Accueil > Chroniques diverses > Carlo Ossola : Dante

Carlo Ossola : Dante

dimanche 10 avril 2022, par Denis Blaizot

Auteur : Carlo Ossola

Titre français : Dante

Éditeur : PUF (Coll. que sais-je ? n°4129)

Année de parution : 2021 2021

ISBN : 978-2-13-080906-7

Quatrième de couverture :

« Dantesque » : voilà comment, en français, l’usage a résumé le caractère sombre, terrifiant et tout à la fois sublime de l’œuvre de Durante degli Alighieri (1265-1321). Et encore ce jugement ne s’applique-t-il qu’à La Divine Comédie, car Dante est également l’auteur de la Vita nuova, des Rimes, d’un De vulgari eloquentia, d’un Banquet et de Monarchia. Baudelaire le savait : « Un des caractères principaux du grand peintre est l’universalité. — Ainsi le poète épique, Homère ou Dante, sait faire également bien une idylle, un récit, un discours, une description, une ode, etc ».

Après avoir tracé le portrait de celui que l’on considère comme le « père de la langue italienne », Carlo Ossola passe en revue toutes ces manifestations du génie de Dante, consacrant naturellement l’essentiel de son propos à La Divine Comédie, sommet de la littérature médiévale. Car ce sont bien dans les tercets où Dante, en compagnie de Virgile, nous conduit de L’Enfer au Paradis en passant par Le Purgatoire que sont mis en scène les universaux, physiques et métaphysiques, chers à la tradition aristotélicienne, et légués par cette voie (et cette voix) à la pensée et à l’histoire de toute la chrétienté...

Sommaire

  • Chapitre premier — Vie de Dante
  • Chapitre II — Vie nouvelle
    • I. Renovatio et dévoilement
    • II. Le livre de la mémoire
    • III. Pèlerin de la « cause finale »
  • Chapitre III — Rimes
  • Chapitre IV — De l’éloquence en vulgaire
  • Chapitre V — Banquet
  • Chapitre VI — Monarchie et les épîtres politiques
  • Chapitre VII — Divine Comédie
    • I. Le poème des universaux
    • II. La comédie des extrêmes
    • III. « Umbriferi prefazi »
    • IV. « Lent amour »
    • V. « La voie infinie »
    • VI. « Sur son unité »
    • VII. « L’éternel amour s’ouvrit en nouveaux amours »
  • Bibliographie

Mon avis : Lisant la présentation de ce numéro de la collection Que sais-je ?, mon attention a été retenue par la première phrase du second paragraphe : Après avoir tracé le portrait de celui que l’on considère comme le « père de la langue italienne », Carlo Ossola passe en revue toutes ces manifestations du génie de Dante... Allez savoir pourquoi, j’en ai conclu que ce livre allait principalement traiter de la vie de Dante. Mauvaise pioche.

Si j’avais consulté la page qui lui est consacrée sur le site de l’éditeur j’aurais sans doute deviné que la vie de Dante ne représentait qu’une petite partie de l’ouvrage ; le premier chapitre ne représentant que 10% de l’ensemble. Toute fois je dois bien reconnaître que tous les chapitres distillent des informations sur la vie de Dante.

Quoiqu’il en soit cette lecture a été l’occasion de replonger dans une œuvre que j’ai lue pour la dernière fois il y a de trop nombreuses années [1].

En 124 pages, Carlo Ossola retrace donc la vie vie de Dante et décrypte toute son œuvre. Si vous ne l’avez pas encore lue, ou ne vous en souvenez pas trop bien, ce fascicule va vous permettre de prendre connaissance de l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur l’œuvre monumentale de ce génie de la fin du moyen âge italien. Vous découvrirez, entre autre, comment et pourquoi il a permis à l’italien de supplanter le latin dans les écrits italiens et bien d’autres choses. Ossola a su également mettre en avant les passages les plus beaux ou les plus intéressants.

En bref : À lire si vous avez besoin — ou la curiosité — de connaitre l’œuvre de Dante sans avoir le temps de la lire ou d’analyser votre lecture.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio

[1Dante, Œuvres complètes. Bibliothèque de La Pléïade. Lu vers 1990.