Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Lyon Sprague de Camp : Kâ le terrifiant et autres nouvelles insolites

Lyon Sprague de Camp : Kâ le terrifiant et autres nouvelles insolites

dimanche 3 novembre 2013, par Denis Blaizot

JPEG - 99.2 ko
Marabout — 1977

Titre original : The reluctant shaman (1970)

Quatrième de couverture : Un fantastique tout en nuances et en humour se reflète dans les six premières nouvelles de ce recueil. C’est l’irremplaçable Sprague de Camp où le rire et le frisson se côtoient tout au long de chaque intrigue menée de main de maître. D’une facture plus récente, Kâ le terrifiant se rapproche plus de cette science-fiction rétrospective qui est une autre facette du talent de l’auteur.

Ce recueil contient :

  • Les fantômes de Melvin Pye (The Ghosts of Melvin Pye - 1946)
  • Sagesse orientale (The Wisdom of the East - 1942)
  • Chamane malgré soi (The Reluctant Shaman - 1947)
  • La pile de bois dur (The Hardwood Pile - 1940)
  • Monsieur incendiaire (Mr Arson - 1941)
  • Rien dans le règlement (Nothing in the Rules - 1939)
  • Kâ le terrifiant (Ka the appalling - 1958)

Mon avis : Je m’attendais à quelque chose de bien écrit et je ne suis pas déçu. Avec seulement deux titres lus à mon compteur, je ne permettrais pas de dire que Sprague de Camp ne fait que du bon. Mais le hasard m’ayant suggéré ces deux lectures...

Les fantômes de Melvin Pye est excellente histoire de fantômes pleine d’humour. Ça a été un vrai régal. Rien que pour elle, je vous recommanderai de vous procurer ce recueil.

Sagesse orientale ne m’a pas convaincu. Cette histoire de yogi est assez déroutante. La trame m’en a paru superficielle.

Chamane malgré soi m’a également laissé sur ma faim. Cette histoire de farfadets amérindiens est agréable à lire, mais il lui manque un petit quelque chose pour la rendre mémorable.

La pile de bois dur est amusante. Cette histoire d’esprit des arbres est très réussie mais a souffert de la traduction. En effet Le traducteur a utilisé sans discernement les mots scierie et aciérie pour désigner le même endroit. C’est agaçant.

Avec Monsieur incendiaire, l’auteur traite le sujet des incantations d’élémentaires. Bien ficelée, elle commence malgré tout à faire son âge. Sans que je puisse vraiment l’expliquer, c’est la première de ce recueil où j’ai senti qu’elle était d’une autre époque.

Rien dans le règlement de la fédération de natation n’interdit la participation d’une sirène à une compétition de natation féminine. Cette approche est intéressante et agréable même si j’ai trouvé quelques passages un peu longuets.

Kâ le terrifiant est une très bonne histoire de fantasy à Conan. Si vous aimez ce genre d’univers littéraire, ne la ratez pas. Ce serait vraiment dommage.

Pour conclure, ce recueil est très hétérogène et desservi par les faiblesses de la traduction. Plusieurs des textes méritent qu’on s’y attarde. Si vous trouvez l’occasion de vous procurer ce livre, n’hésitez pas. Ce sera un bon moment de lecture.

De cet écrivain, j’ai également lu : De peur que les ténèbres (Lest Darkness fall - 1949), excellente uchronie dans laquelle un américain des années 50 se retrouve dans la Rome antique et modifie l’histoire simplement pour pouvoir y survivre confortablement. À LIRE.

PNG - 13 ko

JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict

JPEG - 14.9 ko
Challenge « Je lis des nouvelles et des novellas »
Ce challenge a couru du 12/12/12 au 11/12/13