Accueil > Ebooks gratuits > Henri de Parville : Un habitant de la planète Mars

Henri de Parville : Un habitant de la planète Mars

vendredi 27 mai 2022, par Denis Blaizot

Auteur : Henri de Parville

Titre français : Un habitant de la planète Mars

Éditeur : Gloubik éditions

Année de parution : 2022 2022

Un petit mot sur l’auteur : Henri de Parville était le pseudonyme de François Henri Peudefer, né à Evreux le 27 janvier 1838 1838 et mort en 1909 1909 .

Il fut rédacteur en chef de La Nature à compter de janvier 1897 1897 . Il fut également rédacteur scientifique au Journal Officiel et a publié de très nombreux articles dans les revues La Nature, La science illustrée La Science Illustrée La science illustrée est un journal hebdomadaire de vulgarisation scientifique créé en octobre 1875. Son premier numéro porte porte la date du 18 Octobre 1875. Les principaux rédacteurs sont Adolphe Bitard, Louis Figuier et Élysée Reclus pour la première année mais ils cèdent la place à de nouveaux noms dès le début de la seconde année. Cette première version a duré au moins jusqu’en 1877.

Le titre fût repris par Adolphe Bitard en décembre 1887 peu de temps avant sa mort et Louis Figuier prend sa relève dès le mois de mars 1888.

Largement illustré, il contient dès le premier numéro de janvier 1888 des nouvelles et romans à épisode. Les romans seront signés entre-autre par Louis Boussenard, Albert Robida et Jules Verne. On y retrouvera également les signatures de rédacteurs des revues La Nature et la Revue Scientifique.

À partir du n°340 ( premier numéro du second semestre 1894) la date disparaît de la première page du cahier hebdomadaire, mais reste inscrite sur la couverture.

La première page du fascicule n°901(4 mars 1905) porte en regard de la date les mentions S.I. N°901 et S.A.N. N°175. S.A.N. est l’abréviation de Sciences, Arts, Nature, créée en novembre 1901. Doit-on comprendre que ce fascicule était vendu sous deux titres ?

Je n’ai pour l’instant aucune information sur le devenir de cette publication au-delà de l’année 1905.
, la Revue scientifique, au Constitutionnel , au Moniteur , au Journal des débats et correspondant aux Annales .

Nommé chevalier de la Légion d’honneur, à 30 ans, en 1868 1868 , il devenait officier en 1900 1900 .

Présentation :

Un correspondant fait parvenir à l’auteur des lettres qui sont les compte-rendus d’un colloque supposé se dérouler au Kansas. Il a pour but de discuter la provenance martienne d’un corps fossilisé retrouvé dans un bolide tombé dans cet état américain.
Les quatorze lettres sont l’occasion de faire le point sur les connaissances de l’époque sur les planètes du système solaire et l’origine de la vie.
Mais dans la postface, H. de Parville vend la mèche. Il est l’auteur des lettres.
La date choisie pour la signature ne laisse planer aucun doute : 1er avril 1865 1865 .

Mon avis : Initialement paru en feuilleton dans le Pays en 1864 1864 -1865 1865 , il sera publié en volume chez Hetzel (1865 1865 ). Louis Figuier, célèbre vulgarisateur scientifique concurrent des Tissandier et autre C. Flammarion, n’a pas goûter la plaisanterie. D’ailleurs, de Parville n’intervint dans l’hebdomadaire de vulgarisation scientifique La Science Illustrée qu’après la mort de Figuier.

Vous l’avez compris par la présentation, c’est ce qu’au XIXe siècle, on appelait un « canard ». nous parlerions maintenant de canular. Donc, les fan de SF pure seront certainement déçus. La plus grande partie de tout ceci étant plus proche de la vulgarisation et de la philosophie des sciences que de la fiction. Bien sûr, le colloque est fictif, les scientifiques intervenants aussi. Mais il n’y a que la momie martienne — dont au final on parle peu. — qui relève de la SF. Et la postface dans laquelle l’auteur nous dit découvrir qu’il est l’auteur des lettres qu’il a reçues.

En bref : Ce court ouvrage n’intéressera que les passionnés d’histoire de la science-fiction et peut-être aussi de l’histoire des sciences ou du journalisme.

Faites-vous votr eopinion

Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio