Accueil > Ebooks gratuits > John Munro : Les ennemis des câbles

John Munro : Les ennemis des câbles

mardi 7 juin 2022, par Denis Blaizot

Ebooks gratuits
Des Epub et Pdf faits avec soin pour vous faire redécouvrir des œuvres anciennes tombées dans le domaine public.

Auteur : John Munro John Munro John Munro C.E. (1849-1930) était un professeur et ingénieur en mécanique et électricité.
Son œuvre la plus connue à ce jour est sans doute A message from Mars, mais surtout dans sa traduction française, au point que Brian Stableford a proposé, semble-t-il, une traduction de la traduction dans une anthologie consacrée à la SF française.

Titre français : Les ennemis des câbles

Titre original : Pests of the wire (The english illustrated magazine — 1899 1899 )

Éditeur : Gloubik

Année de parution : 2022 2022

œuvres de Science-Fiction
Ses œuvres de Science-Fiction sont disponibles en édition papier sur lulu.com

Toujours intrigué par John Munro John Munro John Munro C.E. (1849-1930) était un professeur et ingénieur en mécanique et électricité.
Son œuvre la plus connue à ce jour est sans doute A message from Mars, mais surtout dans sa traduction française, au point que Brian Stableford a proposé, semble-t-il, une traduction de la traduction dans une anthologie consacrée à la SF française.
depuis ma découverte que Un message de la planète Mars n’était pas une nouvelle de SF française mais une traduction, j’ai fini par découvrir quelques autres textes que j’ai traduit et mis à votre disposition sur ce site. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir un de ses articles de vulgarisation scientifique.


Les fils de télégraphe, posés sur des poteaux ou au fond de la mer, sont des choses inoffensives, et en aucun cas d’apparence attrayante. Pourtant, ils ont de nombreux ennemis, dans le monde animal comme dans le monde végétal. L’autre jour, par exemple, un journal américain a rapporté qu’une ligne récemment érigée qui traverse les forêts d’Aristook, dans le nord du Maine, a été endommagée par les ours noirs, qui persistent à grimper sur les poteaux et à briser les coupes en porcelaine ou les isolateurs qui soutiennent les fils. On ne peut que conjecturer par quelle fantaisie singulière Bruin a pris pour ces boutons de faïence, car les ours ne portent pas leur cœur sur leur manche pour que les savants puissent le publier. On a supposé qu’il confond les isolateurs avec ses pommes-de-pin préférées, et il ne fait guère de doute qu’il les considère comme quelque chose de bon à manger, mais il est difficile de dire quoi. Peut-être pense-t-il qu’il s’agit de nids d’abeilles. Quoi qu’il en soit, il existe en Norvège un grand pic qui se laisse tromper par le bourdonnement des fils dans le vent, comme une harpe éolienne, et qui s’imagine qu’il y a un nid d’insectes à l’intérieur du poteau. Pour les atteindre, il travaille pendant des jours et fait de grands trous dans les poteaux de bois, ou même à travers eux, pour découvrir, comme les hommes l’ont fait avant lui, que le festin promis n’était qu’un fantôme de sa propre création, et que ses efforts ont été vains.

Plus sage dans son travail est le pic vert de Californie, qui fait un garde-manger des poteaux télégraphiques en cèdre rouge. Il crible le sommet du poteau de petites cavités qu’il remplit de glands — une noix par cavité — pour se prémunir contre la famine hivernale. Cet oiseau fait certainement preuve d’une ingéniosité, d’un génie en fait, qui est digne de sa nation. Existe-t-il un autre pivert qu’un Yankee capable de fabriquer un garde-manger à partir d’un poteau télégraphique ? On sait que les corbeaux indiens et les pies australiennes ont ramassé les bouts de fil laissés par les ingénieurs télégraphistes lors de la pose des lignes, et qu’ils ont construit leurs nids avec sur les poteaux ; mais en agissant ainsi, ils n’ont fait que suivre leur instinct. Ils n’ont pas inventé.

Le bison américain, lorsqu’il parcourait les prairies, a également fait preuve d’une intelligence insoupçonnée en adoptant les poteaux télégraphiques comme poteaux de frottement, et a parfois jeté à bas des kilomètres de fil. Un Américain, pensant le guérir de sa passion, a clouté la partie inférieure de ces poteaux avec des pointes, mais le buffle hirsute n’avait pas besoin d’une étrille ordinaire et a toujours préféré les poteaux les plus pointus. Les éléphants se sont également amusés à déraciner des centaines de poteaux avec leur trompe, apparemment dans le seul but de se débarrasser de leur énergie superflue.

Les fourmis sont un peuple faible comparé aux éléphants, mais elles détruisent bien plus le télégraphe. Dans les pays tropicaux, les fourmis blanches, ou termites, dévorent les poteaux de bois en peu de temps, et il a été jugé opportun d’utiliser des poteaux imprégnés d’huile de créosote, ou, mieux encore, des poteaux de fer, là où l’on sait que ces minuscules maraudeurs pullulent. Au Japon, il existe une araignée qui est très gênante pour les télégraphistes, car elle a l’habitude de tisser des toiles d’un fil à l’autre et de provoquer une fuite du courant électrique, surtout le matin, lorsque les toiles sont couvertes de rosée. Les guêpes et autres insectes construisent également leurs nids entre les fils ou autour des isolateurs et, par temps pluvieux ou humide, provoquent une perte de messages. Il va sans dire que la végétation qui pousse sur les poteaux et les fils a le même effet, et dans les environs de Rio-de-Janeiro les lignes sont infestées d’une plante parasite ressemblant au gui, qui prend racine sur elles à partir des graines contenues dans les fientes des oiseaux qui se perchent sur les fils et les poteaux.

Après tout, l’homme est le pire ennemi de la ligne télégraphique. Non seulement les garçons et les adultes irréfléchis tirent sur les isolateurs à l’aide de pierres et de fusils, mais ils jettent des chiffons ou font voler leurs cerfs-volants contre les fils, provoquant ainsi une perte de courant électrique. En Belgique, par exemple, il vaut mieux utiliser des isolateurs d’une couleur grise discrète, plutôt que des isolateurs blancs, qui offrent une cible tentante à viser. Dans les pays sauvages ou barbares, les indigènes sont enclins à détruire les lignes, si les chefs ne sont pas satisfaits du « back-sheesh » ou s’ils sont effrayés par quelque superstition sur les vertus merveilleuses du « fétiche » parlant de l’homme blanc. Lorsque Sir Garnet Wolseley s’est avancé sur Coumassie, sa ligne télégraphique de campagne, installée sur des poteaux de bambou à travers la jungle, n’a pas été perturbée par l’ennemi ; mais pour être à égalité avec lui en matière de magie, ils ont installé leur propre ligne, constituée d’un fil attaché aux arbres. Dans la chaîne de Macdonald, en Australie occidentale, on a inculqué aux Noirs hostiles une crainte salutaire du télégraphe en les laissant toucher le fil lorsqu’il était fortement chargé d’électricité et en leur donnant un choc électrique assez fort. Cette « esquive » s’est avérée très efficace dans de nombreuses régions du monde.

Le temps est, bien sûr, très destructeur pour les lignes télégraphiques aériennes. Les vents violents les renversent, le givre et le gel les recouvrent de glace et les détruisent. Les fils souterrains dans les tuyaux échappent à ces visites, mais ils ne sont pas entièrement exempts d’adversaires, car les souris et les rats les attaquent et mangent la gutta-percha qui recouvre le cuivre. La foudre peut attaquer les fils aériens et souterrains s’ils ne sont pas correctement protégés par des parafoudres, et plus d’un poteau a été fendu, plus d’un câble a fondu sous la violence de l’éclair. Les lignes sont également soumises à ce qu’on appelle les « courants telluriques », c’est-à-dire les courants électriques dans le sol lui-même, mais ceux-ci sont rarement assez forts pour endommager les fils, bien qu’ils perturbent souvent le fonctionnement des instruments télégraphiques. Ils sont particulièrement fréquents lors de la prédominance des aurores boréales et des « taches » sur le disque solaire.

Les lignes sous-marines semblent être à l’abri de tout danger, mais elles ont aussi leurs parasites. Le ver limnoria et le coquillage xylophaga dévorent le chanvre et la gutta-percha qui protègent le fil et permettent au courant électrique de s’échapper dans la mer. Un seul repas de l’asticot limnoria a coûté aux actionnaires d’une compagnie de câbles plusieurs milliers de livres, car il est très coûteux d’envoyer un navire câblier pour saisir le câble et réparer le défaut, surtout si le temps est défavorable à ces opérations.

Le poisson-scie, dont le museau dentelé s’enfonce dans la boue, a été accusé de percer les câbles, mais n’a jamais été pris sur le fait. Quoi qu’il en soit, il est un fait que certains poissons perforent les câbles sous-marins, car l’auteur a participé à une expédition de câbles de Para à Cayenne, et à peine le câble avait-il été posé avec succès au fond de la mer qu’il s’est complètement rompu. J’étais également présent lors de l’expédition de réparation et j’ai vu des fragments de dents de poisson prélevés dans les entailles. Je suis disposé à considérer que ces entailles ont bel et bien été causées par les morsures de certains poissons, et non par les coups de colère d’un poisson-scie. Les fils de fer qui protégeaient le câble avaient été écrasés de force comme entre des mâchoires puissantes, et, comme je l’ai dit, on a trouvé des morceaux de dents plantés dans le caoutchouc qui recouvrait le fil de cuivre.

Plus d’une baleine a été empêtrée dans un câble sous-marin et a suffoqué sous l’eau. Un cas notable s’est produit dans le golfe Persique, où le câble était détendu, et le navire de réparation a remonté le corps mort de l’animal. M. Lumsden, de H.-M. M. Lumsden, du navire télégraphique Monarch, m’a dit qu’en réparant un câble des Postes dans la mer du Nord, il a un jour remonté l’épave d’une petite goélette qui avait coulé sur le câble. Il n’est pas rare que des bateaux de pêche et d’autres navires coupent des câbles avec leurs ancres sans en parler. M. Hockin, ingénieur télégraphiste bien connu, se trouvait un jour à bord d’un bateau à vapeur qui mouillait au large de Lisbonne et a coupé un câble en levant son ancre. Avec son ingéniosité, il a improvisé une batterie et a télégraphié la position exacte au bureau du télégraphe de la ville, évitant ainsi aux ingénieurs du câble beaucoup de temps et d’ennuis.

Ce n’est qu’au bord de la mer et dans les rivières que des personnes malveillantes peuvent endommager les câbles. Dans les premiers temps du télégraphe, il n’était pas rare que les Chinois volent les fils des câbles pour en faire des clous à thé ; et on dit que les coolies indiens coupaient des morceaux de câble et les plantaient pour en faire pousser d’autres ! Il est certain qu’un pêcheur français qui avait accroché le premier câble de la Manche avec son ancre a pris le fil de cuivre recouvert de gutta-percha nu pour une espèce d’écheveau avec « de l’or dans le cœur ».

Les conditions météorologiques ont peu d’effet sur un câble sous-marin, sauf là où les vagues peuvent le frotter sur les rochers et l’user ; mais les tremblements de terre et les éruptions sous-marines ont plus d’une fois joué avec le fil. Une éruption sous-marine a brisé un câble en Méditerranée, au large de l’île de Pantellaria, et un tremblement de terre a endommagé les câbles de Java à l’Australie. Des icebergs flottants s’échouant sur les câbles les ont endommagés en mer Blanche et ailleurs. La défaillance des câbles de la mer Blanche due à cette cause a conduit l’un de ces messieurs bien informés qui écrivent dans les journaux à expliquer la panne par l’expansion graduelle de la terre, qui, selon lui, grandit et fait éclater ses liens !