Accueil > Mes auteurs favoris > Keith Laumer (1925 — 1993) > Keith Laumer : Ultimax

Keith Laumer : Ultimax

samedi 2 novembre 2013, par Denis Blaizot

Ultimax
Le Masque
Science-Fiction n° 107
2e trimestre 1980

Synopsis : À la seconde de sa mort le temps s’arrêta. Et la balle demeura suspendue en l’air, à quelques centimètres de sa poitrine. Quand il s’éveilla, plus tard, il était aux mains du Consensus, une organisation galactique vouée au contrôle des Civilisations. Cobaye humain lancé dans une incroyable odyssée entre les mondes, il allait connaître un surprenant et fabuleux destin qui allait l’amener à rencontrer l’intelligence suprême de l’univers et à faire de lui plus qu’un humain : l’homme ultime.

Mon avis : Bouh ! Que c’est décousu. Dans les premières pages, le héros est sauvé/enlevé par un extra-terrestre quelques instants avant sa mort. Puis, jusqu’à la page 92, il est évalué et éduqué par celui-là même qui l’a capturé. Mais parce qu’il est le héros, il arrive à tromper son geôlier et, vers la page 110, il le quitte, non pas pour retourner à une vie terrestre sans doute embellie par ses super-pouvoirs ; notre héros décide de partir à l’aventure pour découvrir la civilisation galactique et sauver l’humanité si c’est possible. Beau programme, non ? Et à partir de ce moment s’enchaînent des situations toutes plus invraisemblables les unes que les autres et sans véritable fil conducteur. C’est au point que j’ai failli abonner quelques pages avant la fin.

L’écriture de Keith Laumer : Les mondes de l’Imperium rend ce roman, malgré tout, plutôt agréable à lire (comme tout ce que j’ai lu de cet écrivain). Mais vous pouvez, je pense, vous le garder pour un jour où vous n’aurez strictement rien d’autre à faire.

J’ai lu aussi :

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict

Messages