Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Nouvelles et romans récents de SFFF en numérique > Stéphane Desienne : TOXIC, ep. 1 — Homo-Putridus

Stéphane Desienne : TOXIC, ep. 1 — Homo-Putridus

jeudi 12 décembre 2013, par Denis Blaizot

JPEG - 68.8 ko

Éditions Walrus
Epub gratuit téléchargeable via le site de l’éditeur

Synopsis proposé par l’éditeur :

Depuis son Q.G. de Dubaï, Naakrit dirige les opérations qui feront de lui un alien riche : collecter des humains sains et en gérer l’exportation pour ses clients. Mais avant d’amasser sa fortune, il devra composer avec deux problèmes épineux : Jave, un émissaire venu surveiller son activité, et la prolifération du virus zombie qui menace ses capacités d’approvisionnement.

Pendant ce temps, un groupe d’humains cherche à échapper aux zombies et aux extraterrestres. Bien malgré elle, Elaine, une infirmière au caractère bien trempée, endosse le rôle de meneur. Autour d’elle, des hommes et des femmes perdus dans un monde sans repère : Masters est un colonel de l’armée US, Alva une ex-starlette. Bruce est étudiant en biologie, et Hector un ancien dealer colombien tout juste sorti de prison. Et puis, il y a Dew. Un adolescent muet — peut-être autiste— dont personne ne sait rien. Tous sont bien décidés à reprendre le destin de leur planète en mains.

Mais quel espoir peut bien guider ceux qui survivent au milieu de cet enfer ?

Mon avis : À la base, soyons honnête, je n’aime pas les histoires de zombies. Mais qu’à cela ne tienne, ce premier épisode est gratuit et j’ai vu passer sur la toile de nombreux avis positifs concernant cette série. Alors, hop ! Directement dans le grand bain.

Premièrement : le thème. je l’ai trouvé bien abordé, bien exploité. Le côté zombie de l’histoire n’est pas trop marqué, et ça, pour moi, c’est un plus. La civilisation extraterrestre est décrite de façon satisfaisante et plausible.

Deuxièmement : le style. Mais Bor*** ! y a personne pour relire et dire à l’auteur de modifier certaines phrases ? Je ne vais pas vous saouler avec une ribambelle de passage qui m’ont piquer les yeux mais le cœur y est.

  • Masters peina à la rattraper et vociférer en courant n’arrangea rien
  • Les contaminés se jetèrent sur la malheureuse d’après le cri suraigu qui déchira l’air.
  • l’horreur le saisit de stupeur

Le tout entrecoupé, bien sûr , de petites erreurs que je ne retrouve pas. (J’aurais du les noter, je sais)

Toutes ces erreurs m’ont coupé l’envie d’aller jusqu’au bout. Non pas que ce soit mauvais, mais j’ai trop de choses à lire pour m’appesantir sur celles qui ne me satisfont pas pleinement.

PNG - 13 ko

PNG - 10.1 ko

JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict