Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Christian Léourier : Sitrinjeta

Christian Léourier : Sitrinjeta

jeudi 17 août 2017, par Denis Blaizot

JPEG - 88.9 ko

Éditions Critic
Langue française
300 pages
Sortie : 5 Mai 2016
ISBN : 1090648626

Quatrième de couverture :

« Si ce tas de ferraille n’était pas commandé par un héros galactique, je dirais qu’il est en perdition ! »

Loin dans le futur, dans le fourmillement des étoiles, les humains ne sont plus que des créatures parmi d’autres – pas les plus appréciées, ni les plus importantes. Bien au contraire.
Quand Hénar Log Korson, capitaine terrien sans vaisseau, rencontre le terrifiant Skaatlin pour lui soutirer une astronef, nul ne se doute réellement de ses motivations… à moins que les enjeux de son périple ne soient déjà connus en coulisse ?
Pourvu d’un équipage hétéroclite auquel se greffe une jeune femme imposée par Skaatlin, le Snekkja entreprend alors un long voyage semé d’embûches vers une destination mystérieuse : Sitrinjêta.
Trahisons, aventures, incidents politiques jalonneront l’épopée de Hénar et de son équipage, jusqu’à une révélation finale dont les étoiles se souviendront longtemps !

Mon avis :Encore un Christian Léourier !! Hé bien, oui. Et pour une fois ce n’est pas de la littérature « jeunesse » :-) . Mais ce n’est pas encore son grand classique Lanmeur. J’y viendrai, je n’en doute pas. Là, je me suis attaqué à son petit dernier : Sitrinjêta

Que dire de ce roman ? Qu’il m’a plu. C’est un fait indéniable mais qui ne va pas servir au lecteur de cette chronique pour décider ou non de le lire. Je ne pense pas avoir assez de notoriété pour influencer le monde avec une affirmation aussi simple. Alors quoi ?

C’est un véritable roman de Science-fiction comme j’en ai peu lu en SF française... mais je suis loin d’avoir tout lu... Lanmeur par exemple ;-).

Des vaisseaux spatiaux, des extraterrestres de tous types, une quête à risque, mais qui peut rapporter gros. Un héros casse-cou prêt à tout pour réussir. Et nous voilà partis dans une course poursuite à travers la galaxie. On sait peu de chose du héros. Et c’est un choix qui se justifie puisque c’est son passé qui explique son futur. Donc donner trop d’informations sur le héros dans la première moitié du roman, c’est donner des indices sur les protagonistes de la deuxième moitié. Mais... c’est un choix risqué.

En effet, quand le héros approche du but, l’aventure Space-Op tourne, de son point de vue, au voyage initiatique, à l’introspection. Et c’est un truc à perdre des lecteurs qui n’adhèrent pas à ce genre d’histoire. Il est nécessaire de relativiser cette remarque. Si ce « voyage intérieur » s’étale sur le dernier quart du roman, il n’en constitue pas la globalité. L’auteur a su alterner des chapitres concernant le héros et son introspection avec des chapitres mettant en scène les autres protagonistes. Cela donne un rythme plus syncopé au récit, le rend moins fluide. Mais d’un autre côté, cela donne de l’intérêt à l’histoire. Cette partie fait glisser le roman de la catégorie « littérature de hall de gare » à « bon roman de SF » [1]

Je finirai simplement sur une remarque : dans le dernier chapitre, Christian Léourier s’est ménagé une porte pour une suite avec le même héros.
Si c’est le cas, c’est avec plaisir que je lirai celle-ci.

En bref : Un très bon roman de SF qui a sa place parmi les grands et dont je vous conseille la lecture.

PNG - 13 ko

JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict

[1Cela étant dit sans vouloir dénigrer la dite « littérature de hall de gare » qui a aussi son intérêt et ses adeptes.