Accueil > Polars, Thrillers et romans noirs > Alfred Bester : L’intuition de McGrabb

Alfred Bester : L’intuition de McGrabb

dimanche 16 février 2020, par Denis Blaizot

JPEG - 1012.8 ko
Le Saint Détective magazine N°32
Octobre 1957

Auteur : Alfred Bester  
Titre français : L’intuition de McGrabb
Titre original : The McGrabb bag
Éditeur : Le Saint, détective magazine. N°32, octobre 1957  
Résumé :

Mc Grabb et son coéquipier ont rendez-vous avec un de leurs indiques. Mais il est assassiné par arme à feu dans la cabine téléphonique d’un drugstore juste avant son rendez-vous. Qui est l’assassin ? Le gérant du magasin, ou un jeune qui passait dans la rue à ce moment ? Ils se renvoient la faute, mais un indice permet à l’inspecteur de confondre le coupable.

Sommaire du magazine :

  • Leslie Charteris : Une escroquerie nouvelle
  • Richard Sale : La mort plane haut dans le ciel
  • Alfred Bester   : L’intuition de McGrabb
  • Michael Innes : La clé
  • Théodore Sturgeon : Pas de téléphone pour les mortes
  • Arthur Somers roche : Le club des borgnes
  • Robert Arthur : Un cadeau pour Noël
  • Frank Bury : Un jugement trop hâtif
  • Pierre Boileau : Les romans policiers (chronique mensuelle)
  • Pierre : Les films policiers (chronique mensuelle)

Mon avis : J’avoue ! J’ai acheté ce numéro de « Le saint, détective magazine » pour la seule nouvelle signée Alfred Bester  . Ben oui ! Autant, je ne lirais que des nouvelles de SF ou de fantastique au risque de me fourvoyer dans des lectures improbables, autant je suis beaucoup plus frileux quand il s’agit de polar.

Allez ! soyons fous ! Je vais me risquer à découvrir Théodore Sturgeon [1], mais le reste pas certain du tout.

Avec Bester, j’étais en terrain connu. Et je retrouve avec cette nouvelle simple un auteur que j’apprécie. Je ne peux pas en dire plus au risque de « spoiler » l’histoire. Et sturgeon me direz-vous ? Hé bien ! je vais entreprendre avec plaisir la lecture. Avec toutefois un petit bémol dans cette histoire : la cascade pratiquée par le flic pour maîtriser son adversaire. Ou elle est mal racontée, ou elle est peu crédible. À vous de voir.

En bref : Je suis heureux d’avoir découvert ces deux nouvelles... et découvert Théodore Sturgeon par la même occasion, mais je ne lirai pas maintenant les autres nouvelles de ce recueil. Et si comme à moi, on vous le donne n’hésitez pas à entreprendre la lecture de ce numéro de « Le saint, détective magazine ».


[1dont je possède le livre d’or, recueil paru chez presse-pocket à la fin de années 70. Je compte me procurer la collection complète, mais ce n’est pas pour autant que je vais tout lire sans discernement ;-)