Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Gene Wolfe : Silhouettes

Gene Wolfe : Silhouettes

dimanche 3 novembre 2013, par Denis Blaizot

JPEG - 61.1 ko

Editions Denoël (Présence du futur) (1990)
350 pages
Traduit par Pierre-Paul Durastanti

Quatrième de couverture : Que veut prouver ce héros d’une histoire science-fiction classique en échappant à son créateur ? Quelle est l’identité exacte de ce correspondant de guerre infiltré parmi les Organismes Opérationnels Simulés, ou ZOROS, que l’on envoie se battre à la place des humains dans un Viêt-Nam redevenu l’ennemi des États-Unis ? Comment vont réagir les jouets robots du jeune Robin face aux nouveaux arrivés de Noël ?

En seize nouvelles découpées dans un futur proche ou lointain, toutes les silhouettes d’un théâtre d’ombres aux dimensions de l’univers.

Ce recueil contient :

Introduction

  1. L’Ultime histoire à faire frémir
  2. Guerre sous l’arbre
  3. La Maison des ancêtres
  4. La Carte
  5. Quand j’étais Ming l’implacable
  6. Ibème
  7. Le Chat
  8. Les ZOROS de la guerre
  9. Le Dieu et son homme
  10. La Femme qui aimait Pholus le centaure
  11. La Femme qu’aimait la licorne
  12. Les Fauteurs de paix
  13. Procréation
  14. L’Autre mort
  15. Douce fille des forêts
  16. Silhouette

Mon avis : J’aime beaucoup les romans et sagas de Gene Wolfe, beaucoup moins ses nouvelles. Que va donner la lecture de cette première moitié de Endangered Species que l’éditeur français a préféré scinder en deux volumes dans deux collections différentes ?

L’introduction, très courte, est un pied de nez aux critiques littéraires que l’auteur compare aux enseignants qui jugent vos travaux d’écriture sans se mettre dans la peau d’un lecteur mais uniquement dans celle du correcteur.

L’Ultime histoire à faire frémir est intéressante par sa mise en place. L’auteur donne ses instructions à son personnage principal qui a, dès le début, des idées bien arrêtées sur la manière dont il va mener sa barque. Malheureusement, cette impression s’estompe au fil des pages et cette nouvelle se termine comme une nouvelle des plus classiques.

Guerre sous l’arbre est une histoire de noël pleine d’humour noir. C’est une nouvelle courte et il est difficile d’en parler sans la résumer entièrement. Sachez seulement que c’est une histoire à chute.

Dans La Maison des ancêtres, Gene Wolfe nous raconte comment un homme découvre la véritable raison de son refus de subir une intervention chirurgicale cruciale mais risquée. Elle est agréable, de pure SF, même si je la trouve un peu faible dans sa globalité.

La Carte et Le chat s’intègrent dans Le livre du second soleil de Teur. On y retrouve des lieux et des personnages secondaires de cette saga. Ça m’a été bien agréable de replonger durant une trentaine de pages dans l’univers de Sévérian, l’apprenti bourreau devenu Autarque. Mais ne vous y trompez pas : ce n’est pas la lecture de ces nouvelles qui vous apprendra des éléments manquants utiles à la compréhension de ce cycle de 5 romans ou vous donnera une irrésistible envie de le lire (et c’est dommage).

Il manque quelque chose à Quand j’étais Ming l’implacable pour que j’en ai une opinion pleinement positive. Le narrateur est le chef d’un groupe qui a participer à une expérience. Mais laquelle ? Je n’en sais toujours rien à la fin de la lecture de cette courte nouvelle. Probablement une expérience de sociologie destinée à voir, grandeur nature, comment des groupes humains peuvent s’organiser pour survivre... ou pas.

Ibème est une histoire robot bien sympathique. Un robot et un humain se retrouvent bloqués dans une tempête de neige. Le robot découvre alors les faiblesse de sa condition de machine. L’attente des secours ne pouvant qu’aboutir à l’effacement de sa mémoire et donc de sa personnalité. À lire.

Les ZOROS de la guerre ne devient intéressante que dans le dernier tiers. Cette histoire d’hommes artificiels conçus pour être des combattants parfaits ne m’a pas convaincu. Pourtant elle contient des éléments de réflexion majeurs.

Dans Le Dieu et son homme, l’auteur nous raconte l’histoire d’un homme déposé sur une planète inconnue pour l’explorer. En fait, il ne se passe pas grand chose dans cette nouvelle. Il aurait ne pas l’écrire.

La Femme qui aimait Pholus le centaure et La Femme qu’aimait la licorne traitent de la création d’animaux fabuleux par un génie génétique devenu à la portée de tous. Que deviendraient ces chimères en tous genres ? Mais au final, tout ça reste en arrière plan et ces deux textes m’ont laissé un goût d’insatisfaction.

L’idée de départ de Les Fauteurs de paix. Cette histoire de fils et filles de notables russes et américains qui vont s’installer dans le camp d’en face pour assurer la paix entre les deux grandes puissances de la guerre froide est bonne, mais largement sous-exploitée. Dommage.

Procréation est un exercice de style sans grand intérêt. Commencé sous forme du journal d’un physicien, ça devient assez vite un grand n’importe quoi basé sur un jeu de mots : Gene et Sis étant les prénoms des deux narrateurs. Malheureusement, il semble que l’auteur ait changé d’idée en plein milieu de son texte. Encore une que j’aurais pu ne pas lire.

L’Autre mort est une très bonne histoire de mort-vivant dans l’espace. Pas bien longue mais rondement menée, elle est des plus agréables à lire. Une des meilleures du volume.

Douce fille des forêts fait retomber le soufflet. Courte et sans grand intérêt. Le sujet est bien choisi. Une femme acariâtre décide de partir seule dans les forêts du nord-ouest des États-Unis à la recherche des hommes des bois (Yétis, Big foot et autres Sasquash) qui sont sensés y vivre. Mais la sauce n’a pas pris. Je suis resté insensible, extérieur à cette histoire.

Silhouette est une vrai nouvelle de SF. Mais malgré ses soixante et quelques pages elle m’a donné le sentiment d’être bâclée, pas finie, avec des raccourcis pas agréables du tout. Je veux bien qu’il soit facile pour un auteur qui a atteint une certaine notoriété de vendre ses textes à un éditeur sans être relu, mais...

En bref : je viens de terminer, quelques mois après la lecture de Toutes les couleurs de l’enfer l’autre moitié de cette antho signée Gene Wolfe. Et j’en suis plutôt déçu. La plupart de ses textes courts ne sont pas à la hauteur de ses romans. Il apparaît donc que ce ne soit pas un bon moyen de découvrir cet écrivain. Je vais donc prochainement me replonger dans ces derniers.

JPEG - 14.9 ko
Challenge « Je lis des nouvelles et des novellas »
Ce challenge a couru du 12/12/12 au 11/12/13
CITRIQ
JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict

PNG - 13 ko