Accueil > Bande dessinée > Will Argunas : L’homme squelette (Bande-dessinée d’après le roman de Tony (...)

Will Argunas : L’homme squelette (Bande-dessinée d’après le roman de Tony Hillerman)

dimanche 3 novembre 2013, par Denis Blaizot

JPEG - 216.4 ko

Éditeur : Rivage/Casterman/Noir (2011)
Texte et dessin : Will Arganus

Synopsis : États-Unis, 1996, dans la région des Four Corners.
Un banal cambriolage dans une bijouterie fait ressurgir une rumeur : celle d’un vieil indien qui, au fond du Grand Canyon, ferait du troc avec des gemmes de grande valeur. Et de fait, plusieurs diamants très purs resurgissent brusquement, attirant sur place une jeune femme de New York à la recherche des ossements de son père. Celui-ci, négociant en pierres précieuses, a trouvé la mort plusieurs années auparavant lors d’un crash aérien, juste au dessus du Grand Canyon. La police tribale navajo mène l’enquête…

Mon avis : Si j’ai acheté cette BD, c’est qu’il s’agit d’une adaptation d’un roman de Tony Hillerman. Je ne suis pas un gros lecteur de polar, mais ses histoires largement imprégnées de la culture navajo m’ont interpellées dès le premier volume publié en français. Depuis, j’ai tout dévoré, y compris les adaptations cinématographiques que j’ai pu réussir à voir. C’est par hasard que j’ai découvert l’existence d’adaptations en bande-dessinée (Là où dansent les morts, de Katou, trouvée chez un bouquiniste cinq ou six ans après sa sortie). C’est encore par hasard que j’ai découvert la sortie en 2011 de cette nouvelle adaptation.

Commençons par des considérations bassement matérielles : La présentation. Les dimensions (18,5 x 26), la couverture souple avec rabats, le papier, sont trois éléments remarquables de cette collection qui ne comporte encore qu’un peu moins de vingt titres. La colorisation est réussie même si j’aurai préféré des couleurs un peu vives. Est-ce un choix délibéré du dessinateur ? Ou une méconnaissance de l’éclairage naturel de cette région du monde. Quoiqu’il en soit, je ne peux que suggérer la lecture de Hillerman Country pour se faire une idée des couleurs de cette région. Ce bouquin de Tony Hillerman étant largement illustré de photographies du Grand Canyon, et des environs, faites par son frère, on est en droit de supposer que cela donne une bonne idée de l’ambiance que l’écrivain cherche à restituer dans ses romans.

Le choix de L’homme squelette pour en faire une adaptation BD de 92 pages n’était peut-être pas très judicieux. Cette histoire est relativement complexe, avec de nombreux protagonistes dans des endroits différents. Il était donc logiquement très difficile de la faire tenir en 92 pages. Le lecteur du roman a ainsi le sentiment d’en lire ici un résumé. Par conséquent, il est probable que les amateurs des œuvres de cet excellent écrivain soient déçus et que les autres ne soient pas emballés. Les amateurs de BD reprocheront sans doute au dessinateur un crayonné un peu grossier. En effet, Arganus abuse des hachures pour les ombrés au point d’en gâcher son dessin.

Donc avis partagé. Du bon et du moins bon.

PNG - 13 ko

PNG - 2.7 ko
Retrouvez d’autres chroniques sur Citriq

JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict