Accueil > Mes auteurs favoris > Abraham Merritt (1884 - 1948)

Abraham Merritt (1884 - 1948)

lundi 11 novembre 2013, par Denis Blaizot

JPEG - 21.1 ko

Abraham Merrit est né en 1884, dans l’état de New Jersey. Journaliste, aventurier et écrivain, il mourut en 1948 d’une crise cardiaque.

Les Editions Claude Lefrancq ont publié les deux premiers volumes de ce qui aurait du devenir la première édition complète des œuvres d’Abraham Merritt. Malheureusement, elles ont cessé leurs publications avant la sortie du tome 3.

La reprise de certains titres sous le label Ananké, dont le tome deux des œuvres complètes de Abraham Merritt, pouvait laisser espérer une publication du tome manquant. 12 ans se sont écoulés depuis la sortie du tome 1.


JPEG - 28.2 ko



Tome I :

  • Le gouffre de la lune (The moon pool, première publication US en 1918)
  • Le monstre de métal (The metal monster, première publication US en 1919)
  • La nef d’Ishtar (The Ship of Ishtar, première publication US en 1924)
  • Sept pas vers Satan (Seven Footprints to Satan, première publication US en 1927)
JPEG - 32.6 ko



Tome II :

  • Le visage dans l’abîme. A l’origine nouvelle de 33 000 mots publiée en 1923, Ce texte fut suivi en 1930 d’une nouvelle de 87 000 mots intitulée La mère serpent. Ce sont ces deux textes réunis qui forment le roman actuellement disponible sous ce titre.
  • Les habitants du mirage (Première publication US en 1932)
  • Brûle, sorcière, brûle ! (Première publication US en 1932 pour la version courte et 1934 pour la version longue)
  • Rampe, ombre, rampe ! (Première publication US en 1934)
JPEG - 37.8 ko
La Femme Renard
Éditions Néo
1983



La femme renard(Première publication US en 1934)

Résumé : Charles Meredith commandite l’assassinat de son frère et sa belle-sœur lors d’un voyage que le couple fait en Chine dans la province du Yunnan. Malheureusement pour lui, elle ne meure qu’après avoir donner naissance à une petite fille qui sera élevée dans un temple de la région.
Avant de mourir, sa mère a eu le temps de demander à un esprit surnaturel de la venger et, vingt ans plus tard, c’est une femme renard qui quitte le Yunnan pour New-York . Elle rejoint son oncle pour prendre possession de son héritage mais l’esprit qui l’habite veut avant tout se venger.

JPEG - 8 ko
La femme du bois
Éditions Néo
1984



La femme du bois
Ce volume contient les textes suivants :

  • Comment Circé fut découverte (Première publication US en 1973)
  • Quand les anciens dieux se réveillerons (Première publication US en 1948)
  • La Route blanche (Première publication US en 1949)
  • La porte des dragons (Première publication US en 1917)
  • Les êtres de l’abîme (Première publication US en 1918)
  • Trois lignes de vieux français (Première publication US en 1919)
  • La femme du bois (Première publication US en 1926)
  • Le dernier poète et les robots (Première publication US en 1934)
  • Le faux bourdon (Première publication US en 1934)
  • Le défi de l’au-delà, en collaboration avec C.L. Moore, H.P. Lovercraft, R.E. Howard, F.B. Long jr (Première publication US en 1935)
On peut considérer avoir les œuvres complètes de Abraham Merritt avec ces quatre volumes puisque le tome III de l’intégrale des éditions Lefrancq reprenait le roman La Femme Renard, le recueil de nouvelles La femme du bois et la nouvelle inédite en français The black Whell (complèté par Hannes Bok — Première publication US en 1947) mais abandonnait Comment Circé fut découverte et Quand les anciens dieux se réveillerons.
JPEG - 21.7 ko
Sept pas vers Satan
Éditions Néo
1979

Sept pas vers Satan
(Seven Footprints to Satan, 1927)

Quatrième de couverture : Dans les années vingt, à New York, le célèbre explorateur James Kirkham est soudain kidnappé, privé par un stupéfiant tour de passe passe de son identité et confronté à Satan lui-même ! Oui, Satan, le Prince des Ténèbres, présidant une secte d’admirateurs, déployant une infernale activité de racket et « collectionnant les âmes et la beauté... » Kirkham, intrépide aventurier de fiction, amorce une sourde résistance à cette incarnation redoutable. Jamais il ne cache l’espèce d’admiration inouïe qu’il éprouve face à l’homme fait démon, would-be maître du Monde, dont l’existence même sous-tend l’enjeu véritable du roman : le jeu des sept empreintes agit comme un révélateur au sein de cette impitoyable expérience de chimie romanesque, Merritt sans cesse déployant les artifices les plus ingénieux pour nous prendre, nous faire succomber à notre tour — pour combien de temps ? — aux maléfices de Satan.


Œuvres non-disponibles en français :

Essais :

Poèmes :

Œuvres téléchargeables gratuitement :
Sur le projet Gutenberg

Sur eBooks@Adelaide