéciles ou malchanceux ? C’est sans importance. La bêtise ou la malchance de leurs adversaires sont toujours plus grandes. Nous avons le droit au fil des pages à quelques clins d’œil. Je ne vais pas tous les relever ici. Notez entre autres, Le seigneur des anneaux et le Muppet Show.
Côté graphisme. La mise en couleur de Sylvie Sabater est réussie, comme d’habitude. Le dessin de Marion Poinsot est toujours adapté à l’histoire. Peut-être plus sensible ou attentif aujourd’hui ; j’ai relevé un nombre qui m’a paru plus important de cases où les personnages sont justes esquissés. Et je ne suis pas certain que c’était toujours approprié. Petit détail que sans doute peu de lecteurs relèverons : nos héros montent et descendent l’escalier (j’écris escalier au singulier car quelque chose m’a fait pensé que le lieu était ainsi fait.) Et logiquement le dit escalier tourne toujours dans le même sens sauf dans une case (Tiens, justement, c’est peut-être cette case unique à contre sens des autres qui m’a fait penser qu’il y avait un seul escalier).

En bref : J’en redemande. C’est toujours un plaisir de lire les mésaventures de cette bande bras cassés. Un indice pour la suite ? Il semble que l’elfe soit appelée à devenir la reine de son peuple. Mais vont-ils parvenir, s’ils y vont tous, sans encombres dans la forêt de celle-ci ? Nous le découvrirons dans le volume 14.

CITRIQ
JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict