Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Laurent Pépin : Monstrueuse féerie

Laurent Pépin : Monstrueuse féerie

lundi 2 août 2021, par Denis Blaizot

Auteur : Laurent Pépin
Titre français : Monstrueuse féerie
Éditeur : Flatland
Année de parution : 2020 2020
ISBN : 978-2-490426-12-6

Quatrième de couverture :

Depuis toujours, j’ai du mal à établir des contacts avec les gens “normaux”. Quand je suis dans le trou noir, la tronche à l’envers, avec l’envie d’engueuler le vent et les oiseaux, je me dis parfois que ce sont des modèles en série, des ersatz, des brumes floues, sans consistance.

Alors que les bizarres, c’est plus noble. Eux, ce sont des modèles uniques qui sont nés sans mode d’emploi et en kit et qui ont dû se fabriquer seuls. Alors, bien sûr, ça donne des constructions très personnelles. Les idées ne sont pas au bon endroit, ou bien elles sont morcelées ou trop vastes, sans limites. Et parfois, il manque des pièces. C’est le problème des trucs en kit.

Je suis devenu psychologue et je travaille dans ce Centre. Souvent mon boulanger me demande si ce n’est pas trop dur de travailler avec “les fous”. Moi j’ai envie de lui répondre que ce qui est vraiment dur, c’est plutôt ce genre de dialogue, mais je me tais.

Et je ne peux pas répondre que parmi les Monuments, on peut parfois trouver des elfes.

Un extrait :

Il y a toujours une fenêtre que je laisse ouverte pour que les Monstres puissent entrer. Je ne le fais pas vraiment exprès. Mais tous les Monstres rentrent dans toutes les têtes de la même façon : on les y invite. Parce qu’il y a quelque chose en eux qui nous fascine, qui nous comble, ou du moins qui absorbe notre esprit logique en polarisant nos réflexions. Quand ils sont là, c’est trop tard.

Ils ne sortent plus et la terreur grandit.

Moi, ce sont mes questions sans réponse de petit garçon qui leur servent de fenêtre. Je ne peux pas m’en empêcher...

Je me rappelle...
Mais il faut les protéger, les Monuments. [1]

Pas vraiment contre leur folie – parce qu’au fond la plupart d’entre eux savent mieux y faire que nous, à condition qu’on les entende –, mais contre ce qu’on peut leur vouloir. Cette façon de prétendre édulcorer la maladie mentale au nom d’une inclusion dont la définition même passe par le rejet de ce qui les caractérise.
Mon Elfe avait pris toute la place. Elle m’avait rejoint sur mon rocher. Elle croyait que je serais capable d’en partir avec elle. Moi aussi, je l’ai cru. Parce que le moindre contact, de sa main, de ses lèvres, de son corps, son simple regard, étaient pour moi un choc électrique qui réveillait un monde vivant, fait d’opportunités désirables.

Mon avis : J’ai été agréablement surpris d’être contacté par l’auteur qui m’offrait un exemplaire (numérique) de son livre pour que j’en parle... en bien de préférence, cela va sans dire. Je ne suis pas adepte, loin s’en faut, de la lecture sur écran. Mais c’est une œuvre courte. J’ai donc accepté de lui donner sa chance. Laurent Pépin m’a donc envoyé un document pdf. J’aurais donc pu l’imprimer. Ce que j’aurais sans doute fait si le document avait été plus long.

Donc ! Monstrueuse féerie est une chronique peu ordinaire de la folie. Un héros complètement décalé, mal dans sa peau et qui s’enfonce un peu plus à chaque page dans la démence. Par certains côtés, ce texte m’a rappelé les lectures de certaines œuvres de Serge Brussolo, Philippe Curval et autres Pierre Siniac. Le narrateur, au fil des 90 pages, se sent perdre pied mais est totalement incapable d’éviter le pire... à moins que pour lui ce pire assure sa sauvegarde.

Alors ? J’ai aimé ? Je n’ai pas aimé ? Les deux en fait. Le style est intéressant, l’écriture sûre (et il n’y a pas de coquilles), les idées développées lumineuses. Mais je ne suis pas un inconditionnel de ce genre de récit. Du fantastique oui, mais pas celui-là... ou du moins à dose homéopathique.

En bref : Je vais surveiller les prochaines publications de cet écrivain et, en fonction du thème, lui donner encore une chance. Et vous, lecteurs de cette recension, donnez lui aussi sa chance.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio

[1comprendre les pensionnaires du centre psychiatrique.