Accueil > Ebooks gratuits > Jules Verne > Jules Verne : Sans dessus dessous

Jules Verne : Sans dessus dessous

lundi 13 avril 2015, par Denis Blaizot

JPEG - 123.5 ko
éditions BeQ

Synopsis :

Après leur exploit d’envoyer un projectile habité de la Terre à Lune, les membres du Gun-club de Baltimore entreprennent une expérience folle : redresser l’axe de rotation de la Terre pour faire disparaître les saisons et rendre cultivables des terres qui ne l’étaient pas. Mais tout ne fonctionne pas toujours comme on le veut.

Mon avis : J’ai trouvé voilà quelques années une réédition du Titan moderne de Albert Badoureau. Son sous-titre : Notes et observations remises à Jules Verne pour la rédaction de son roman Sans dessus dessous. Cela semblait plutôt prometteur. Il restait à trouver ce livre. Je n’ai donc pas hésité à le télécharger quand je l’ai découvert dans le catalogue de la Bibliothèque électronique du Québec. Était-ce prémonition ? Sa lecture est restée à l’état de projet pendant de nombreux mois. Et j’aurai mieux fait d’en rester là.

Qu’on ne s’y trompe pas. Le style est bon, comme il peut l’être dans tout roman de Jules Verne. Non. Ce qui m’a déplu, c’est le déséquilibre entre la mise en place et l’aventure proprement dite. Près de la moitié est consacrée à une adjudication des terres et mers boréales organisée à la demande d’un groupe d’investisseurs américains par le gouvernement américain. Comment ? Un état se permet de vendre des terres qui ne sont pas sur son territoire ? C’était possible en 1889 année d’édition de ce cours roman ? Je ne pense pas. Mais c’est surtout la longueur relative de cette partie de l’histoire qui me gène. Les 30% suivants sont consacrés à la panique que provoque à travers le monde l’annonce des intentions des héros de la Terre à la Lune — car il s’agit d’eux — et l’impossibilité dans laquelle on se trouve de les empêcher d’agir. Enfin, les 20% restant sont consacrés à l’histoire de cet échec du Gun-club à détruire les trois-quart de l’humanité pour s’enrichir — si cela a encore de l’intérêt après une telle catastrophe — en exploitant les ressources du pôle Nord. Doit-on y lire une critique du fameux esprit d’entreprise américain ? Ou la faiblesse du scénario ? Mais tout fini bien. Il se marièrent et vécurent heureux.

En bref : Heureusement que j’ai relu (et mis en ligne) récemment quelques nouvelles et romans de Jules Verne qui m’ont plu. Sinon... Si vous aimez Jules Verne, ne lisez pas celui-ci. Il est mauvais. Si vous ne connaissez pas Jules Verne et souhaitez le découvrir... fuyez ! pauvre fou.

JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict

PNG - 13 ko