Accueil > Ebooks gratuits > Frank R. Stockton : L’extraordinaire aventure de l’homme qui avait détruit la (...)

Frank R. Stockton : L’extraordinaire aventure de l’homme qui avait détruit la pesanteur

vendredi 3 janvier 2020, par Denis Blaizot

Ebooks gratuits
Des Epub et Pdf faits avec soin pour vous faire redécouvrir des œuvres anciennes tombées dans le domaine public

Auteur : Frank R. Stockton (1834-1902)

Titre : L’extraordinaire aventure de l’homme qui avait détruit la pesanteur

Titre orginal : A Tale of Negative Gravity (1884)

Traduite de l’américain par : Anna Galliné et G. Franklin

Première publication en français : Revue Sciences et Voyages dans les numéros 255 à 259, en 1924. [1]

16 Illustrations de : A. Bréguet.

Format : 73 pages. A5

Disponible en :

Présentation :

Un américain, peu enclin aux efforts physiques, met au point un petit appareil qui contre la gravité à volonté. L’idée parait bonne. Et si elle apporte son lots de plaisirs, elle est également responsable de quelques mésaventures.

Frank Richard Stonckton (1834 1902) est peu connu en France. Cette nouvelle, publiée originellement en 1884, n’est traduite en français pour la première fois qu’en 1924 et fait ainsi partie des nombreux romans et nouvelles publiés en épisodes dans la revue Sciences et Voyages. L’auteur est de nouveau oublié des éditeurs francophones. On ne compte de deux ou trois textes disponible dans notre langue.

Mon avis : Hum ? Pourquoi en suis-je arrivé à publier une version numérique [2] ? Parce que j’adore la SF le fantastique et l’Anticipation anciens ; que je suis en possession d’un bon nombre de numéros de Sciences & Voyages ; et qu’une fois de temps en temps, j’ouvre un volume, tombe sur un texte qui me donne envie de le mettre en ligne pour donner à d’autres lecteurs l’occasion de redécouvrir de vieilles pépites de mon genre de littérature préféré : la SF. Bon ! D’accord ! Parfois, ça peut être vieillot, obsolète, etc. Mais ça a l’avantage de montrer que certaines idées qu’on veut nous vendre comme nouvelles étaient déjà dans la tête de nos aïeux.

Et maintenant, que dire de cette nouvelle ? Mis à part qu’il lui a fallu 40 ans pour traverser l’Atlantique ? Que je l’ai trouvée très sympa, qu’elle n’a pas trop mal vieilli, que les illustrations faites en 1924 sont bien dans le ton des années folles... mais, du coup, ne reflètent pas du tout l’Amérique des années 1880. Qu’à cela ne tienne. C’est un gentil conte humoristique comme il y en a eu bien d’autres dans cette période d’euphorie où l’on croyait la science capable de toutes les prouesses... oubliant souvent que ce que l’homme en fait n’est pas toujours parfait. Celle-ci n’est pas pessimiste, ni optimiste. Elle montre seulement qu’une invention dont l’usage n’est pas intelligemment réfléchi peut mener à des catastrophes collectives ou individuelles. On retrouve donc l’esprit de certaines nouvelles de Herbert George Wells ou Camille Debans.

En bref : Une nouvelle, qui sans être incontournable, est un bon moment de lecture.

Oups ! Et voilà la version originale

PS : Et pour info, cette nouvelle a été republiée par RECTO VERSO (Bruxelles, Belgique), coll. Ides et Autres (hors commerce) n° 51, en 1995... mais je ne sais pas s’il s’agit de la même traduction.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio

[1Pour des informations complémentaires sur cette revue : http://sciences.gloubik.info/spip.php?rubrique57

[2si vous voulez une version papier, je peux la mettre en vente sur lulu.com, mais comme j(’en ai marre de faire ce travail pour rien je vais attendre qu’on me le demande. :-P