Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Kurt Steiner : Syncope blanche

Kurt Steiner : Syncope blanche

samedi 10 octobre 2020, par Denis Blaizot

Auteur : Kurt Steiner (André Ruellan)

Titre français : Syncope blanche [1]

Éditeur : Fleuve noir (Coll. Horizons de l’au-delà )

Année de parution : 1978

ISBN : 2-265-00857-5

Présentation :

Paul Clarmont est un commercial que la faible longueur de sa ligne de vie perturbe. Lors d’une rencontre avec une veille voyante, il apprend qu’il ne lui reste qu’une journée avant de mourir. mais qu’il ne mourra pas vraiment. Désœuvré, il finit, sous l’emprise de l’alcool, par prendre la résolution d’allonger cette maudite ligne de vie à l’aide d’une lame de rasoir. Mal lui en prend, car il se tranche une artère, et finit à l’hôpital. Mais la névrose ne s’arrête pas là, et Paul a rapidement l’impression de… changer.


Ça, c’est le résumé que vous pouvez lire sur Babelio.

La quatrième de couverture de mon édition est bien plus courte :

Il poussa un léger cri et considéra sa main avec stupéfaction : faiblement entamée, la peau laissait sourdre quelques gouttes de sang qui se mêlaient au mercurochrome.

L’entreprise s’avérait bien plus malaisée qu’il ne le croyait.

D’abord, l’opération était douloureuse...

Et en dit beaucoup moins. Mais il s’agit de quelques lignes extraites du roman. Ce qui donne une petite idée de l’ambiance et du style de l’auteur... C’est pas plus mal.

Mon avis :
Contrairement à ce qui est dit dans le résumé fourni par Babelio, le héros n’est pas désœuvré. Il est perdu. Totalement dans l’esprit de bien des œuvres existentialistes telle que La Nausée de Sartre (Qu’il faudrait bien que je relise.) ou l’excellent roman de Armand Hoog : L’accident. Bien que moins marqué que dans ces deux-là, l’inquiétude du héros sur le pourquoi de sa vie et de son avenir est palpable. Et tourne à l’obsession. Pourquoi sa ligne de vie est-elle brisée ? Quel impact cela va-t-il réellement avoir sur son avenir ? etc. Mais la rencontre fortuite avec une diseuse de bonne aventure sur le marché aux puces de Clignancourt (Je ne vous avait pas dit que tout ce passe à Paris ? Désolé pour les amateurs de beaux vampires traînant leurs guêtres dans les forêts du Vermont ou de la Nouvelle-Angleterre :-D ) suivis de quelques accidents sans importance ; tous ces faits simples, anodins, qui pourraient arriver à n’importe qui, conduisent notre héros à tenter de prolonger sa vie en prolongeant sa ligne de vie. Comme dans un roman existentialiste, le héros manque d’en mourir mais en s’en sort. Et c’est là que l’histoire de notre héros bascule dans le monde de l’étrange et du fantastique. Est-il névrosé, psychotique ou réellement transformé en créature légendaire ? Lui ne se pose pas la question.

En bref : Un bon moment de lecture avec ce cours roman auquel certains reprocheront une fin trop rapide ou d’être trop loin des romans fantastique ou de terreur d’auteurs tels que Graham Masterton ou Dean Koontz. Pour ma part, je vais en redemander et tenter de repérer d’autres romans de Kurt Steiner/André Ruellan dans les bouquineries, dépôts-ventes, etc.

Couverture de l’édition originale. (Merci Noosfere)

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict


Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio

[1perte de connaissance généralement due à un arrêt cardiaque.