Accueil > Bande dessinée > François Debois & Jean-Charles Poupard : Jack l’Éventreur tome 1, Les (...)

François Debois & Jean-Charles Poupard : Jack l’Éventreur tome 1, Les liens du sang

samedi 2 novembre 2013, par Denis Blaizot

Synopsis :
Londres 1888 1888 .
Le Mal s’abat sur la capitale européenne, un monstre sanguinaire tue et dépèce des prostitués dans les bas-fonds de Whitechapel, on le surnomme Jack l’Éventreur. À Scotland Yard, l’inspecteur Frederick Abberline et son équipe mènent l’enquête. Entre lettres anonymes, dénonciations calomnieuses, milices qui font la loi et le peu d’indices qu’il recueille au fil de ses virées nocturnes, le commissaire s’égare…
D’autant qu’il est secoué par les démons de son passé trouble. George Godley, son assistant, s’interroge sur son supérieur. D’inquiétantes coïncidences l’amènent à penser qu’Abberline est lié à tous ces meurtres…
Tous les deux sont-ils prêts à découvrir l’insoutenable vérité ?

Mon avis : Déposée dans ma boite aux lettres hier après midi par le facteur, j’ai bien failli ne pas la lire. Pourquoi ? Parce qu’après un rapide coup d’œil j’avais conclu qu’elle ne me plairait pas. Et pourtant ! La couverture est réussie, les graphismes et les couleurs vont très bien au thème. Mais voilà, deux cascades dignes de films d’action américains et une petite erreur chronologique concernant le pont de la Tour de Londres ont su calmer mon enthousiasme. En effet ce pont, dont le chantier a débuté le 21 juin 1886 pour être inauguré huit ans plus tard, le 20 juin 1894 1894 . Il est donc surprenant de le voir dans un tel état d’avancement (on peut lire, dans La Science Illustrée La Science Illustrée La science illustrée est un journal hebdomadaire de vulgarisation scientifique créé en octobre 1875. Son premier numéro porte porte la date du 18 Octobre 1875. Les principaux rédacteurs sont Adolphe Bitard, Louis Figuier et Élysée Reclus pour la première année mais ils cèdent la place à de nouveaux noms dès le début de la seconde année. Cette première version a duré au moins jusqu’en 1877.

Le titre fût repris par Adolphe Bitard en décembre 1887 peu de temps avant sa mort et Louis Figuier prend sa relève dès le mois de mars 1888.

Largement illustré, il contient dès le premier numéro de janvier 1888 des nouvelles et romans à épisode. Les romans seront signés entre-autre par Louis Boussenard, Albert Robida et Jules Verne. On y retrouvera également les signatures de rédacteurs des revues La Nature et la Revue Scientifique.

À partir du n°340 ( premier numéro du second semestre 1894) la date disparaît de la première page du cahier hebdomadaire, mais reste inscrite sur la couverture.

La première page du fascicule n°901(4 mars 1905) porte en regard de la date les mentions S.I. N°901 et S.A.N. N°175. S.A.N. est l’abréviation de Sciences, Arts, Nature, créée en novembre 1901. Doit-on comprendre que ce fascicule était vendu sous deux titres ?

Je n’ai pour l’instant aucune information sur le devenir de cette publication au-delà de l’année 1905.
N°242 du 16 juillet 1892 1892  : « Le « Tower Bridge » est un nouveau pont que les londoniens pourront parcourir bientôt pour franchir la Tamise »).

Ma moitié l’a lue, chroniquée puis m’a dit : « Tiens ! ranges la avec tes autres BD ». Hors de question de ranger dans mes BD un volume que je n’ai pas lu ni l’intention de lire. J’ai donc entrepris la lecture de ce premier volet de Jack l’éventreur. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir en fait une BD que j’apprécie et c’est avec un brin d’impatience que j’attends la suite.

L’histoire de l’éventreur est revue d’une façon très originale et plausible. Les personnages sont bien campés. Le graphisme agréable et les couleurs adaptées à la noirceur du thème. Je ne peux donc que vous encourager à la lire.

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict


Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio