Accueil > Ebooks gratuits > Mes nouvelles > Nul n’est censé ignorer la loi

Nul n’est censé ignorer la loi

samedi 7 décembre 2013, par Denis Blaizot

– Affaire suivante !

– Le LID contre M. Anthelme Marcin.

– Veuillez préciser ce qu’est le LID. Vous savez très bien que l’utilisation d’un sigle dans un compte-rendu d’audience est fré­quemment une cause d’annulation.

– Désolé. L’habitude. Tout le monde sait ce qu’est le LID et…

– Trêve de bavardage. Nous avons d’autres affaires à traiter aujourd’hui.

– Bien M. le juge.

Après un moment d’hésitation, le gref­fier repris.

– Le Lobby des Industries du Divertisse­ment contre M. Anthelme Marcin.

– M. Marcin, il vous est reproché de ne pas avoir lu le nouveau livre du mois. Re­connaissez-vous les faits ?

– Mais, M. le juge, je relisais les œuvres complètes de Victor Hugo, et…

– Répondez à ma question !

– Le livre était vraiment mauvais et…

– Ce n’est pas l’objet de ma question !

– Laissez-moi vous expliquer.

– Répondez d’abord à cette simple ques­tion : est-il vrai que vous n’avez pas lu la nouveauté littéraire du mois dernier ?

– Puisque je vous dis que…

– M. Marcin !

– Oui, c’est vrai.

– Vous savez ce que vous encourez à ne pas respecter cette loi : 5 ans de prison. Qu’avez-vous à dire pour votre défense ?

– Je n’ai pas trouvé le temps de lire le…

– Il n’y a pas à trouver le temps. Vous savez bien que la loi promulguée il y a 10 ans par le gouvernement, à l’initiative du LID …

– M. le juge, pas d’abréviation s’il vous plaît. » Interrompit le greffier. « Vous m’en avez encore fait le reproche au début de cette séance.

– C’est vrai. Veuillez m’en excuser. Je re­prends. La loi promulguée il y a dix ans à l’initiative du Lobby des Industries du Divertissement oblige chaque citoyen de notre pays à lire le nouveau livre du mois ; ceci afin d’endiguer la baisse continue depuis de nombreuses années du niveau intellectuel moyen de notre pays.

– Vous savez très bien que cette loi a été conçue pour enrayer la chute catastro­phique du nombre de livres vendus par les grosses maisons d’édition. Comme cela avait été fait auparavant pour l’industrie du cinéma. Une loi serait même envisagée pour inciter chaque citoyen à se rendre une fois par mois dans un parc d’attraction.

– Arrêtez, s’il vous plaît. Nous ne sommes pas là pour discuter de politique. Revenons à l’affaire qui vous vaut d’être ici aujourd’hui. Pourquoi n’avez-vous pas lu le nouveau livre du mois ?

– Parce qu’il est mauvais et que j’avais bien d’autres choses à lire.

– Pour résumé, vous ne pouvez vous prévaloir d’aucun des motifs prévus par la loi donnant droit à une dérogation.

– Non.

– Dans ce cas, je me vois contraint de vous condamner à la peine maximale, soit 5 ans de prison. Mais vous pouvez demander à la commuer en une peine de substitution.

– Ah !

– Oui. Un amendement a récemment été voté autorisant le condamné à purger sa peine sous forme de travaux d’intérêts gé­néraux. Cela semble vous intéresser.

– Bien sûr !

– Mais peut-être voudrez-vous, avant d’en faire la demande, savoir en quoi consistent ces travaux.

– Non, non ! Tout plutôt que la prison !

– Quoi qu’il en soit, la loi prévoit que vous en soyez informé avant d’en faire of­ficiellement la demande. Voici : les per­sonnes condamnées dans le cadre de la loi Lecture et Culture — puisqu’il s’agit là de son vrai nom — doivent rédiger des ar­ticles et chroniques détaillés sur tous les livres, films, concerts et expositions du mois…

Le juge fut interrompu par un bruit sourd en provenance du box des accusés. Alors qu’il relevait la tête de ses notes, il enten­dit le gardien de la paix chargé de la sur­veillance du prévenu s’écrier :

– Ah ben, c’lui-là, il est pas prêt de la purger sa peine.

JPEG - 111.6 ko
... histoires noires et fantastiques
Gloubik Éditions — 2014
Pour vous le procurer aux formats papier ou numérique.

Messages

  • J’ai adoré ! L’idée est très intéressante, originale, et vraiment profonde. Votre nouvelle est criante de vérité... Merci pour ce bon moment de lecture qui donne à réfléchir. :)

  • l’idée est bonne. C’est le style qu’i faudrait réexaminer (enfin selon moi)...Il faut plus accentuer par le langage la différence de monde des protagonistes...Pour le dire autrement je trouve que cela manque de relief. Mais c est un ressent assez immédiat
    maryse

  • dans le genre il y a Gogol mais c ’est Gogol :)
    faudrait trouver peut etre un parti pris littéraire..plus d’extériorité pt etre ??
    un jour j ai ecrit cela :
    J’ai une histoire à raconter me dit un homme las d’avoir traversé en vain tant de pays, où tout se répétait. Oui tout se répétait. Il avait eu le malheur de croire en sa jeunesse en des idéaux. Des idéaux simples : la justice et surtout la fidélité à ses convictions. Rien ne lui aurait paru plus déplacé que de faire le contraire de ses paroles.
    Il m’avoua être naïf. Sur le plan des sentiments tout d’abord. Quand il confiait des projets qui lui tenaient à cœur à des proches, partageant les mêmes idéaux que lui, il n’aurait jamais eu l’idée que ces derniers, en fait à court d’idées, s’en empareraient afin de briller aux yeux du Ministère de l’éclat (c’est ainsi qu’on désignait alors le siège du pouvoir) . Cependant, un jour de forte désillusion quant à ses prochains, il se rapprocha d’un proche du pouvoir aux mille éclats, afin de lui faire part d’une idée tout simplement géniale, ce dernier se garda de lui faire la moindre remarque et lui conseilla au contraire de publier au grand jour cette nouvelle recette, consistant à mêler l’eau et le piment afin de conserver le pouvoir.
    Il était naïf et s’en fût exposer sa royale découverte aux intendants de l’éclat. Ces derniers ne comprirent rien à la recette car de toute façon ils n’étaient ni gourmets, ni fins cuisiniers…juste des économes en charge des recettes les moins coûteuses afin de ne pas éclabousser la blouse du super-intendant, lui-même inquiet des conséquences de ces éclaboussures sur les favoris du portier de sa majesté de l’Eclat.
    On le reçut, on le félicita….il était heureux car il voyait une tendre humanité autour de lui, sensible à sa compréhension de l’humain et de ses papilles…
    Mais, voyez-vous, tout cela est tombé à l’eau parce que sa recette étant tellement géniale, cela faisait de l’ombre dans ce royaume de l’Eclat, aux préposés de la chandelle.

    pas top..mais j avais choisi ce parti-pris
    il manque pt etre un narrateur ..le flic de la fin ??

  • Pour être plus claire, il ft qu il y ait un registre....là ca frôle le décalé, faudrait pt etre mettre en lumière avec plus d insistance, l absurdité..une sorte de n on dialogue

  • J’ai beaucoup apprécié la lecture de cette nouvelle, merci ! =)