Accueil > Ebooks gratuits > William Livingston Alden (1837 - 1908) > W. L. Alden : Un procès en divorce au Montana

W. L. Alden : Un procès en divorce au Montana

dimanche 13 mars 2022, par Denis Blaizot

Ebooks gratuits
Des Epub et Pdf faits avec soin pour vous faire redécouvrir des œuvres anciennes tombées dans le domaine public.

Auteur : William Livingston Alden

Titre : Un procès en divorce au Montana

Titre original : A Montana divorce suit (1895 1895 )

Éditeur : Gloubik

Année de publication : 2022 2022

Illustrations : R. Jack

Peut-on parlé d’une satyre sociale à propos de cette nouvelle ? Je pense que oui. Une « vieille fille » — ce qui ne veut pas dire qu’elle est très âgée, mais seulement qu’elle est toujours célibataire à un âge où une jeune femme devrait être mariée. Si si ! Ça s’est fait — tiens absolument à se marier avec un certain jeune homme qui n’en a pas particulièrement envie. Et surtout, pas envie qu’on lui force la main. Elle arrive à ses fins par un procédé douteux. D’où il en découle une procédure de divorce à n’en plus finir.

Nous retrouvons ici encore l’esprit sarcastique de W. L. Alden W. L. Alden William Livingston Alden, né à Williamstown (Massachusetts, USA) le 9 Octobre 1837 et décédé le 14 Janvier 1908. qui place ses personnages dans des situations rocambolesques. J’adore.

Vous avez vu ce grand gaillard qui se tenait sur la plate-forme arrière de l’express quand il est passé par ici ce matin« , dit le chef de gare de Jéricho. »C’est le prédicateur baptiste d’Athensville, et il est en route pour Chicago pour témoigner dans le grand procès en divorce. Quoi ! je ne vous ai jamais parlé d’un procès en divorce ? Eh bien, vous me surprenez, car ce procès en divorce est la plus grande chose de ce genre que nous ayons jamais eu dans cette partie du pays.

Ce prédicateur baptiste n’a rien à voir avec ce procès, si ce n’est qu’il a juré qu’il a marié plaignante et défendeur. Le révérend M. Humphreys n’a rien d’un escroc. Il est aussi bon qu’ils le sont, bien que je le dise moi-même ; et je ne pense pas beaucoup de bien des baptistes en général, ayant été élevé comme méthodiste, bien que j’ai pris mes distances d’avec eux quand j’ai été nommé chef de train, ce qui est une place dont un homme ne peut rien faire, à moins qu’il ne puisse jurer une ligne bleue quand l’occasion se présente.

Ce prêcheur a pris en charge l’église baptiste d’Athensville il y a environ cinq ans, et comme il est un homme merveilleux pour gérer une église et la rendre attrayante pour le grand public, il n’a pas tardé à avoir la plus grande congrégation de tous les prêcheurs de l’endroit. Cette année-là, les gens lui ont construit une nouvelle église deux fois plus grande que l’ancienne. Elle se dresse sur la colline à environ un mile d’Athensville, car lorsqu’elle a été construite, il était prévu que la ville se développerait dans cette direction, ce qui n’a pas été le cas.

Je raconte cela pour montrer à quel point le pasteur était un homme entreprenant. Il a insisté pour que sa nouvelle église ait le plus haut clocher que l’on puisse trouver dans tout le territoire du Montana, et p’tain ! il l’a eu. Les gens venaient de loin pour monter dans ce clocher et voir la vue. Il n’y avait pas de vue à proprement parler, le pays étant trop vallonné dans ces régions pour qu’il y ait beaucoup de paysages, mais pour autant, les gens tenaient à dire qu’ils étaient montés en haut du clocher.

Il y avait une vieille fille dans la congrégation de M. Humphreys qui était plus déterminée à se marier que toute autre femme que vous ayez jamais vue. Elle était une de ces femmes minces et persévérantes, et elles sont très dangereuses. Miss Payson, c’était le nom de cette dame, devait épouser un jeune homme du nom de Halsey, qui ne lui avait jamais fait de mal, et qui était un gars aussi raisonnable et bien élevé qu’il y en avait dans tout Athensville. Bien sûr, il n’avait pas la moindre envie d’épouser cette femme, mais il était un de ces types de tempérament doux qui ont toujours peur de dire non quand une femme leur demande quelque chose. Le tempérament doux est la ruine de beaucoup de gens. Ça m’a empêché de réussir, je le sais. Si j’avais été l’un de ces types bourrus et déchaînés qui ne font jamais rien de gentil, j’aurais été surintendant de cette ligne au lieu de n’être qu’un chef de gare dans l’une des plus petites gares du territoire. Ne soyez jamais trop gentil. Des deux, cela ruine plus d’hommes que le whisky.

Un jour, Miss Payson a obtenu du jeune Halsey qu’il l’emmène dans le clocher de l’église baptiste. Voyez-vous, les visiteurs montaient toujours dans ce clocher entre dix heures et cinq heures, pendant lesquelles le sacristain restait à l’église pour s’occuper des choses et voir si tout le monde se comportait comme il le fallait. À cinq heures, il fermait à clé la porte qui menait au clocher, puis celle de l’église, et rentrait chez lui pour la nuit.

Miss Payson et son jeune homme sont montés sur le clocher vers trois heures de l’après-midi, mais elle a dit que cela lui avait tellement plu qu’elle a persuadé Halsey de rester avec elle bien plus tard qu’il n’en avait l’intention. Elle l’obligea à lui montrer toutes les maisons de la ville, ainsi que toutes les collines et les vallées des environs, et lorsqu’elle lui demanda enfin de regarder sa montre et de lui dire l’heure, elle fut, comme elle le prétendit, terriblement alarmée de constater qu’il était cinq heures et demie. Halsey descendit en courant l’escalier et constata que la porte était fermée à clé et que personne n’était à portée de voix. Le sacristain avait oublié qu’il y avait quelqu’un en haut du clocher, il avait fermé à clé et était rentré chez lui à cinq heures, comme d’habitude. Halsey est revenu et l’a dit à Mlle Payson, qui a fondu en larmes et a dit que sa réputation était ruinée. Halsey et elle devraient passer la nuit dans le clocher, à moins qu’il ne soit prêt à sauter par la fenêtre et à se briser le cou, et elle préférerait mille fois mourir plutôt que de le laisser faire.

Halsey avait lui-même très peur, car il voyait qu’à moins de trouver un moyen de faire sortir Mlle Payson du clocher, il devrait l’épouser, qu’il le veuille ou non. Il réfléchit à la question pendant un certain temps, Miss Payson pleurant de toutes ses forces et posant sa tête sur son épaule d’une manière distraite. Finalement, une idée lumineuse l’a frappé. Il y avait la corde de la cloche, qui était un solide manille d’un pouce. Pourquoi ne descendrait-il pas Miss Payson au sol avec cette corde, et ne glisserait-il pas lui-même le long de la corde ?

Il a expliqué son plan à la dame, mais elle ne semblait pas l’apprécier. Elle disait qu’elle était sûre que la corde se casserait, ou qu’il la laisserait tomber, ou qu’elle serait tuée d’une manière quelconque si l’expérience était tentée.

"Non, dit-elle, je resterai ici, et je compte sur votre honneur de gentleman pour me défendre contre les ricanements du monde sans cœur. Je n’ai vraiment pas le courage de vous permettre de me faire descendre de cette hauteur affreuse avec une corde quelconque.

Halsey n’a pas voulu entendre ses objections et s’est longuement disputé avec elle. Ce n’est que lorsqu’il a mentionné par hasard que le clocher était rempli de souris, de rats, de chauves-souris, etc. que Mlle Payson a consenti à essayer la corde. Même à ce moment-là, elle était très mécontente et était sur le point de décider qu’elle prendrait le risque des animaux sauvages plutôt que de perdre une telle chance de capturer un mari désirable. Halsey installa une sorte de siège pour la femme, de sorte qu’elle pouvait s’asseoir dans la boucle de la corde, avec des cordes autour d’elle ici et là, et ne pouvait pas tomber si elle le voulait. Puis il la fit se tenir sur le rebord de la fenêtre, et s’abaissa. Miss Payson a d’abord beaucoup crié, et a supplié Halsey de la laisser revenir et mourir près de lui, mais il n’allait pas laisser une femme mourir autour de son cou, s’il le pouvait. Il la descendit donc doucement et facilement, en l’encourageant tout le temps, jusqu’à ce qu’il constate que sa corde était arrivée à son terme. Elle n’était pas aussi longue qu’il l’avait supposé, et le résultat était que Mlle Payson se trouvait à une trentaine de pieds du sol, sans aucun moyen de l’atteindre, à moins que Halsey ne lâche la corde.

Il pensa à la lâcher, mais, comme je l’ai dit, étant humain et de bon fond, il ne put s’y résoudre, car le résultat aurait été que Mlle Payson aurait été tuée, ou du moins que la plupart de ses membres auraient été brisés. Il fixa donc l’extrémité de la corde à une poutre et demanda à Mlle Payson de ne pas perdre courage, car il trouverait bientôt le moyen de la tirer d’affaire. Elle le supplia de la remonter, et il essaya effectivement de le faire, tout en sachant quelles seraient les conséquences s’il réussissait ; mais il s’aperçut qu’il n’avait pas la force nécessaire. Mlle Payson était plus lourde qu’elle n’en avait l’air, même si elle n’était constituée que d’os ; mais elle était à soixante-quinze pieds au-dessous de lui, et il aurait fallu deux hommes de sa force pour la hisser à nouveau dans le clocher. Il tira sur la corde jusqu’à ce qu’il soit presque épuisé, car il avait naturellement un peu honte de reconnaître devant une femme qu’il y avait quelque chose qu’il n’était pas assez fort pour faire. Cependant, il dut finalement en venir à bout et lui dire que, pour sauver leur vie, il ne pourrait pas réussir à la ramener dans le clocher. Alors elle s’est installée pour pleurer, et lui s’est installé pour fumer une pipe, dans le but de s’éclaircir les idées.

Tout à coup, il vit ce qu’il devait faire et s’étonna d’avoir été si bête de ne pas l’avoir vu avant. Il y avait la cloche juste au-dessus de sa tête, et tout ce qu’il avait à faire était de grimper et de la faire sonner en balançant le battant d’un côté à l’autre, jusqu’à ce que l’alarme fasse revenir le sacristain avec les clés. À ce moment-là, la nuit tombait, et Halsey se mit à travailler sur cette cloche, et la sonna lentement et régulièrement, car c’était la seule façon qu’il avait de la faire sonner.

C’est la coutume chez nous de sonner la cloche quand quelqu’un meurt, et de donner autant de coups de cloche que le défunt a vécu d’années. Quand Halsey a commencé à sonner cette cloche, les gens d’Athensville ont écouté pour savoir quel âge avait le défunt. Lorsque les coups de cloche ont atteint les quatre-vingts ans, ils ont admis que le plus vieux colon de la ville avait dû mourir très soudainement, car il avait été vu ivre comme d’habitude et en parfaite santé cet après-midi-là, jusqu’à trois heures. Mais la cloche continuait à sonner, et après qu’elle eut sonné environ deux cent cinquante fois, sans montrer aucun signe d’arrêt, les gens commencèrent à penser que le sacristain avait entendu par hasard la mort de Mathusalem, et qu’il en informait les autres personnes.

Vous vous demandez peut-être pourquoi personne n’est allé à l’église pour savoir pourquoi la cloche sonnait. D’abord, c’était l’heure du dîner et personne n’avait envie de faire une promenade d’un kilomètre ou deux à cette heure-là. D’autre part, on avait dit que le cimetière baptiste était hanté, et il n’y avait pas de désir général d’interférer avec les fantômes au cas où ils auraient eu l’idée de sonner la cloche. Le son de la cloche continua jusqu’à ce que Halsey l’ait sonnée plus de quatre cents fois, puis le révérend M. Humphreys arriva sur les lieux ; quand il entendit la voix de Mlle Payson quelque part dans l’air au-dessus de sa tête, il fut considérablement surpris, bien que ne croyant pas aux fantômes, il ne fut pas le moins du monde effrayé.

— Comment diable êtes-vous montée là-haut, madame ? demande le ministre. Et pourquoi sonnez-vous la cloche ?

Mlle Payson a expliqué ce qui se passait. Elle a dit qu’elle et M. Halsey étaient venus à l’église dans l’après-midi en pensant y trouver le pasteur et se marier ; que ne l’ayant pas trouvé, ils étaient montés dans le clocher pour voir la vue et s’y étaient trouvés accidentellement enfermés. Elle était sûre qu’elle ne pourrait pas vivre de longues minutes de plus, elle se sentait si faible, et elle espérait que M. Humphreys la marierait à M. Halsey sans perdre une minute de plus, et sauverait ainsi sa réputation, même si cela ne lui sauvait pas la vie. Le ministre voulait envoyer de l’aide et la mettre en sécurité sur la terre ferme avant de la marier, mais elle disait qu’elle devait être mariée avant d’oser affronter les habitants de sa ville. M. Humphreys, s’il avait les sentiments d’un homme et d’un chrétien, et surtout d’un pasteur baptiste, irait de l’avant avec le service du mariage.

M. Humphreys a finalement consenti et a demandé à Halsey d’acquiescer lorsqu’il verrait le pasteur agiter son bras droit, car c’était la seule façon pour Halsey de répondre, sa voix n’atteignant pas le sol. Ayant arrangé cela de façon satisfaisante, comme il le pensait, M. Humphreys poursuivit, et en deux minutes environ, il maria Mlle Payson à M. Halsey. À ce moment-là, le sacristain arriva avec les clés et, sachant où trouver une corde, il la monta dans le clocher et l’attacha à la corde de la cloche. Puis lui et M. Halsey ont fait descendre Mlle Payson à terre et ont descendu l’escalier ensemble.

— Vous trouverez votre femme qui vous attend dans le cimetière, dit M. Humphreys à Halsey. Elle est naturellement un peu excitée, et elle se repose sur une pierre tombale plate.

— Si vous parlez de Mlle Payson, dit Halsey, je ne comprends pas pourquoi vous l’appelez ma femme.

— Je l’appelle votre femme, dit le ministre, parce que je viens de vous marier tous les deux, et je ne permets à personne de remettre en question le caractère contraignant d’un mariage auquel je participe.

— Nous marier ? s’écrie Halsey. Quand et où ? C’est la première fois que j’en entends parler.

— Jeune homme, dit le pasteur, c’est un sujet sérieux, et je n’approuve pas les plaisanteries sur les mariages ou les enterrements. Mlle Payson m’a dit, lorsqu’elle se balançait dans les airs, que vous et elle vouliez vous marier à tout prix, et c’est ainsi que je vous ai marié. S’il y a une erreur, je ne suis pas à blâmer, j’ai fait de mon mieux en tant que ministre de l’Évangile, et si cela ne vous plaît pas, vous pouvez aller au tribunal des divorces et voir si vous pouvez le faire changer. Je vous dirai franchement que je ne crois pas qu’un tribunal vous écoutera, car mes mariages sont toujours blindés et à l’épreuve des balles, et valent bien plus que les cinq dollars que j’attends que vous me payiez.

Eh bien, Halsey est rentré chez lui assez furieux, sans attendre de voir Mlle Payson, et dès le lendemain, il entama un procès en divorce. C’est le grand procès en divorce dont je vous parlais quand je vous ai présenté le Révérend M. Humphreys. Il traîne depuis quatre ans. Parfois il est tranché en faveur de Halsey, et parfois en faveur de Miss Payson, et puis il y a toujours un appel, et il faut recommencer. Miss Payson, elle s’en tient au fait que Halsey a accepté de l’épouser, et qu’il a parfaitement compris tout ce que le pasteur a dit pendant la cérémonie. Le pasteur dit que Halsey a hoché la tête comme convenu lorsqu’il lui a demandé s’il prenait Mlle Payson pour épouse, et toutes ces choses, et que Halsey a tenu la corde qui était attachée à Mlle Payson, ce qui revenait à tenir sa main. D’autre part, Halsey jure qu’il n’a jamais eu l’intention d’épouser cette femme et qu’il n’a jamais su qu’une cérémonie de mariage était en cours, mais qu’il a simplement hoché la tête par amitié lorsqu’il a vu le pasteur lui faire signe de la main. Les preuves, comme vous pouvez le voir, sont assez directes contre lui, et quand il arrive à obtenir un verdict, cela lui coûte beaucoup d’argent, car nos jurés sont très honnêtes et de bonne foi, et il faut beaucoup d’argent pour les amener à voir les choses sous un angle favorable à Halsey. Je m’intéresse à cette affaire en raison de son importance, car si les tribunaux décident finalement qu’un homme peut être marié à une femme alors qu’il se trouve à soixante-quinze pieds au-dessus d’elle et qu’il ne sait pas ce qui se passe, aucun d’entre nous n’est à l’abri ; et savoir qu’une femme qui se précipite ici en express sera mariée avec moi alors que je suis en train de vendre des billets dans mon bureau, et que je n’en sais pas plus qu’un enfant ; il ne sert à rien de s’asseoir et de redouter des dangers qui ne viendront peut-être jamais, et je suppose que si le destin d’un homme est d’être marié, il faut qu’il se marie, et il ne sert à rien de s’en inquiéter avant le moment venu.