Accueil > Science-fiction, Fantasy, Fantastique > Christian Léourier : L’envoyé du quatrième règne

Christian Léourier : L’envoyé du quatrième règne

lundi 3 juin 2019, par Denis Blaizot

JPEG - 27 ko

Auteur : Christian Léourier  
Titre : L’envoyé du quatrième règne (Jarvis, vol. 3)
Éditeur : Hachette (Coll. Poche Rouge)
Parution : 1976  
Relié, 183 pages
ISBN : sans
Prix : inconnu

Quatrième de couverture :

Jarvis pénétra dans la sphère d’acier. Au centre, se dressait une colonne sur laquelle était posé un cristal. Jarvis avança vers le milieu de la pièce. L’angoisse qu’il avait éprouvée jusque-là disparut.

« Je suis Jarvis de Hélan ! s’écria-t-il.

— Sois le bienvenu », répondit une voix suave, presque féminine.

Jarvis se raidit. Il avait voulu lancer un défi, mais il n’attendait pas de réponse, surtout exprimée dans le langage des hommes. Des yeux, il chercha sur les multiples écrans de la cloison celui d’où provenait la voix.

« Ne cherche pas, Jarvis de Hélan. C’est moi qui parle. Moi, le cristal.

— Qui es-tu ? D’où viens-tu ? Que veux-tu ?
— On ne m’avait pas menti.Ta curiosité dépasse ce qu’on m’avait rapporté. Je répondrai à chacune de tes questions. Telle est la raison de ma présence sur cette planète. »

Mon avis : Comme beaucoup d’entre-vous sans doute, je suis passé de nombreuses fois chez l’un ou l’autre des bouquinistes et brocanteurs que je fréquente avant une étagères remplies de volumes de cette collection — ou de celle qui l’a précédée, la bibliothèque rouge — sans y prêter attention, convaincu que ça ne pouvait m’intéressait. Alors, imaginez ma surprise quand j’en découvre deux volumes côte à côte dans le rayon SF d’un bouquiniste. Quelle surprise encore plus grande de voir que l’un des titre s est un volume signé Christian Léourier   [1]. J’avais déjà découvert que j’étais passé à côté de cet écrivain quand j’étais étudiant et que je lisais bien deux à trois romans de SF par semaine. Et je découvre là qu’il aurait pu faire partie de mes lectures favorites quand j’étais au collège.

Venons en maintenant à L’envoyé du quatrième règne . C’est le troisième volet d’un cycle de quatre :

  1. Le Messager de la Grande Île(La bibliothèque rouge, 1974  )
  2. Le paradis des hommes perdus(La bibliothèque rouge, 1975  )
  3. L’envoyé du quatrième règne (Poche rouge, 1976  )
  4. Les Rebelles de la soif (Poche rouge, 1976  )

Mais ne vous inquiétez pas. Ils se lisent indépendamment les uns des autres.

Nos héros sont les descendants de naufragés terriens qui se sont installés sur une planète océan, ou peu s’en faut. Mais leur civilisation, bien que viable, est loin du niveau technologique qui leur permettrait de rejoindre l’espace terrien. Isolés aux confins de l’espace, ils se sont construits une société viable, mais difficile. Tout ce petit monde pourrait continuer à vivre une petite vie tranquille, si l’un d’entre eux ne découvrait par hasard les traces d’une vie extraterrestre.

Nous avons donc dans un premier temps une histoire que pourrait être de l’ordre de la fantasy. Des peuplades relativement primitives qui cohabitent tant bien que mal, ayant des modes de vie différents. Une pauvreté en métaux qui exacerbe les convoitises, etc.

Dans la deuxième partie, la prise de contact avec une civilisation non humaine très différente des leurs et des difficultés de communication.

Et comme c’est un livre jeunesse, un happy end... pas trop happy tout de même.

En bref : Vous l’avez compris, un bon moment de lecture, pas prise de tête et pas trop long, qui donne envie de lire le reste d’un cycle quasi introuvable.

JPEG - 25.2 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Livraddict

PNG - 13 ko
Retrouvez la fiche du livre et d’autres chroniques sur Babelio

[1L’autre était un volume de Robert Heinlein : La patrouille de l’espace.