Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Laurent Genefort : Les temps ultramodernes

Laurent Genefort : Les temps ultramodernes

mercredi 25 mai 2022, par Denis Blaizot

Auteur : Laurent Genefort Laurent Genefort Né en 1968, Laurent Genefort se consacre aux littératures de l’Imaginaire depuis l’âge de vingt ans. Il est alors le plus jeune auteur de la mythique collection « Anticipation » dans laquelle il écrira une vingtaine de romans. À son départ du Fleuve Noir, il inaugure le premier volet d’un livre-univers avec la parution d’Omale, considéré comme l’un des plus grands cycles de la science-fiction française. Plus récemment, il a publié Hordes, une trilogie de dark fantasy chez Bragelonne et participé à la création d’un jeu vidéo pour le compte d’Ubisoft. Avec le Sang des Immortels, il nous propose une fantastique réécriture de la quête du Graal, dans un univers riche et exotique qui n’est pas sans rappeler un certain Avatar.

Titre français : Les temps ultramodernes

Éditeur : Albin Michel (Coll. Imaginaire)

Année de parution : 2022 2022

ISBN : 9782226461599

Quatrième de couverture :

En débarquant à la capitale en quête d’un emploi d’institutrice, Renée est loin de se douter qu’elle va tomber sur un Martien blessé. Mais ce Paris-là n’est pas le nôtre. Grâce à la découverte de la cavorite, un métal miraculeux, les voitures volent, des paquebots transcontinentaux appontent aux quatre tours Eiffel parisiennes, et Mars est une destination comme une autre. Quand Marie Curie découvre que la cavorite a une durée de vie limitée, elle ignore à quel point le monde va en être bouleversé. Deux ans après le « vendredi noir » de 1923 1923 , les empires occidentaux bataillent pour récupérer les dernières miettes de la si précieuse manne.Contre vents et marées, Renée soigne son protégé et décide de le ramener sur sa planète natale. Comme elle, Marthe, une intrépide journaliste, et Georges, un jeune artiste pris dans un mouvement politique qui le dépasse, seront les témoins, mais aussi des acteurs de premier plan, de cette époque-charnière pleine de bruit et de fureur.

Mon avis : Une réalité alternative dans laquelle un matériau (totalement imaginaire) permet de compenser la gravité. Et l’essor des gratte-ciel, des transports aériens et surtout de la conquête spatiale, a un siècle d’avance. Le lecteur se retrouve plongé dans un univers à la Albert Robida Albert Robida . Les accès principaux aux immeubles se font par les toits. Ou, pour le moins par les états supérieurs. Il a des tours en treillis métallique élancées à tous les coins de rues. Et pourtant, nous sommes toujours dans cette société du début du XXe siècle. Pas d’électronique, pas de supercalculateurs, pas d’internet ni de téléphonie mobile. Des automobiles datant des années vingt, les quotidiens de la même époque. Mais aussi des personnalité de cette période là aussi. comme les Curie. Vous noterez d’ailleurs une petite différence par rapport à notre réalité : Pierre Curie n’y est pas mort en 1906 1906 . Ce sont même ses travaux sur la Cavorite — le fameux matériaux anti-gravitique — qui provoque un crack boursier que Genefort situe en 1923 1923 . À côté de tout ça, on retrouve les remous politique de l’entre -deux guerres : Anarchisme, communisme, extrême-droite, fascisme. Bref. Le lecteur est vraiment plongé dans une réalité alternative pas si différente de la nôtre de bien des côtés.

Voilà. Le décor est planté. Alors que dire de l’histoire ? en fait, je devrais dire les histoires ; Car l’auteur alterne, chapitre après chapitre, les histoires d’une deux-douzaine d’individus qui, au final, sont mêlés à la même affaire : la Cavorite, ses marchandages internationaux, ses trafiques illégaux. Accords secrets entre états, trafiquants sans scrupules qui ne se gênent pas pour massacrer les indigènes martiens pourvu qu’il ait du profit, etc. Tout cela m’a plu. Je n’ai qu’un seul regret : j’ai eu le sentiment que les deux premiers tiers — que j’ai avec beaucoup d’intérêt — constituaient la mise en place, alors que le derniers tiers amenait la résolution de chacun des « problèmes » des différents protagonistes sans qu’ils ne rencontrent de véritables difficultés. Attention ! Ce n’est que mon ressenti et j’ai la conviction que, maintenant que je connais les tenant et aboutissants de tout ça, je n’aurais plus cette impression si je le relisais.

En bref : Je suis satisfait de ma lecture — qui m’a suffisamment emballé pour que je mette de côté d’autres lectures que j’ai l’habitude de faire en parallèle — et je vous invite à le découvrir.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict


Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio