Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Jean-Pierre Andrevon : Les portes de Gandahar

Jean-Pierre Andrevon : Les portes de Gandahar

lundi 17 août 2020, par Denis Blaizot

Auteur : Jean-Pierre Andrevon
Titre français : Les portes de Gandahar
Éditeur : Hachette Jeunesse (Vertige - Science-Fiction)
Année de parution : 1999
ISBN : 2012000312

Quatrième de couverture :

Une épidémie mortelle s’est abattue sur les Transformés, ces étranges humanimaux doués de parole et d’intelligence. Sylvin le chevalier servant et sa compagne Airelle ont particulièrement à cœur de sauver l’un d’entre eux, leur amie, la panthère noire Karissha.
Ils partent alors sur les traces des descendants des premiers colons de la planète Tridan, à la recherche du lointain secret des manipulations génétiques qui avaient abouti à la création des humanimaux.
Il leur faut atteindre des mondes inconnus en fanchissant les mystérieuses portes de Gandahar !
Une quête pleine de dangers...

Mon avis : Bien que le premier volet de cette saga ait été publié pour la première fois en 1969 dans la défunte collection Présence du Futur, ce n’est que très récemment que j’ai eu un des livres entre mes mains. Le premier ? non ! Le troisième. :-) Pourquoi celui-là ? Parce qu’un ami, qui fait les foire aux livres et autres boites à livres me l’a donné. Et hop ! un livre jeunesse dans ma PAL.

Que puis-je en dire ? Que c’est un vrai livre jeunesse ; qu’il est plus proche de la grosse nouvelle que du petit roman ; que l’écriture et la trame sont adaptée au public visé : 11 ans. Mais moi qui ait commencé à vraiment lire en découvrant Jules Verne, Agatha Christie, Aldous Huxley, Albert Camus, J-P. Sartre, etc. avant de ma tourner franchement vers la SF, je ne pense pas que j’aurais été emballé. Trop simple... limite naïf. Bref, rafraîchissant quand on cherche une lecture courte et divertissante pendant une journée pluvieuse d’été.

En bref : Ne boudons pas les livres bien écrits. Il est court. La trames pourrait être un peu plus fouillée, mais ce petit « planète-opéra » vaut bien qu’on lui consacre quelques heures. Et pour renouer avec Jean-Pierre Andrevon que je n’avais pas relu depuis la fin de mes études.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict


Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio