Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Stefan Wul : Rayons pour Sidar

Stefan Wul : Rayons pour Sidar

lundi 25 avril 2022, par Denis Blaizot

Auteur : Stefan Wul Stefan Wul Stefan Wul est le pseudonyme de Pierre Pairault (1922 - 2003).
Déjà tenté par l’écriture pendant ses années de lycée, il suit les conseils de son père et devient Chirurgien-dentiste. Mais dans les années 50, le démon de la littérature le reprend. Et c’est une remarque de sa femme — a-t-il dit dans un entretien — qui l’oriente vers la SF.

Titre français : Rayons pour Sidar

Éditeur : Denoël (Présence du Futur Présence du Futur Collection de poche des éditions Denoël )
Année de parution : 1998 1998

ISBN : 9782207247600

Quatrième de couverture :

Les Terriens doivent céder la planète Sidar aux Xressiens, des rats humanoïdes connus pour leur agressivité. Le physicien Lorrain est le dernier recours avant que les Sidariens ne soient exterminés par les envahisseurs. Mais il doit d’abord retrouver Lionel, son robot, son double électronique quasi indestructible, qu’il avait envoyé sur Sidar pour une mission secrète. Une course contre la montre commence alors pour Lorrain qui devra affronter seul, ou presque, la faune et la flore hostiles de l’étrange planète. Rayons pour Sidar est un roman de science-fiction divertissant et profond où, comme toujours chez Stefan Wul Stefan Wul Stefan Wul est le pseudonyme de Pierre Pairault (1922 - 2003).
Déjà tenté par l’écriture pendant ses années de lycée, il suit les conseils de son père et devient Chirurgien-dentiste. Mais dans les années 50, le démon de la littérature le reprend. Et c’est une remarque de sa femme — a-t-il dit dans un entretien — qui l’oriente vers la SF.
, aventure et exotisme ont la part belle.

Mon avis : J’avoue ! Si j’avais découvert Stefan Wul Stefan Wul Stefan Wul est le pseudonyme de Pierre Pairault (1922 - 2003).
Déjà tenté par l’écriture pendant ses années de lycée, il suit les conseils de son père et devient Chirurgien-dentiste. Mais dans les années 50, le démon de la littérature le reprend. Et c’est une remarque de sa femme — a-t-il dit dans un entretien — qui l’oriente vers la SF.
par ce court roman, Je n’aurais sans doute pas donner suite. Heureusement, il n’arrive qu’en cinq ou sixième position. Pourquoi cette réaction ? Ce diront certains d’entre vous. Parce qu’il ne faut vraiment pas faire attention à la vraisemblance scientifique pour ne lui trouver aucun défaut.

Je savait que Pierre Pairrault, alais Stefan Wul Stefan Wul Stefan Wul est le pseudonyme de Pierre Pairault (1922 - 2003).
Déjà tenté par l’écriture pendant ses années de lycée, il suit les conseils de son père et devient Chirurgien-dentiste. Mais dans les années 50, le démon de la littérature le reprend. Et c’est une remarque de sa femme — a-t-il dit dans un entretien — qui l’oriente vers la SF.
, aurait du avoir une culture scientifique. Alors, au vu des absurdités de Rayons pour Sidar, J’ai vérifié si ma mémoire ne faisait pas défaut. Hé non. Il été chirurgien-dentiste. Bon ben ! Faut croire qu’il n’y avait pas de course de physique, ni au lycée, ni à la fac de médecine dans les années 40 et 50. Un cœur planétaire en deutérium qu’on peut facilement transformer en hydrogène pour alléger la sus-mentionnée planète. Mouais. Un flux de neutron qui s’en échappe par une zone bien précise et sert ainsi de propulseur. Peu crédible. Et ça suffit à faire quitter son orbite à Sidar. En deux temps trois mouvements, cette planète quitte le système d’Alpha du Centaure pour aller rejoindre le système solaire. Objectif : une orbite entre Vénus et la Terre. Dans les grandes lignes, voilà ce que je reproche à ce livre.

Si vous arrivez à faire abstraction de tout ça, vous passerez un bon moment de lecture, car les univers de Wul sont toujours pleins de charmes du côté des personnages. Leurs aventures sont agréables à suivre et j’ai été charmé par ces autochtones de Sidar naïfs et attachants. Attention toute fois à ne pas faire le lien avec les « sauvages » de la littérature populaire de l’époque coloniale. Je pense plutôt que l’auteur a voulu en leur donnant une façon de parler très « petit nègre » montrer la non-challenge de cette race native de Sidar.

O, amateur de Hard Science-fiction, tu peux passer ton chemin. Ce petit roman n’est pas fait pour toi... À moins que... Si tu passe les quarante dernières pages... C’est jouable. Quoique ! Rabouter un demi-corps de robot avec un demi-corps humain, puis rabouter les deux bouts d’humain pour ressusciter le gars ; le tout avec ce ne semble pas être beaucoup plus qu’un équipement de secours standard.

En bref : J’ai bien aimé l’histoire mais regrette toutes ses faiblesses scientifiques et techniques. Et il est inutile de me faire remarquer que ce livre est sorti pour la première en 1957 1957 . Dans ces années-là, Isaac Asimov Isaac Asimov en été au cerveau positronique et aux trois lois de la robotique. Donc Wul aurait pu faire mieux.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio