Accueil > Polars, Thrillers et romans noirs > Jonathan Latimer : Bacchanal au cabanon

Jonathan Latimer : Bacchanal au cabanon

mercredi 27 octobre 2021, par Denis Blaizot

Auteur : Jonathan Latimer
Titre français : Bacchanal au cabanon
Titre original :Murder in the Mad house (1935 1935 )
Éditeur : Gallimard (Coll. Série Noire)
Année de parution : 1950 1950

Quatrième de couverture :

Comment faire une enquête sérieuse au milieu de personnes dont l’une se croit un loup, galope à quatre pattes et mord ses semblables au mollet, dont l’autre se figure être la réincarnation d’Abraham Lincoln, dont une troisième - une vieille dame - aime se mettre nue comme un ver et danser ainsi de tendres « blues » ? Trois assassinats sont perpétrés à l’asile, au nez et à la barbe du détective Crane. La terreur règne, la mort est embusquée dans les couloirs. Crane n’a d’autres outils en mains que la peur, les soupçons et les visions puérilement bizarres des déments.

Mon avis : S’il avait été écrit par Auguste Le Breton, ce roman aurait sans doute porté un titre comme Du rififi chez les dingues ou Du rififi au cabanon. Mais ce n’est pas le cas. Jonathan Latimer l’a titré Murder in the mad house et l’éditeur français a eu la décence d’utiliser un mot tombé en désuétude : Bacchanal. Une bacchanale est une fête donnée au dieu Bacchus. Mais un bacchanal, un grand bruit, vacarme, tapage provoqué habituellement par des personnes, quelquefois par des objets. Et du raffuts, de l’agitation, il y en a dans ce roman !

4 morts, des dingues... et pas toujours ceux qu’on croit ;-) des alcooliques. Pas officiels mais vu ce qu’ils se descendent !! De l’agitation il y en a et pas que dans la tête des pensionnaires de cette maison de repos.

De loin, il m’a fait penser au roman de Robert Bloch : Monde des ténèbres mais aussi au film d’Alfred Hitchcock : la maison du Dr Edwards. Mais au final, je dirais plutôt que sur certains points il est plus en accord avec les Marx Brothers, tellement les situations sont rocambolesques. Tout est occasion pour boire un coup de gnôle, prendre des coups ou en donner. Et au moment où vous croyez l’affaire résolue, nouveau rebondissement. non, vous ne saviez pas tout.

En bref : Ce roman s’apparente plus à un thriller qu’à un polar. Mais dans tous les cas, ce n’est pas un grand cru. Il vaut toutefois le temps que vous consacrerez à sa lecture.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio