Accueil > Bande dessinée > Sword, tome 1 : Vorpalers

Sword, tome 1 : Vorpalers

samedi 2 novembre 2013, par Denis Blaizot

JPEG - 22.7 ko

Scénariste : Sylvain Cordurié
Dessinateur : Vladimir Krstic
Coloriste : Simon Champelovier

Synopsis : Depuis toujours, les Mercantis imposent leur autorité sur la cité Fangeless. Gouvernant des quartiers entiers, ces maisons marchandes se livrent une guerre sans merci. Tout est bon pour affaiblir ou éliminer la concurrence.
Dans un contexte aussi hostile, il faut savoir se faire respecter et, au besoin, frapper fort. À ce jeu, le clan Frasyld est de loin le mieux armé car il s’offre les services des Vorpalers, des guerriers ayant appartenu à une ancienne unité d’élite et qui sont liés à des armes-démon, les Armes de Graventhal.
Au début de cette histoire, les Mercantis sont contraints de trouver un terrain d’entente. Le Prince Consort va séjourner à Fangeless et il serait fâcheux qu’un incident survienne...

Mon avis : Bonnes couleurs, adaptées au thème. Graphisme intéressant, lui aussi très bien adapté au mode narratif. Et pour couronner le tout un scénario qui tient la route.

Ah ! Une chronique positive, allez-vous penser. Hé bien pas complètement, car je déteste les histoires de gros bourrins qui cassent tout. Je hais profondément les héros dont le seul but dans la vie est de tout casser et d’être mauvais. Pour moi, cette histoire ressort des Stormbringer et autres Druss la légende. Et dans cette première partie (car il s’agit d’une trilogie), c’est bien la seule chose qui transparaît de tous les personnages principaux. Il n’est question que de guerriers très doués et très résistants qui se font laminer par d’autres guerriers (et surtout guerrières) encore plus doués et plus résistants.

Je pense que cette BD aura du succès, et elle le mérite, mais ce n’est pas ce volume qui me fera me précipiter chez le marchand pour en acheter d’autres réalisées par la même équipe.

Vous l’avez compris : avis très mitigé pour cet ouvrage.

JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict