Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Jean Ray : Geierstein

Jean Ray : Geierstein

lundi 3 avril 2017, par Denis Blaizot

JPEG - 1.1 Mo
Geierstein

Auteur : Jean Ray
Éditeur : Terre de Brume
Année de première édition en français : 2016
Nb de pages : 195
ISBN : 978-2-84362-620-3

Ce roman a été initialement publié en néerlandais sous le nom de John Ray

Quatrième de couverture :

En pleine campagne militaire qui allait conduire à la bataille de Waterloo, le capitaine John Exham, officier anglais, fait la rencontre d’un jeune aristocrate allemand, le comte Ulrich Von Geierstein, qui semble porter un lourd secret.
Quelque temps plus tard, Exham le retrouve mortellement blessé d’une balle tirée par un mystérieux agresseur. Alors qu’il agonise dans le masure d’un forestier, il balbutie des mots dénués de sens où il est question d’une « étoile à sept branches », d’un mystérieux souterrain et du fantôme du château…
Dès lors, Exham n’aura d’autre but que de résoudre le mystère de Geierstein et de l’assassinat d’Ulrich. Débutera alors une fantastique aventure où son destin croisera celui d’Erna, l’étrange et fascinante sœur d’Ulrich…

Un roman inédit de Jean Ray, captivant et fantastique, dans l’indéniable lignée de Malpertuis…

Mon avis : Ah !!! Un livre signé Jean Ray que je n’ai pas encore lu ! Enfin. Pas inédit pour tout le monde puisqu’il a été initialement publié en 1949. mais n’a été traduit en français qu’en 2016. Donc non, je ne pouvais pas l’avoir lu plutôt.

Dans l’introduction de Rein A. Zondergeld, ce roman est avantageusement comparé à Malpertuis. Lui-même identifié comme LE chef-d’œuvre de l’écrivain. Je n’irais pas jusque-là. Geierstein est un bon roman, certes, mais à rapprocher plus, me semble-t-il, des aventures d’Harry Dickson. En effet, le héros voyage, participe à la guerre contre l’empire napoléonien, etc. puis se rend en Allemagne dans la propriété d’un homme rencontré pendant le conflit et dont il a fait son protégé. Le tout est baigné de mystère... mais de là à comparer l’ensemble à Malpertuis... Non je maintiens : Ce roman s’apparente plus aux aventures de Harry Dickson ou Edmon Bell.

Par ailleurs, une petite chose m’a perturbé au début de ma lecture : c’était le premier texte de Jean Ray traduit par un tiers. Et, du coup, je ne retrouvais pas totalement le style de l’auteur. Je me suis même demandé si ce n’était pas un texte écrit « à la façon de ».

En bref : Un roman à lire pour un bon moment de détente... si vous connaissez déjà les œuvres de Jean Ray... mais ne soyez pas dupe : ce n’est pas un chef-d’œuvre.

À noter : L’éditeur nous promet toute une série d’inédits de l’auteur. Le prochain volume à paraître est Le nouveau bestiaire fantastique, à la mi-avril 2017. Devrait suivre En fuite vers Bradford. La liste des publications fournie en fin de volume cite également Jack-de-minuit qui n’est pas un inédit puisque déjà publié en 1991 puis une nouvelle fois en 2007. À voir donc.

PNG - 13 ko

JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict