Accueil > Chroniques diverses > Andrevon, Ruellan et Siniac

Andrevon, Ruellan et Siniac

dimanche 3 novembre 2013, par Denis Blaizot

JPEG - 209.9 ko

En fouillant de vieilles malles, j’ai redécouvert un recueil de nouvelles édité par Le Monde en 1982. Il est amusant de lire en introduction de la préface « Abonnée par les journaux, boudée par les éditeurs, la nouvelle semblait, en France, un genre moribond. Les écrivains se détournaient d’une forme littéraire qui ne paraissait plus rencontrer aucun écho dans le public ». Et pourtant ce cahier de 93 pages (235x315) contient une sélection de 40 nouvelles sur les 129 publiée dans Le Monde dimanche entre 1979 et 1982 ; preuve du succès de ces textes cours. J’ai lu ces textes durant l’été 1982 et je n’en ai gardé qu’un vague souvenir, mais surtout que je les avais tous appréciés. Aujourd’hui, je n’en ai relu que trois, mais peut-être les autres auront-ils leurs tours.

Pourquoi Andrevon, Ruellan et Siniac ? Tout simplement parce que je suis certain de lire des textes de qualité à coloration polar ou SF.

La nuit des bêtes, de Jean-Pierre Andrevon ( in Il faudra bien se résoudre à mourir seul, DENOËL, 1983), nous entraine dans l’errance de trois habitants d’une ville désertée par ses habitants suite à une alerte atomique. Nos trois héros veulent voir l’explosion de la bombe destructrice avant de mourir. Ils finissent au zoo dont ils libèrent tous les animaux. Mais ce n’était qu’une fausse alerte et la routine reprends le contrôle de la réalité. Voilà un très bon texte qui me donne envie de relire du JPA.

Dans Une torture à visage humain (Vous pouvez la lire dans quatre recueil différents en plus de celui-ci), André Ruellan nous fait découvrir une société très policée, ou tout est dit et fait avec le sourire et sans douleur... même les interrogatoires musclés. Excellent texte que je ne peux que vous recommander.

Pierre Siniac nous fait découvrir un univers très noir. Sinstrose (Folies d’infâmes, Série Noire n° 1938 - 1983) n’est pas à lire un jour pluvieux et triste d’hiver. Sinon, vous pourriez bien finir par avoir le même comportement que le héros de cette histoire. C’est noir, très noir, et amer. Excellent. À lire absolument.

JPEG - 14.9 ko
Challenge « Je lis des nouvelles et des novellas »
Ce challenge a couru du 12/12/12 au 11/12/13